Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les sinusites maxillaires chroniques d’origine dentaire
Les sinusites maxillaires chroniques d'origine dentaire
note des lecteurs
date et réactions
22 janvier 2010 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Jérôme, 1 article (Rédacteur)

Jérôme

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les sinusites maxillaires chroniques d’origine dentaire

Les sinusites maxillaires chroniques d'origine dentaire

La sinusite maxillaire chronique d’origine dentaire représente environ 10 à 40 % des sinusites maxillaires chroniques.

La sinusite chronique est caractérisée par une durée des symptômes rhinosinusiens supérieure ou égale à douze semaines. Les symptômes spécifiques sont des rhinorrhées purulentes antérieures et/ou postérieures, une douleur sinusale, accentuée au basculement antérieur de la tête et la possibilité d'un caractère paroxystique des symptomes. Notons l'importance de l'examen clinique dentaire pouvant mettre en exergue la présence d'une tuméfaction gingivale à la base de la dent concernée. Les symptômes moins spécifiques sont des céphalées, de la fièvre, une fatigue et occasionnellement de la toux. Les patients décrivent leur céphalée comme une source d’inconfort dans leur sinusite maxillaire chronique et elle peut parfois être classée comme une migraine dans 98% selon certaines études suivant les critères de diagnostic établis par l’International Headache Society (IHS).

D'après de nombreux auteurs, on sous-estime le plus souvent l’importance des sinusites comme étiologie possible des céphalées. Le diagnostic des sinusites chroniques repose sur la clinique, l’endoscopie nasale (avec présence de pu au niveau du méat moyen) et sur le scanner des sinus. Dans le cas de sinusites chroniques d’origine dentaire, le scanner met en évidence l’épaississement de la muqueuse (60% des cas), parfois un sinus rempli de sécrétions et une opacité réactionnelle autour du corps étranger. L’apparition d’une réaction inflammatoire sinusale dépend de plusieurs éléments : i) la présence d’une fistule oro-antrale, ii) la présence d’un corps étranger pénétrant la cavité par le plancher sinusal maxillaire, comme un amalgame dentaire, une racine dentaire, un instrument dentaire brisé lors d’un soin,… iii) le développement d’un granulome péri-apical, iv) le développement d’un (kérato)kyste inflammatoire molaire. Le traitement des sinusites maxillaires chroniques d’origine dentaire est double : il doit prendre en charge les lésions inflammatoires sinusiennes ainsi que la cause dentaire de ces lésions. De nombreux patients sont traités par des cures répétées d’antibiotiques pendant des années sans mettre en évidence l’origine dentaire de la pathologie. Le traitement médical est donc souvent complété par une approche chirurgicale. Les approches chirurgicales externes telles que la voie classique de Caldwell-Luc, ont autrefois été préconisées, mais elles se sont vues progressivement remplacées par la chirurgie sinusienne sous contrôle vidéo-endoscopique, méthode plus sûre, plus rapide, moins invasive et comportant moins de séquelles sur la clairance ciliaire des muqueuses sinusales, un moindre risque hémorragique et une durée d’hospitalisation réduite.

Les corps étrangers intra-sinusaux sont aisément retirés à l’aide d’une aspiration courbe après réalisation d’une large méatotomie moyenne. Les étiologies sont variées : cela peut aller d'une dévitalisation dentaire où l'amalgame dentaire passe dans le sinus maxillaire (la racine des dents supérieures étant ancrée dans l'os maxillaire et débordant souvent dans le sinus) à la présence de racines dentaires laissées dans le sinus, en passant par les infections de la chambre pulpaire des dents concernées par un rapport intime avec le sinus.

Prise en charge :

La sinusite maxillaire chronique d’origine dentaire est une pathologie fréquente en Oto-Rhino-Laryngologie. Le traitement et le suivi du patient sont pris en charge par une équipe multidisciplinaire comprenant l’ORL, le chirurgien maxillo-facial et le radiologue. L’extraction de l’amalgame dentaire est généralement réalisée sous vidéo-endoscopie par l’otorhinolaryngologiste. La fermeture d’une fistule bucco-sinusale (si présente bien entendu) est pratiquée par le stomatologue et peut-être réalisée dans le même temps opératoire. La guérison est dès lors complète et définitive dans la plupart des cas.

SOURCES

  •  

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Dents Sinusite
Commentaires
1 vote
par Estelle Vereeck (IP:xxx.xx8.155.161) le 23 janvier 2010 a 17H44
Estelle Vereeck, 26 articles (Dentiste)

Ce n’est pas de l’amalgame dentaire que l’on retrouve dans le sinus mais un matériau non moins toxique dû au dépassement de la pâte d’obturation canalaire obturant les racines d’une molaire ou d’une prémolaire. Une simple radio panoramique dentaire permet de la mettre en évidence.

Cette pâte peut contenir des anti-inflammatoires et des désinfectants chimiques qui n’empêchent nullement l’infection mais sont des polluants majeurs : http://www.holodent.com/article-127...

Lors de la dévitalisation d’une dent, il faut donc être très vigilant et demander au dentiste d’employer une pâte ne contenant pas d’additifs chimiques.

1 vote
par lila (IP:xxx.xx6.127.223) le 14 juillet 2014 a 01H12
lila (Visiteur)

je suis tomber par hasard sur votre article et je me reconnais la dans se que vous décrivez ! Merci pour cette article car vraiment je pense enfin qu’on va pouvoir me prendre en charge pour ce que j’ai réellement !!!! bonne continuation merci !