Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les médecins seraient-ils tous identiques ? Où en est l’évaluation ?
Les médecins seraient-ils tous identiques ? Où en est l'évaluation ?
note des lecteurs
date et réactions
30 avril 2012
Auteur de l'article
Denise Silber, 27 articles (Spécialiste e-santé)

Denise Silber

Spécialiste e-santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
27
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les médecins seraient-ils tous identiques ? Où en est l’évaluation ?

Les médecins seraient-ils tous identiques ? Où en est l'évaluation ?

L’évaluation de tous les professionnels et en particulier des médecins est un sujet qui ne laisse pas indifférent... les professions. Et pourtant, qui pense que les médecins, avocats, et autres professionnels sont tous de qualité identique au sein de leur métier ?

Sûrement pas les patients du Dr Thi Tran, dermatologue, puisqu’il a été voté, le 24 avril 2012, dermatologue de l’année aux Etats-Unis. C’est la caricature, soit ! Car comment un médecin peut-il émerger de toute une profession ? Il est temps de faire un retour* sur le sujet de l’évaluation des professionnels sur Silber’s Blog, non seulement à cause du Dr Tran, mais aussi parce que le contexte évolue aux Etats-Unis et en France.

D'abord, un peu d'histoire. Aux Etats-Unis, la publication d'évaluations de médecins s'est développée depuis plus de trente ans. Du temps du bon vieux papier, des éditeurs comme Castle & Connolly lançaient à l'attention du grand public des annuaires nationaux de médecins recommandés par les médecins : en suite les magazines s'y sont mis avec leur numéro "best doctors" et enfin, depuis internet, il existe des "rating sites" spécialisés où les patients donnent leur avis, commeRatingMds , Vitals et bien d'autres.

Capture d’écran 2012-04-30 à 02.20.19Le site appelé Avvo(comme avocat en italien) se différencie des autres sites de rating. Avvo s'est lancé d'abord sur le créneau des avocats puis celui des médecins en 2010. Avvo propose non seulement des évaluations mais aussi des conseils gratuits de la part de ces deux professions, médecins et avocats. Et, en plus des évaluations par les clients, Avvo a la particularité de proposer une évaluation chiffrée (de 1 à 10) du médecin ou de l'avocat. Cette évaluation est constituée mathématiquement, à partir d'informations disponibles dans des bases de données publiques. C'est sûrement imparfait, mais c'est un début.

La loi américaine s'est récemment prononcée en faveur d'Avvo, à l'occasion d'un procès lancé contre l'éditeur par un avocat qui s'opposait à son évaluation. Nous apprenons le 30 mars 2012 qu'un juge américain a déclaré que la liberté d'écrire un avis concernant un professionnel fait partie de la liberté d'expression aux Etats-Unis.

Enfin, n'oublions surtout pas que des sites "tous azimuts" comme Google, Yelp, et Qype donnent la possibilité à l'internaute de indiquer son avis sur tout et partout, donc en France. C'est à la mode d'attaquer Google pour des pratiques inadaptées au pays local...Il faudrait beaucoup de moyens pour réussir à bloquer la publication d'avis d'internaute sur Google, Yelp, et Qype.

Quant aux initiatives web d'origine française dans ce domaine, leur histoire est plus courte ;-) : deux sites ouverts aux usagers en 2008 — dont un qui concernait plusieurs professions— ont rapidement fermé.

Un autre portant sur les médecins et réservé à l'usage des médecins, et lancé en 2010 par Dominique Dupagne, a "préféré" prolonger son bêta-test et ajuster son positionnement... Il rouvrira prochainement, toujours réservé aux médecins, sous un nouveau nom, plus adapté aux attentes des confreres, selon son fondateur. Quelle utilité ce site aurait-il pour les médecins ? Chaque médecin est amené à chercher des confrères pour ses patients, soit dans des localisations où il ne connaît personne soit par rapport à un cas complexe où il ne connaît pas "le bon spécialiste". Le médecin généraliste, par exemple, n'est-il pas le coordinateur d'un parcours de soins ?

La différence des pratiques entre médecins d'une même discipline est réelle. Si ce n'était pas le cas, le médecin n'aurait pas besoin de constituer et d'entretenir son réseau de correspondants. Il lui suffirait de prendre l'annuaire et de chercher le premier de disponible. La Caisse nationale de l'assurance maladie ne ressentirait pas le besoin de contrôler les prescriptions ni de mettre en place son système d'encouragement de certains comportements,si tout le monde était de la même haute qualité.

Autre nouvelle, aux Etats-Unis, Medicare, qui est un peu le pendant de la Cnam, introduitune rémunération différenciée, plus élevée pour un médecin qui fournit un meilleur rapport qualité prix. Ceci fait suite à des modifications de la loi entraînées par Obamacare, mais ce n'est pas une mince affaire, puisque le médecin agit de plus en plus rarement seul. Il faut donc tenir compte des résultats d'une "équipe" informelle mouvante. Bref, il est prévu de poursuivre la mise en place aux Etats-Unis pendant 5 ans. 

Et enfin, rappelons qu'une nouvelle transparence émerge concernant les relations financières entre les médecins et les industriels...

Terminons ce billet par quelques statistiques intéressantes,fournies par Avvo le 24 avril 2012. 85% des avis des patients sont positifs. 80% recommanderaient leur médecin. L'attitude et l'écoute du médecin sont déterminants.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies
Mots-clés :
Médecin