Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Méningite foudroyante en Haute-Normandie : Une lycéenne décède
Méningite foudroyante en Haute-Normandie : Une lycéenne décède
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 février 2012
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Méningite foudroyante en Haute-Normandie : Une lycéenne décède

Méningite foudroyante en Haute-Normandie : Une lycéenne décède

Une lycéenne de 15 ans est morte foudroyée par une infection à méningocoque le 25 février dernier dans la région de Dieppe, en Seine-Maritime. Des analyses sont encore effectuées par l’Agence Régionale de Santé (ARS) pour déterminer avec exactitude le type d’infection dont il s’est agi. De toute évidence, l’adolescente a été victime d’une forme extrêmement grave de la méningite, le purpura fulminans.

Ce drame s’est déroulé moins d’une semaine après la mort brutale d’une jeune femme de 19 ans dans un hôpital de Dinan, dans les Côtes-d’Armor, victime d’une méningite foudroyante. Cette fois c’est une habitante de Blangy-sur-Presle qui aurait succombé face à la forme la plus grave d’une infection à méningocoque, la purpura fulminans. L’adolescente, âgée de 15 ans, avait été transportée d’urgence dans la nuit de vendredi au samedi au CHU d’Amiens. Elle est décédée au grand désarroi des médecins.

Tout comme pour la victime bretonne, les symptômes sont apparus rapidement et ont entraîné la mort en l’espace de 24 heures. Pour l’heure les médecins n’ont pas encore pu déterminé le type d’infection (de type B ou C) qui a coûté la vie à l’adolescente, et les médecins concernés ont déclaré lors d’un point presse que « les résultats devraient être connus en début de semaine prochaine ». Le germe responsable de la maladie est extrêmement dangereux mais peu contagieux. La trentaine de personnes qui évoluaient dans l’entourage de la victime, que ce soit sa famille ou ses camarades de classe du lycée d’Eu, dans la Seine-Maritime, fait l’objet d’un traitement préventif.

Ces personnes ont été soumises à une prise d’antibiotiques et pourraient se voir administrer une vaccination, en fonction du résultat des analyses actuellement en cours. En Seine-Maritime, des mesures particulières de prévention ont été prises depuis 2006 pour contrer la méningite. Et la vaccination est toujours vivement recommandée, surtout chez les personnes de moins de 24 ans. Ces dernières années, un recul de la surendémie en matière d'infections invasives à méningocoques a ainsi pu être constaté.
 

Photo : vue aérienne de la commune d'Eu, en Seine-Maritime.

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Infections Méningite