Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les momies avaient trop de cholestérol
Les momies avaient trop de cholestérol
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
11 mars 2013
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les momies avaient trop de cholestérol

Les momies avaient trop de cholestérol

L’athérosclérose n’est pas une maladie apparue avec la junk food au sens où on l’entend depuis le siècle dernier. Une équipe internationale de chercheurs, qui a examiné au scanner 137 momies provenant d’Égypte ou des Amériques, a révélé que l’athérosclérose est une pathologie qui affecte l’humanité depuis au moins 4 000 ans.

L’étude menée par l’équipe internationale de chercheurs a été baptisée Horus -du nom d’une ancienne divinité égyptienne- et ce n’est pas par hasard. Elle s’est penchée sur 137 momies, dont 76 d’Egypte, 51 du Pérou et 10 d’Amérique du nord, et a crée la sensation au congrès annuel de l’American College of Cardiology, qui s’est tenu récemment à San Francisco. Les conclusions sont déroutantes : L’athérosclérose ne serait pas le reflet pathologique des "travers" nutritionnels du mode de vie occidental moderne. Loin de là.
 
A l’origine de crises cardiaques et de bon nombre de maladies cardiovasculaires, cette pathologie a accompagné au moins 4 000 ans d’histoire et aurait frappé nos ancêtres en des lieux géographiques fort différents et culturellement éloignés. Serait-elle donc inhérente à l’espèce humaine ? Le Professeur Randall Thompson, de l’Institut du cœur de Kansas City, aux Etats-Unis, et principal auteur de l’étude, le soupçonne fortement : « Il est surprenant de voir que l’athérosclérose est aussi fréquente dans ces anciennes cultures à travers le globe sur une période de temps aussi étendue et parmi des personnes très différentes génétiquement et avec des modes de vie et des régimes alimentaires aussi variés ».

Près d’un tiers des momies examinées présentaient des signes d’athérosclérose certaine ou probable. Les lésions concernaient l’aorte (20%), les axes ilio-fémoraux (18%), les carotides (12% et les coronaires (4%). Une étude de la même nature avait été effectuée en 2011, et elle avait mis en lumière des résultats similaires. A ceci près qu’elle ne concernait alors que les momies égyptiennes, en suggérant ainsi que l’athérosclérose avait pu, dans un contexte particulier, être favorisé par une alimentation riche en graisse et en cholestérol qui aurait prédominé chez l’élite égyptienne.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté