Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les égoutiers manifestent pour leur santé
Les égoutiers manifestent pour leur santé
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
30 mai 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les égoutiers manifestent pour leur santé

Les égoutiers manifestent pour leur santé

Victimes de conditions de travail difficiles, plusieurs centaines d’égoutiers et autres professionnels des réseaux d’assainissement ont battu le pavé à Paris, le 29 mai dernier, pour demander un départ à la retraite à 50 ans, soit un gain de deux années au vu de ce qu’accorde la législation actuelle. La mobilisation, encadrée par la CGT, intervient suite à une étude de l’INSERM, qui souligne la mortalité précoce à laquelle est exposée la profession : L’espérance de vie des égoutiers est de 17 ans inférieure à la moyenne nationale.

L’écart est assez spectaculaire. Et il aura fallu un rapport de l’Inserm et de la ville de Paris pour le mettre en lumière. Rendues en 2010, les conclusions ont de quoi faire sauter les bouches d’égout de la capitale : Les professionnels oeuvrant dans les dédales souterrains vivent en moyenne 17 ans de moins que le reste de la population, et sept ans de moins que l’ensemble des ouvriers de l’hexagone. Et la réforme des retraites touchant les intéressés a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. A l’appel de la CGT, la profession a défilé le 29 mai dernier dans la capitale. La revendication était claire : obtenir à nouveau le droit de partir à la retraite à 50 ans, comme ce fut le cas avant la loi Fillon.

A Paris notamment, où 254 égoutiers sont employés par la ville, la profession est confrontée à l’absence permanente de lumière, aux cafards, aux rats, aux odeurs pestilentielles, aux divers détritus, aux matières fécales et, dans une proportion croissante, à toutes sortes de produits chimiques ou radioactives en sus des nitrates et des solvants. Et les égoutiers ne sont pas à l’abri d’une chute dans l’eau ou d’une exposition à des gaz, comme l’hydrogène sulfuré (provenant des matières en état de décomposition), qui peut provoquer diarrhées, nausées, hépatites virales E et cancers du foie. Ajoutons à cela l'humidité et la chaleur. Il n’en faut pas plus pour que le biologiste Claude Danglot s’alarme : « La mortalité des égoutiers a augmenté de 56% en 10 ans. Et cela ne fait aucun mystère : l’environnement de travail est clairement responsable ». La CGT en est consciente, « les gars ne peuvent pas descendre en scaphandre, mais ils doivent être mieux protégés ».
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté