Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
« Les tests sont négatifs. Vous n’êtes pas malade ! »
«Les tests sont négatifs. Vous n'êtes pas malade!»
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 août 2014 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Jean-Yves Dionne, 44 articles (Expert-conseil)

Jean-Yves Dionne

Expert-conseil
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
44
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

« Les tests sont négatifs. Vous n’êtes pas malade ! »

«Les tests sont négatifs. Vous n'êtes pas malade!»

Écoutez ma chronique du 12 aout à Médium large : http://ici.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2014-2015/chronique.asp ?idChronique=346091 

Que fait-on quand, après avoir consulté pour des symptômes qui nous empoisonnent la vie, on se fait dire qu’on n’est pas malade, que les tests sont tous négatifs ? On retourne chez soi, pensant peut-être qu’on est devenu fou, et on continue à souffrir ?

Toutes les nouvelles conditions dont il est question dans cet article ont ceci en commun : les personnes atteintes, surtout au début, ne sont pas prises au sérieux : « C’est dans la tête ».

On classe ces conditions dans la catégorie des syndromes, plutôt que des maladies, parce que la cause ou les causes en sont inconnues, ou non reconnues, et que le diagnostic se fait par un cumul de symptômes (X nombre de symptômes dans la liste suivante…).

1. Fibromyalgie (1,2)

Ce n’est qu’en 1992 que l’OMS a reconnue la fibromyalgie. Ce syndrome touche environ 3% de la population et 9 fois plus de femmes que d’hommes.

Déclaration de Copenhague : définition de la fibromyalgie

La fibromyalgie, syndrome appartenant à la famille des rhumatismes, est une condition douloureuse généralisée, non articulaire, touchant surtout les muscles, typiquement associée à des raideurs, à une fatigue persistante et à un sommeil peu réparateur. Elle peut être primaire, secondaire ou concomitante, et fait le plus souvent partie d’un syndrome élargi comprenant des désordres neurovégétatifs et des phénomènes attestant une activité sympathique accrue.



Symptômes

Sensation de douleur générale et sentiment de fatigue profonde.

Douleurs diffuses (sensation de brûlure de la tête aux pieds).

Douleurs touchant les deux côtés du corps.

Douleurs et raideurs plus aigües à certains moments (matin, soir, printemps, automne).

Le froid, l’air climatisé, l’humidité, les changements de température, l’activité physique intense, l’inactivité physique, le manque de repos et le stress sont tous des facteurs qui peuvent rendre la douleur plus insupportable pour la personne atteinte.

Au Canada, depuis 2012, nous avons maintenant des lignes directrices pour le diagnostic de la fibromyalgie.(2) Par contre, le traitement demeure toujours aussi désappointant. La cause, ou plus probablement les causes, ne sont pas connues.

Consultez aussi l’article Soulager la fibromyalgie (http://www.jydionne.com/soulager-la...) et le site de l’Association Québécoise de la Fibromyalgie (http://www.aqf.ca).

2. Syndrome prémenstruel (SPM)

Dans les références médicales, on mentionne ce syndrome dysphorique dès les années 1940. En 1950, le titre d’un article scientifique en dit long sur l’attitude médicale par rapport à cet état : « […] the so-called premenstrual syndrome » (le prétendu syndrome prémenstruel).(3)

Entre 12% et 98% (selon la région, la définition et l’intensité des symptômes) des femmes peuvent ressentir des symptômes de SPM durant la semaine avant leurs règles.(4) L’explication la plus courante de ce syndrome est un déséquilibre hormonal (consultez http://www.jydionne.com/prevenir-le-spm/ pour connaitre les autres théories, les symptômes, et des solutions). Le syndrome prémenstruel est défini comme un groupe de symptômes récurrents (cycliques), apparaissant 1 à 2 semaines avant les menstruations (durant la phase lutéale du cycle féminin).

3. Trouble affectif saisonnier (dépression saisonnière) (5)

Il faut attendre 1984 avant que ce syndrome ne soit défini et que les autorités commencent à l’accepter. 2% à 15% des gens souffrent d’une forme de trouble affectif saisonnier (SAD – seasonal affective disorder).

Les symptômes du SAD sont cycliques. Ils apparaissent lorsque la lumière diminue (septembre-octobre) et disparaissent au retour du soleil (mars-avril). Ils comportent des perturbations du sommeil, sensation de fatigue, augmentation de l’appétit, dépression, irritabilité, anxiété, baisse de libido et sautes d’humeur.

Les traitements les plus intéressants sont la luminothérapie et la vitamine D à haute dose.

Lisez aussi, à ce sujet : Est-ce que l’hiver vous donne les bleus ? http://www.jydionne.com/est-ce-que-...

4. Sensibilité chimique multiple (ou hypersensibilité environnementale)

Décrites pour la première fois au début des années 1950, les hypersensibilités environnementales (HE) ne sont toujours pas reconnues par tout le corps médical. En 2007, Statistique Canada dévoile que jusqu’à 3% des Canadiens ont reçu de leur médecin un diagnostic d’hypersensibilité environnementale.

Les symptômes des HE sont très variés, allant des rougeurs, douleurs et irritations de la peau à des quintes de toux et fatigues importantes. Les personnes atteintes réagissent souvent violemment à des produits qui, autrefois, ne leur faisaient aucun effet.

Pour en savoir plus, consultez http://www.jydionne.com/mai-mois-de... ou le site de l’Association pour la santé environnementale du Québec (http://www.aseq-ehaq.ca/).

5. Électrosensibilité

L’électrosmog est le nom donné au nuage d’ondes électromagnétiques qui nous entoure. La densité et l’intensité de cet électrosmog sont sans précédent, surtout depuis l’arrivée des fameux compteurs communicants (dits intelligents).

Les premiers cas d’électrosensibilité répertoriés datent de… la 2ème guerre mondiale ! Durant la guerre, les opérateurs radio travaillaient des heures sans fin directement sur ou autour d’un émetteur radio pour communiquer avec l’état major. Plusieurs d’entre eux ont rapporté des symptômes divers et incapacitants qui ont mené à la description du premier syndrome nommé « maladie des radiofréquences » (radio wave sickness).(6,7)

En juin 2012, l’hôpital pour femmes de Toronto Women’s College Hospital a publié un communiqué de presse reconnaissant l’existence de l’hypersensibilité électromagnétique et en donnant une liste de symptômes.(8)

Ici encore, les symptômes sont très variés, touchant les systèmes neurologiques, cardiaques, respiratoires, dermatologiques, ophtalmologiques, etc.

 

Si le sujet vous intéresse, consultez aussi http://www.jydionne.com/electrosens..., http://www.jydionne.com/lelectrosen.... Pour connaitre les symptômes de l’électrosensibilité : http://www.jydionne.com/etes-vous-e....

6. La toute dernière : la multimorbidité idiopathique

Ce terme a été créé pour donner un nom au syndrome qui afflige ces gens qui vont voir le médecin avec une panoplie de symptômes débilitants (douleurs, etc.), souvent non spécifiques et non reliés entre eux. Le cheminement de ces personnes est pratiquement toujours le même. Ils vont de médecin en médecin, cherchant enfin quelqu’un qui les écoutera et pourra leur offrir un soulagement quelconque. Ils subissent tous les tests connus et ces derniers reviennent normaux.

La thèse la plus fréquente est que ces personnes, comme les hypersensibles environnementaux, souffrent d’une intoxication, d’une accumulation de la myriade de toxines qui contaminent notre environnement. Ils sont incapables de s’en débarrasser, de les métaboliser. L’accumulation passe sous le radar médical, mais les symptômes ressentis par ces gens sont réels.(9)

Connais pas… c’est psychosomatique !

Les premiers malades atteints de ces diverses maladies ont connu l’enfer de se faire traiter de fou et, selon l’intervenant consulté, cela peut encore arriver. Il est temps que nos décideurs publics ouvrent les yeux et cessent de nier les maladies émergeantes et débilitantes sous prétexte que la science n’a pas encore prouvé leur existence et/ou que les intérêts financiers de certains seraient affectés par une telle orientation.

Par rapport à certaines de ces maladies, en particulier l’électrosensibilité, nous sommes là où nous étions dans les années 1970 par rapport à celles causées par le tabac. Certains experts criaient haut et fort que le tabac était cancérigène et qu’il causait de nombreuses maladies pulmonaires, mais les autorités gouvernementales et médicales ne voulaient pas les entendre.

Qu’attend-on avant de mettre les ressources à la bonne place ? Commençons donc par croire nos patients, nos amis, les personnes qui souffrent. Et quand la cause est suspectée, le principe de précaution devrait s’appliquer d’emblée, sans débats interminables…

Citation : « Il y a deux façons de se tromper. L’une consiste à croire ce qui n’est pas vrai. L’autre consiste à refuser de croire ce qui est vrai. » – Søren Kierkegaard

- See more at : http://www.jydionne.com/les-tests-s...

Jean-Yves Dionne, Pharmacien, expert conseil en produits de santé naturels www.jydionne.com Franchement Santé

SOURCES

  • Références:

    Dubin R. Keep it simple: Easing the care burden of fibromyalgia. Can Fam Physician. 2014 Jul;60(7):599-601. PubMed PMID: 25022626; PubMed Central PMCID: PMC4096252. http://www.cfp.ca/content/60/7/599.long
    Fitzcharles MA, Ste-Marie PA, Goldenberg DL, Pereira JX, Abbey S, Choinière M, et al. 2012 Canadian guidelines for the diagnosis and management of fibromyalgia syndrome. Oshawa, ON: Canadian Pain Society; 2012. Disponible à: http://www.canadianpainsociety.ca/pdf/Fibromyalgia_Guidelines_2012.pdf
    D’Agostino L. [Peculiar electrocardiographic aspects of the so-called premenstrual syndrome]. Folia Cardiol. 1950 Oct;9(5):385-416. Undetermined Language. PubMed PMID: 24539636.
    Direkvand-Moghadam A, Sayehmiri K, Delpisheh A, Sattar K. Epidemiology of Premenstrual Syndrome (PMS)-A Systematic Review and Meta-Analysis Study. J Clin Diagn Res. 2014 Feb;8(2):106-9. doi: 10.7860/JCDR/2014/8024.4021 PubMed PMID: 24701496; PubMed Central PMCID: PMC3972521. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3972521/
    Rosenthal NE, Sack DA, Gillin JC, Lewy AJ, Goodwin FK, Davenport Y, Mueller PS, Newsome DA, Wehr TA. Seasonal affective disorder. A description of the syndrome and preliminary findings with light therapy. Arch Gen Psychiatry. 1984 Jan;41(1):72-80. PubMed PMID: 6581756.
    Genuis SJ, Lipp CT. Electromagnetic hypersensitivity: fact or fiction? Sci Total Environ. 2012 Jan 1;414:103-12. doi: 10.1016/j.scitotenv.2011.11.008. Review. PubMed PMID: 22153604. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22153604
    Havas M. Electromagnetic hypersensitivity: biological effects of dirty electricity with emphasis on diabetes and multiple sclerosis. Electromagn Biol Med. 2006;25(4):259-68. Review. PubMed PMID: 17178585. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17178585
    http://www.newswire.ca/en/story/994377/toronto-hospital-is-first-to-recognize-symptoms-from-wireless-radiation
    Genuis SJ. Pandemic of idiopathic multimorbidity. Can Fam Physician. 2014 Jun;60(6):511-4, e290-3. English, French. PubMed PMID: 24925934; PubMed Central PMCID: PMC4055310. http://www.cfp.ca/content/60/6/511.long (texte complet accessible gratuitement)
     

    Photo : « Fibromyalgia symptoms » by Mikael Häggström – Image: File:Frau-2.jpg by Ralf Roletschek (User:Marcela). Licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Fibromyalgia_symptoms.svg#mediaviewer/File:Fibromyalgia_symptoms.svg

    - See more at: http://www.jydionne.com/les-tests-sont-negatifs-vous-netes-pas-malade/#sthash.7Sd2ww2i.dpuf
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies
Mots-clés :
Fibromyalgie
Commentaires
0 vote
par France19 (IP:xxx.xx7.95.40) le 19 août 2014 a 10H59
France19 (Visiteur)

Il existe une solution pour ces maladies qui déroutent la médecine : le régime sans gluten ni produits laitiers, ou mieux encore, le régime du docteur Seignalet (lui aussi sans gluten ni produits laitiers) décrit dans le livre "l’Alimentation ou la troisième médecine". ça ne marche pas à tous les coups, mais seulement dans 90% des cas. Donc ça vaut la peine d’être testé pendant au moins un an, car il faut du temps pour se désintoxiquer.