Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les UV artificiels n’apporteraient pas de vitamine D
Les UV artificiels n'apporteraient pas de vitamine D
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 décembre 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les UV artificiels n’apporteraient pas de vitamine D

Les UV artificiels n'apporteraient pas de vitamine D

Face au froid et à l’obscurité la tentation est grande, pour beaucoup, de recourir au bronzage artificiel durant les mois d’hiver. Seulement voilà, contrairement aux messages véhiculés par les professionnels des cabines de bronzage, les UV artificiels ne permettraient en aucun cas de solutionner les problèmes de carence en vitamine D. L’Institut National du Cancer (INCa), encouragé par la Direction générale de la santé (DGS), est monté au créneau en dévoilant un rapport avec une conclusion sans ambiguïté : Les lampes à UV ne font pas de la vitamine D.

Les marchands de soleil artificiel tentent, pour beaucoup, d’enraciner une croyance selon laquelle les UV artificiels constituent une cure de circonstance pouvant fournir au corps humain la quantité de vitamine D nécessaire face aux agressions hivernales. Et ce n’est pas tout : les cabines de bronzage fourniraient à l’organisme la vitamine solaire en réduisant les risques de voir apparaître des cancers de la peau. Il n’en a pas fallu davantage pour étonner la DGS qui, à son tour, a fait partager sa stupeur aux responsables de l’INCa.

En réaction, l’Institut spécialiste des cancers a fait paraître un communiqué, le 19 décembre dernier, en déclarant que « l’utilisation des UV artificiels, cancérogènes avérés, comme source de vitamine D, ne peut en aucun cas se justifier  », et en déconseillant vivement les bancs solaires. Selon l’INCa, dont la réponse se veut la plus scientifique possible, « l’hypothèse selon laquelle le rayonnement UV est un facteur protecteur contre certains cancers tels que ceux du sein, du côlon ou de la prostate ne repose que sur des études affichant un trop faible niveau de preuve. Par ailleurs, des inconnues très fortes subsistent dans la relation entre la concentration dans le sang en vitamine D et certains cancers ». Pour l’institut, le doute n’est pas permis : les UV artificiels sont cancérogènes, et l’apport en vitamine D reste possible par la voie alimentaire.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté