Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les médecins de l’ASEF à l’assaut du gaz de Schiste
Les médecins de l'ASEF à l'assaut du gaz de Schiste
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
29 août 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les médecins de l’ASEF à l’assaut du gaz de Schiste

Les médecins de l'ASEF à l'assaut du gaz de Schiste

Les médecins de l’Association santé environnement France (ASEF) sont montés au créneau pour dénoncer l’exploitation du gaz de Schiste. Selon les intéressés, qui ont été 2 500 à s’exprimer dans un communiqué rendu le 28 août dernier, les techniques de forage font courir des risques sérieux pour la santé et l’environnement en raison notamment de la présence d’agents « hautement cancérigènes » dans les puits d’extraction.

Le Docteur Pierre Souvet, président de l’Association santé environnement France (ASEF) est particulièrement remonté contre la gaz de schiste. Mais il a attendu la communication du rapport dressé par les médecins de son association pour taper du poing sur la table : « On utilise dans les techniques de forage des centaines de produits chimiques qui sont pour la plupart toxiques, voire cancérigènes ». Et ce n’est pas tout. Le spécialiste indique que « les roches souterraines fracturées libèrent elles aussi des substances toxiques comme des métaux lourds ou encore de la radioactivité naturelle ». Une conséquence directe serait l’infiltration des polluants dans les nappes phréatiques, provoquant ainsi une contamination de l’eau du robinet consommée par le plus grand nombre.
 

Et l’ASEF a déjà trouvé des éléments inquiétants tels qu’arsenic, cuivre, métaux lourds ou 2-butoxyréthanol dans l’eau destinée aux habitations à proximité des puits de forage. La pollution de l’air serait également au rendez-vous, sans compter que le gaz extrait, le méthane, est « beaucoup plus réchauffant que le CO2 ». Pour Pierre Souvet et les 2 500 médecins de l’ASEF à l’origine de cette réflexion, il n’y a pas de doute : « Le trou qui sera creusé en exploitant le gaz de schiste sera celui de la Sécurité sociale ». Rappelons que l’exploitation du gaz de schiste devrait constituer un sujet majeur de débat lors de la Conférence environnementale organisée par le gouvernement le 14 septembre prochain.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté