Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les maux de tête n’abîment pas le cerveau
Les maux de tête n'abîment pas le cerveau
note des lecteurs
date et réactions
20 janvier 2011
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 597 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
597
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Les maux de tête n’abîment pas le cerveau

Les maux de tête n'abîment pas le cerveau

Vous avez des migraines et des maux de tête à répétition ? Rassurez-vous au moins sur une chose : ceux-ci n’accroissent en aucun cas un risque de déclin intellectuel, même si l’IRM détecte de petites liaisons cérébrales. Cette conclusion a été rendue par le Docteur Christophe Tzourio et son équipe de neuroépidémiologistes de l’Inserm-Université Pierre et Marie Curie (Paris VI). Le rapport a été publié le 19 janvier dernier dans l’édition en ligne du British Medical Journal.

Cette enquête s’est déroulée sur un fond de décor assez préoccupant : Sur toute la France on compte 11 millions de migraineux, dont 5 à 10% d’enfants. Pas moins de 780 personnes âgées de plus de 65 ans ont ainsi été suivies, pendant dix ans, pour les besoins d’une étude sur les effets des migraines sur le cerveau. Résultat ? Même sévères, les migraines n’affectent pas les capacités de raisonnement, n’endommagent pas la mémoire et n’entraînent pas l’Alzheimer. L’observation de petites lésions cérébrales par IRM chez les personnes exposées (et notamment chez les hypertendus et les diabétiques) avait pourtant accouché de l’hypothèse d’un lien entre maux de tête de difficultés cognitives, en particulier dans le cadre d’un vieillissement des intéressés.

Mais Christophe Tzourio, après avoir analysé les tests sur toutes les personnes qui se sont prêté à son étude, est catégorique : « L’avantage de cette cohorte est qu’il s’agissait de personnes relativement âgées. Or, comme la migraine débute souvent avant 30 ans, si celle-ci avait effectivement un effet délétère et cumulatif sur le cerveau, nous devions observer des dommages cérébraux et un déclin cognitif accru chez les migraineux ». Pour Tobias Kurth, co-auteur de l’étude et chercheur responsable des analyses, le résultat est très rassurant puisque « le migraine n’augmente pas le risque de déclin cognitif ».
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies