Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Malédiction de Toutankhamon : des champignons tueurs ?
Malédiction de Toutankhamon : des champignons tueurs ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 mai 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Malédiction de Toutankhamon : des champignons tueurs ?

Malédiction de Toutankhamon : des champignons tueurs ?

L’exposition "Toutankhamon, son tombeau et ses trésors" a actuellement cours au Parc des expositions de Paris, à la porte de Versailles. Jusqu’au 1er septembre, les visiteurs ont le loisir d’y contempler les secrets du pharaon le plus célèbre de l’Égypte ancienne. La reconstitution fidèle des merveilles du tombeau mis à jour il y a 90 ans, qui s’y offre à la vue du grand public, laisse planer le mystère de la malédiction qui s’est abattue sur des personnes liées à cette découverte.

Le scénario émotionnel d’une colère du pharaon vengeur s’emparant de l’équipe d’archéologues a, au fil des ans, laissé place à une hypothèse plus rationnelle : La plupart des décès mystérieux survenus dans les années suivant la découverte de Toutankhamon seraient liés à la présence de champignons dans la chambre funéraire, très humide, provoquant un air suffocant, et s’ajoutant aux exhalaisons du cadavre pour dégager une poussière fine attaquant les poumons. Il s’agirait d’une « maladie des archéologues », caractérisée par une pneumonie aiguë.

Toutankhamon est probablement le pharaon le plus connu avec Ramsès II. Mort à 18 ans il y a plus de 3 300 ans, il n’aura pourtant pas eu le temps d’accomplir des grandes choses durant son court règne. Son tombeau, passé au travers des mailles du filet de la campagne d’Égypte de Napoléon, était le plus convoité il y a de cela un siècle. Il a nourri les rêves les plus fous des archéologues. C’est finalement le 4 novembre 1922 que sa sépulture et son trésor seront découverts par l’archéologue britannique Howard Carter, dont les fouilles furent financées par l’égyptologue Lord Carnarvon. Une mystérieuse légende s’en est suivie, sous la forme de la malédiction du pharaon. Les médias de l’époque se sont en effet empressés de relater la mort "surnaturelle" de plusieurs membres de l’équipe d’archéologues ayant exhumé la momie de Toutankhamon dans les années qui suivirent.

Le canari de Howard Carter est lui-même avalé par un cobra (le "serpent des pharaons") qui s'était glissé dans sa cage lors de l’ouverture du tombeau. En 12 années pas moins de 27 personnes liées à l’événement sont mortes. Mais le sensationnalisme des premiers instants évoquant une vengeance du pharaon (et des hiéroglyphes mentionnant que les profanateurs seraient dévorés par des crocodiles et des lions) ont cédé la place à des hypothèses scientifiques.

Lord Carnarvon, qui est mort en mars 1923, a succombé à des fièvres de plus en plus virulentes. Les médecins étaient convaincu qu’une piqûre de moustique au visage, égratignée en se rasant et ayant causé une infection doublée d’une pneumonie, aurait provoqué chez cet homme une septicémie mortelle. Et on a dénombré, chez de nombreuses autres victimes, des cas de pneumonies asphyxiantes. Certains médecins, à l’image de Geoffrey Dean de l’hôpital de Port Elizabeth en Afrique du Sud, on d’abord imputé ces décès à la présence d’un virus enfermé dans le tombeau durant trois millénaires. Mais cette hypothèse a vite été écartée : les virus pathogènes pour l’homme ne survivent en effet que dans les milieux vivants.

Vient alors une suggestion moins fragile, formulée en 1985 par le docteur Caroline Stenger-Philipp, médecin français, et reprise par le International Herald Tribune : Les véritables coupables seraient des substances organiques renfermées dans la tombe, tels les fruits et les légumes déposés lors du rituel funéraire. Au cours des siècles, ces produits, qui étaient censés servir de nourriture au pharaon "pendant son voyage vers l’éternité", auraient, lors de leur décomposition, formé de la moisissure et des particules de poussière organique au caractère très fortement allergène. Pour Caroline Stenger-Philipp, « les égyptologues ont été victimes d’un choc allergique après avoir respiré les particules ».

Le corps médical s’est parallèlement penché avec plus d’intérêt sur des descriptions formulées par Howard Carter, mentionnant une humidité suffisante pour avoir abrité des champignons dans la tombe de Toutankahmon. Selon l’archéologue, « les cultures de champignons sur les murs de la chambre funéraire ont causé un grand défigurement », avant d’ajouter qu’ « il régnait dans la sépulture un air suffocant. Infestée des exhalaisons du mort, une poussière fine s’est élevée sous les pas et irrité les poumons ». Et voilà donc que les champignons auraient donné naissance à la "maladie des archéologues", un mal qui, comme le décrit egyptemerveilleuse.midiblogs.com, se caractérise par « une pneumonie à précipitines, un conflit immuno-allergique dû à l'inhalation de particules d'origine animale ou végétale dotées de propriétés antigéniques ».

Nous serions ainsi face à l’histoplasmose, qui est une maladie infectieuse du poumon causée par un champignon du nom d’Histoplasma capsulatum. Et ce mal, qui est peut-être bien à l’origine du mythe de la malédiction des pyramides, est également appelée la "maladie des caves". Ce qui, du coup, la rend plus proche de nous.



« Toutankhamon, son tombeau et ses trésors », à la porte de Versailles, pavillon 8 (XVe), de 11 heures à 19 heures, sauf mardi. Tarif : de 12,90 à 15,90 €. Audioguide spécial enfants. Réservations : www.toutankhamon-expo.fr.
 

POST-SCRIPTUM

  • Photo en fin d’article : En 1922, l’archéologue anglais Howard Carter retrouve le tombeau intact du pharaon Toutankhamon. Ses ouvriers le préviennent qu’une malédiction est attachée à la sépulture. Ceux qui la violeront mourront.
    Or, peu de temps après, la presse annonce que les membres de l’expédition sont à tour de rôle frappés d’étranges maladies.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx0.92.142) le 19 août 2012 a 23H00
Franck de Lyon (Visiteur)

Ce n’est pas tout ! Concernant Toutankhamon et les médecins, il semble que ces derniers ne l’aient pas ménagé... D’après Christian Jacq, spécialiste de la question et auteur de l’ouvrage "Toutankhamon, l’ultime secret", le médecin chargé de l’étude de la momie de Toutankhamon, le docteur Derry, se comporta comme un véritable boucher. Et les égyptologues se sont bien gardés de révéler ce massacre. Et cette malheureuse dépouille n’avait pas fini de souffrir. Pendant la deuxième guerre mondiale, profitant du manque de surveillance de la Vallée des Rois, des pilleurs la déplacèrent et lui causèrent de graves dommages. Sans doute espéraient-ils s’emparer de bijoux.