Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Méningite : les risques du tabac
Méningite : les risques du tabac
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
11 décembre 2012
Auteur de l'article
Jean Lellouche, 21 articles (Rédacteur)

Jean Lellouche

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
21
nombre de commentaires
0
nombre de votes
49

Méningite : les risques du tabac

Méningite : les risques du tabac

Les femmes enceintes dépendantes à la cigarette multiplient par trois le risque de méningite que peut contracter leur enfant plus tard.

On savait déjà que le tabagisme passif était lié à l’apparition de certaines formes de méningite. Ainsi, il y a quelques années, des chercheurs écossais de l’Université d’Edimbourg avaient notamment constaté que la fumée de cigarette facilitait l’adhésion des bactéries de la méningite aux parois de la gorge.

Pour aller plus loin dans cette analyse, des scientifiques de l’UK Center for Tobacco Studies ont décidé de se pencher sur 18 études qui avaient été précédemment réalisées sur le sujet. Les résultats de leurs travaux ont été publiés dans la revue médicale en ligne BMC Public Health. Ils démontrent donc une fois de plus que le tabagisme passif augmente sensiblement la possibilité de développer une méningite. Lorsque les parents fument à la maison, ce risque est multiplié par deux, et plus particulièrement chez les enfants de moins de cinq ans.

Trois fois plus de risques

Mais, surtout, les chercheurs sont parvenus à établir que les femmes qui fument durant leur grossesse mettent sérieusement en danger la santé de leurs futurs enfants. En effet, selon les chiffres de cette étude, ce phénomène triplerait le risque de méningite pour les fils et les filles de mères fumeuses.

C’est pourquoi les médecins déconseillent bien évidemment la cigarette aux femmes enceintes et recommandent par ailleurs aux parents de s’abstenir de fumer en présence de leurs enfants. Les méningites bactériennes sont les plus rares mais les plus dangereuses (contrairement aux méningites virales, plus fréquentes et plus bénignes). En moyenne, on estime qu’une personne sur vingt meurt suite à ce type de méningite tandis qu’une sur six souffrira d’importantes séquelles.

Les symptômes de cette inflammation des méninges sont le plus souvent des forts maux de tête, une raideur de la nuque et une hypersensibilité à la lumière. Ils sont parfois difficiles à détecter car ils peuvent s’apparenter à des signes de migraine classique. C’est le principal risque de cette maladie, qui peut s’avérer foudroyante. Il arrive ainsi que des victimes décèdent en quelques heures seulement si elles ne sont pas prises en charge à temps. Outre le tabagisme passif, les principaux facteurs déclencheurs de la méningite sont le contact physique avec une personne infectée, le stress, la fatigue ou un séjour dans une région du monde particulièrement touchée (comme l’Afrique sub-saharienne).

En cas de mal de tête violent, les autorités sanitaires conseillent aux patients de consulter immédiatement un médecin. Tant que le doute subsiste, l’entourage du malade doit être sous traitement antibiotique. A noter qu’en novembre dernier, l’Agence européenne du médicament (EMA) a autorisé pour la première la mise sur le marché d’un vaccin contre la méningite de type B, la plus mortelle en Europe. Intitulé Bexsero, il sera complémentaire du Menveo, qui offre déjà une protection contre certaines méningites.

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Tabac Tabagisme Méningite