Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Moins de violences contre les médecins, mais toujours trop...
Moins de violences contre les médecins, mais toujours trop...
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 avril 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Moins de violences contre les médecins, mais toujours trop...

Moins de violences contre les médecins, mais toujours trop...

Les violences signalées au Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) par les médecins ont été moins nombreuses en 2012, même si elles restent à un niveau élevé et progressent en centre-ville, selon les chiffres présentés mardi à la presse.

L'observatoire de la sécurité des médecins du Cnom a recensé 798 déclarations d'incidents (agressions physiques, verbales, vol ou vandalisme) contre 822 en 2011. Toutefois, le nombre d'incidents "reste particulièrement élevé, de 20% supérieur à la moyenne annuelle de l'observatoire" mis en place il y a dix ans (666).

Cette étude, réalisée avec l'institut Ipsos, est basée sur le recensement des déclarations adressées par les médecins à leur conseil de l'ordre départemental mais leur caractère facultatif ne permet pas de calculer précisément l'évolution du nombre total d'incidents, précise le Cnom.

Le taux de « victimation », c'est-à-dire le rapport entre le nombre de déclarations et le nombre de médecins, se situe à 0,4% : 4 médecins sur 1 000 ont ainsi signalé un incident au cours de l'année 2012.

Six incidents sur dix (58%) se sont produits en centre-ville et ce score est en forte progression pour la quatrième année consécutive (+14 points depuis 2008).

Les atteintes à la personne restent majoritaires mais régressent par rapport à 2011 (74%, -4 points). Un tiers des déclarations concerne des atteintes aux biens (33%). Les deux types de réponse sont possibles dans une même déclaration.

Plus précisément, les agressions verbales et les menaces diminuent pour la première fois depuis six ans (66%) et les agressions physiques stagnent (12%).

Seulement 3% des agresseurs étaient armés, alors qu'ils étaient 5% en 2011.

Dans la majorité des cas (90%), la victime est le médecin lui-même et un incident sur deux (51%) est provoqué par un patient.

Les généralistes sont les plus nombreux à déclarer des incidents (56%), suivis par les ophtalmologues (6%), en raison de leurs délais d'attente importants, et les psychiatres (5%), en contact avec des publics difficiles.

« Dans la lignée de la tendance observée depuis deux ans, les femmes ont été en 2012 particulièrement nombreuses à déclarer des incidents » : elles représentent 46% des fiches mais 42% de la profession, constate le Cnom.

Les motifs d'incidents sont relatifs à la prise en charge par le médecin (25%), au vol (21%), au refus de prescription (17%) ou au temps d'attente (7%).

Plus de la moitié des médecins (52%) ne donne pas suite à l'incident, par exemple en déposant plainte.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Médecin Violence