Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les neurones captent-ils les portables ?
Les neurones captent-ils les portables ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
24 février 2011
Auteur de l'article
Pr. Antoine Pelissolo, 41 articles (Psychiatre)

Pr. Antoine Pelissolo

Psychiatre
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
41
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Les neurones captent-ils les portables ?

Les neurones captent-ils les portables ?

Malgré de nombreux débats, rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que l’usage des téléphones portables pourrait avoir un effet toxique, notamment cancérigène, sur le cerveau. Les études menées sur ce sujet ont donné des résultats contradictoires.

En revanche, des chercheurs Américains en neurosciences viennent de montrer que l'application d'un téléphone en communication (mais sans le son), pendant 50 minutes contre une oreille, pouvait modifier le métabolisme du cerveau, en tout cas dans certaines zones (en vert ci-dessus). Il s'agit des régions les plus proches de l'antenne du téléphone, à savoir le cortex orbito-frontal et le lobe temporal. Ces structures sont impliquées dans de nombreuses fonctions intellectuelles et sensorielles comme la mémoire, la compréhension des sons, le ressenti des émotions et la prise de décision.

Cette étude a été menée chez 47 volontaires en bonne santé, à l'aide d'un appareil d'imagerie cérébrale (TEP) enregistrant le métabolisme du glucose, reflet de l'activité des neurones et des autres cellules du cerveau.

Les ondes des téléphones portables ont donc un effet mesurable (mais faible) sur certaines activités cérébrales, et il est difficile pour l'instant d'aller plus loin dans l'interprétation. Il existe bien certains outils de stimulation magnétique permettant d'obtenir le même type d'effets, parfois thérapeutiques dans la dépression par exemple, mais avec des mécanismes différents et à une intensité bien plus forte. 

Dans le doute, faites quand même comme les ados : envoyez des textos (ou utilisez des oreillettes) !

Pr Antoine PELISSOLO, psychiatre
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies