Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les IST font leur grand retour en France
Les IST font leur grand retour en France
note des lecteurs
date et réactions
20 février 2013
Auteur de l'article
AntoineM, 42 articles (Rédacteur)

AntoineM

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
42
nombre de commentaires
0
nombre de votes
5

Les IST font leur grand retour en France

Les IST font leur grand retour en France

Depuis quelques mois, le nombre d’infections sexuellement transmissibles (IST) est en forte hausse en France. L’augmentation des cas de gonorrhées, de chlamydia et de syphilis semble particulièrement alarmante.

Hausse des cas diagnostiqués

Depuis le début des années 2000, on assiste à une forte progression du nombre de diagnostics d’infections à chlamydia. Il en est de même pour la gonorrhée aussi appelée “chaude pisse”. Le retour de la syphilis inquiète aussi les médecins.

Ce sont les jeunes hommes de 18-30 ans qui sont le plus touchés, bien que les femmes soient de plus en plus concernées. Les maladies sexuellement transmissibles peuvent être d’origine virale (herpès génital, sida, hépatite), bactérienne (chlamydiae, honorées, syphilis, urétrites non spécifiques) ou parasitaire (trichomonas vaginalis). Elles font partie des 5 premiers motifs de consultation chez le médecin en France selon l’OMS.

Voici les résultats de fin 2012 publiés par le système de défaillance des hôpitaux de Marseille par rapport à la période 2005-2011 :

  • 10 fois plus d’infections à gonocoques
  • 2,7 fois plus de cas de syphilis active
  • Environ 2 fois plus de cas de VIH

Des symptômes invisibles

Le danger de ces IST réside bien souvent dans l’absence de symptômes. Sans signal d’alerte, on ne pense pas toujours à consulter un médecin. 75% des cas de chlamydia chez la femme ne déclenchent aucune anomalie qui pourrait inquiéter les personnes infectées. Or, sans traitement, des complications graves peuvent survenir. Rétrécissement de l'urètre chez l'homme, grossesses extra-utérines chez la femme et bien plus grave encore, un risque plus élevé d’être contaminé par le virus du sida. En effet, les IST multiplient par deux le risque de contracter le VIH en fragilisant les muqueuses.

Il ne faut donc pas attendre que des symptômes se manifestent pour se faire soigner. Le premier réflexe à avoir suite à des rapports non protégés, c’est d’effectuer un test de dépistage.

Antoine
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté