Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les e-cigarettes pas si anodines que ça !
Les e-cigarettes pas si anodines que ça !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 décembre 2010
Auteur de l'article
Joëlle. B, 13 articles (Pharmacienne)

Joëlle. B

Pharmacienne
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
13
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les e-cigarettes pas si anodines que ça !

Les e-cigarettes pas si anodines que ça !

Les e-cigarettes ou cigarettes électroniques vantées comme un moyen de fumer « sainement » ne serait pas si anodines que ça !

Inventée en 2003 par un japonais, la cigarette électronique est un procédé qui, grâce à une batterie au lithium, vaporise un liquide renfermant du propylène glycol et un mélange d’arômes artificiels (tabac, pomme, menthe…) avec ou sans nicotine.
Lorsque l’on aspire, un microprocesseur active un atomiseur qui mélange le liquide avec l’air inspiré et propulse le mélange sous forme de vapeur ressemblant à de la fumée de cigarette, à une température de 50 à 60 ° C. L’effet d’une « vraie » cigarette est reproduit, sans les substances nocives habituellement contenues dans la fumée.
Alors, véritable révolution ? Pas si sûr car de récents tests effectués par des chercheurs californiens tendent à prouver que ces e-cigarettes présenteraient des dangers pour la santé.
En premier lieu, on constate souvent des fuites de liquide lors du remplacement de la cartouche et donc un contact du propylène glycol (utilisé principalement comme antigel) avec la peau ou les lèvres. La législation entourant ces produits étant floue, l’étiquetage des produits ne mentionne pas clairement la présence ou non de nicotine, ni sa concentration.
La température de vaporisation étant comparable à celle d’une vraie cigarette, ses méfaits concernant la bouche, la gorge et l’œsophage sont les mêmes. C’est pourquoi, les chercheurs californiens demandent tout simplement l’arrêt de leur commercialisation ! 
Ces e-cigarettes entretenant l’accoutumance à la nicotine et le réflexe de fumer, elles ne peuvent être utilisées comme procédé dans le sevrage tabagique. Leur prix élevé ainsi que celui des cartouches de remplacement en font également un produit de « luxe » dont il faudrait peut-être bien se passer !
 
Joëlle B.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Les Actus