Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Lutte contre le paludisme : il faut continuer à investir !
Lutte contre le paludisme : il faut continuer à investir!
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 avril 2014 | 1 commentaires
Auteur de l'article
mackysanogo, 31 articles (Rédacteur)

mackysanogo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
31
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Lutte contre le paludisme : il faut continuer à investir !

Lutte contre le paludisme : il faut continuer à investir!

La lutte contre le paludisme prouve peu à peu son efficacité et sauve des millions de vies. Alors que l’éradication de cette maladie semble possible, les financements requis diminuent. Des institutions comme l’Organisation Mondiale de la Santé et des événements comme la 2ème édition du Symposium international Albert Schweitzer sur les systèmes de santé en Afrique organisée par Richard Attias, fondateur du New York Forum Africa, entendent interpeller l’opinion publique internationale et les politiques : il ne faut absolument pas réduire les investissements dans la lutte contre la malaria.

Hier avait lieu la Journée Mondiale contre le Paludisme. Le partenariat Roll Back Malaria (RBM) a décidé à cette occasion de lancer un appel pour obtenir de nouveaux financements et développer une approche collaborative et coordonnée dans les pays touchés par cette maladie infectieuse.

Ce partenariat a été lancé en 1998 par l'Unicef, l'OMS, le Pnud et la Banque mondiale, et regroupe plus de 500 organisations partenaires. Aujourd'hui, RBM redoute que les financements reculent dans les années à venir. "L'histoire de la lutte contre le paludisme nous a permis d'observer que les ruptures de financement ont pour conséquence immédiate une recrudescence des cas de paludisme de façon systématique. Pourtant, les bénéfices enregistrés dépassent de loin les faibles investissements engagés : quelques dollars permettent d'acheter des moustiquaires pour une famille entière, pour un peu plus d'un dollar, on peut acquérir un traitement efficace dans de très nombreux pays du continent", explique RBM dernier rapport.

La 2ème édition du Symposium international Albert Schweitzer sur les systèmes de santé en Afrique organisée au Gabon par Richard Attias, fondateur du New York Forum Africa, souhaite également mettre en garde les gouvernements du monde entier contre cette baisse des financements. Cette crainte est partagée par beaucoup.

Pourtant, ces dernières années, la lutte contre le paludisme a largement progressé malgré des moyens limités. "On estime que les efforts mondiaux pour combattre et éliminer le paludisme ont permis de sauver 3,3 millions de vies depuis 2000, en réduisant les taux de mortalité de 42 % au niveau mondial et 49 % en Afrique, explique l'OMS. Un engagement politique accru et un financement élargi ont contribué à réduire son incidence de 25 % au niveau mondial et de 31 % en Afrique". De plus, 50 pays sont en voie de réduire les taux d'incidence du paludisme de 75 % d'ici 2015, explique RBM.

La malaria a récemment été éradiquée dans plusieurs pays comme les Émirats Arabes Unis (2007), le Maroc (2010), le Turkménistan (2010) et l’Arménie (2011). Alors qu'après la Seconde guerre mondiale, le paludisme était présent dans la quasi-totalité des pays du monde, il a depuis disparu dans plus de 90 pays, et 25 autres sont sur le point de l'éradiquer, même si cette maladie tue encore 627 000 personnes chaque année et vient de refaire son apparition en Grèce.

Peu de financements sont nécessaires pour obtenir d'excellents résultats. Selon la Banque mondiale, au Rwanda, l'augmentation des dépenses de santé de seulement 15 % a permis une diminution de l'incidence de la malaria de plus de 50 % depuis 2006, et une réduction de la mortalité maternelle. 

Pourtant, les financements nationaux et internationaux disponibles aujourd'hui représentent moins de la moitié du financement nécessaire pour lutter efficacement contre la malaria. L’apparition d’une résistance aux insecticides et aux médicaments menace les acquis récents. Si l’on veut maintenir et accélérer ces progrès, il faut d’urgence trouver des fonds supplémentaires. La crise économique ne doit pas entraîner un relâchement dans l'effort mondial de lutte contre cette maladie.

SOURCES

  • http://www.metronews.fr/x/metro/2009/04/20/KLPI6qlUmqdyQ/index.xml


Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Marchaux (IP:xxx.xx6.243.243) le 28 avril 2014 a 15H41
Marchaux, 94 articles (Rédacteur)

Merci pour cet article qui est très intéressant.