Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
"Lien probable" entre essais nucléaires et cancers
"Lien probable" entre essais nucléaires et cancers
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 juillet 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

"Lien probable" entre essais nucléaires et cancers

"Lien probable" entre essais nucléaires et cancers

C’est une première. Une expertise médicale, menée à la demande de la justice par Florent de Vathaire, un chercheur de l’Institut national de la santé et de la recherche (Inserm), révèle un "lien vraisemblable" entre les retombées radioactives d’essais nucléaires, réalisés par la France en Algérie et en Polynésie, et le cancer de six militaires basés dans les régions concernées. L’Association des vétérans des essais nucléaires (AVEN), qui s’est félicitée de ces premiers résultats dont le quotidien Le Parisien s’est largement fait l’écho dans son édition du 17 juillet, estime qu’une nouvelle étape s’ouvre désormais pour les 150 000 victimes.

L’AVEN, une association qui regroupe des victimes des essais nucléaires, avait lancé une action en justice en 2003 pour établir la cause de plusieurs cancers fortement suspects. La juge d’instruction Anne-Marie Bellot a ainsi demandé un rapport. Et cela a eu pour effet de mandater Florent de Vathaire, directeur de recherche en épidémiologie à l’Inserm, pour réaliser des expertises médicales auprès d’anciens militaires qui furent en service dans les zones géographiques concernées lorsque la France a procédé à des essais nucléaires en Algérie puis en Polynésie.
 
Malgré le manque d’accès à certaines informations classées secret-défense, les travaux ont fait leur chemin. La conclusion du chercheur doit encore être développée, mais les signaux convergent : il y aurait, aux dires de l’auteur, «  un lien vraisemblable entre les essais menés et l’apparition de certains cancers chez les militaires ». Le chercheur, qui dit avoir « construit un faisceau de présomptions » ne s’avance pour l’instant pas davantage, car ce lien aurait été évoqué pour 6 cas sur 15. Arrivera-t-on un jour à avoir une certitude sur le sujet ? Impossible, affirme Florent de Vathaire dans les colonnes du Parisien, car « les cancers ou les leucémies concernés ne sont pas uniquement provoqués par les radiations ».
 
Reste que l’avancée est significative pour les 150 000 civils ou militaires qui ont participé, directement ou non, aux 210 essais français conduits dans le Sahara algérien puis en Polynésie entre 1960 et 1996. A ce jour, une poignée d’entre eux seulement a pu obtenir des indemnisations. Florent de Vathaire précise qu’il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : « J’aimerais lancer rapidement une étude globale sur les Polynésiens qui étaient âgés de moins de 5 ans à l’époque des essais. Car, et ça on le sait désormais avec certitude, de faibles doses de radioactivité peuvent avoir de graves conséquences sur la thyroïde des enfants, comme l’apparition de cancers ou diverses pathologies ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté