Accueil du site
> Santé & Maladies
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
MENUS POUR DIABÉTIQUE
MENUS POUR DIABÉTIQUE
note des lecteurs
date et réactions
23 octobre 2014
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

MENUS POUR DIABÉTIQUE

MENUS POUR DIABÉTIQUE

Le diabète est une maladie évolutive qui doit être traitée à vie, mais une bonne hygiène et des choix diététiques judicieux peuvent prévenir ses complications.

 

Le diabétique a les mêmes besoins énergétiques qu’un non-diabétique, il n’existe pas de menu-type. Il n’y a qu’en cas de surpoids qu’une restriction calorique s’impose, en limitant les graisses alimentaires. Une perte de 5 % du poids corporel est en général suffisante pour améliorer l’équilibre du diabète. Le diabétique peut manger de tout mais pas n’importe comment, en particulier il ne doit pas sauter de repas. La consommation des nutriments en début ou en fin de repas a aussi son importance. Les recommandations concernent non seulement la composition des repas mais leur structure et leur répartition. Il ne serait pas souhaitable, par exemple, de manger ses 3 portions de fruits au petit-déjeuner, ni de prendre toutes ses portions de viandes au dîner.

Les sucres dans tous leurs états

Les personnes qui viennent d’apprendre qu’elles sont diabétiques pensent souvent qu’elles ne pourront plus manger de glucides (sucres), y compris sous forme de pâtes, de riz ou de pommes de terre. Il n’en est rien, il faut simplement contrôler leurs apports.

 Les aliments contenant des glucides présents naturellement (fruits, produits laitiers, féculents, légumineuses) sont à consommer en priorité.

D’autres sucres, ajoutés, se cachent dans les yaourts aux fruits, les vinaigrettes, les condiments, les barres de céréales… Il ne faut pas oublier de les comptabiliser  !

 Les sucres ajoutés (sucre raffiné, glucose, dextrose, miel, sirop d’érable) doivent être consommés avec modération.

 Le fructose provient essentiellement du sucre «  commercial  » (saccharose transformé par le foie), puis du miel, des fruits. Son pouvoir sucrant est plus élevé que celui du glucose, et sa pénétration dans les cellules ne nécessite pas d’insuline  ; il produit une réponse insulinique faible d’où son intérêt dans les régimes pour diabétique. Il peut être employé sous forme liquide. À noter  : il favorise la formation de tissu graisseux.

 Les édulcorants (saccharine, aspartam, cyclamates) peuvent remplacer le sucre naturel mais leur pouvoir sucrant est bien supérieur, et ils contribuent à entretenir l’appétence pour le sucré. Leur consommation doit rester occasionnelle.

Intérêt et limites de l’indice glycémique

L’indice glycémique (IG) définit le pouvoir hyperglycémiant des aliments. Il s’exprime en pourcentage par rapport à la valeur (100 %) de l’aliment de référence qu’est le glucose. L’alimentation doit favoriser la consommation d’aliments à IG intermédiaire ou faible (moins de 50) en privilégiant les légumes secs, les pâtes, le riz, le pain complet ou de tradition. La notion d’IG est toutefois un peu complexe car l’IG d’un aliment varie selon qu’il est consommé seul ou associé à d’autres aliments,
cru ou cuit.

Le sport comme thérapeutique

Les bénéfices des sports d’endurance ne sont plus à démontrer chez le diabétique  : augmentation de la masse musculaire, diminution de l’insulinorésistance et du risque cardiovasculaire, amélioration de l’équilibre glycémique.

• Chez les diabétiques en surpoids, une activité physique régulière présente le double avantage de leur faire perdre quelques kilos (graisse abdominale) et de réduire le taux de lipides sanguins.

 Si le diabète est bien équilibré, aucun sport n’est strictement interdit moyennant des examens préliminaires et quelques précautions. Les contre-indications tiennent plutôt aux complications du diabète.

 Parmi les sports d’endurance (à privilégier) on trouve la marche à pied, de préférence rapide, le golf, le vélo, le ski de fond, la natation.

CHRISTELLE PIAT

QUELQUES PRINCIPES DE BASE

* Mangez chaque jour des fruits et des légumes riches en fibres, elles ralentissent l’absorption des sucres par le système digestif et facilitent le contrôle du taux de glucose sanguin.

* Préférez les féculents issus de céréales complètes ou de légumes secs en évitant d’en consommer entre les repas.

* Limitez la consommation des aliments gras pour lutter contre le surpoids et l’excès de cholestérol.

* Privilégiez les graisses insaturées aux graisses saturées. Choisissez des viandes maigres et mangez du poisson 2 à 3 fois par semaine, évitez les aliments frits.

* Faites attention aux graisses «  cachées  », apprenez à les reconnaître  : une pâtisserie contient du sucre mais aussi des graisses.

* Réduisez votre consommation d’alcool et de sel, vous pouvez remplacer le sel par des herbes condimentaires, des épices ou du jus de citron.

* Apprenez les équivalences, elles permettent de varier les repas en remplaçant un aliment par un autre.

CONSEILS DE PHARMACIEN

* Les glucides sont répartis correctement dans la journée pour réguler les pics d’hyperglycémie, en évitant les sucres d’assimilation rapide (sucres en morceaux, confiseries, sodas) qui font monter rapidement la glycémie.

* Les fibres et les protéines abaissent le pouvoir glycémiant des repas  : un repas est d’autant moins hyper­glycémiant qu’il est mixte et équilibré en nutriments.

* La consommation d’un fruit par repas ou en collation est bénéfique en raison de sa richesse en fibres et en fructose. Choisir de préférence ceux à faible indice glycémique (poires, pommes, agrumes).

* Côté boissons, un verre de vin par repas est autorisé (à l’exception des vins cuits, de la bière et du cidre qui contiennent plus de sucre), à condition de le prendre au cours du repas et jamais à jeun  ; même précaution avec les boissons pétillantes sucrées (sodas, colas).


À savoir

Lors d’un vol long courrier, prévenez le personnel de bord pour que votre plateau-repas soit servi à une heure appropriée.
Fédération Française des Diabétiques

Tél. : 01 40 09 24 25, mail : afd@afd.asso.fr

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés

SOURCES

  • www.bienetre-et-sante.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Nutrition Diabète