Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les dessous toxiques de la mode
Les dessous toxiques de la mode
note des lecteurs
date et réactions
22 novembre 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Marielea, 39 articles (Rédacteur)

Marielea

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
39
nombre de commentaires
4
nombre de votes
51

Les dessous toxiques de la mode

Les dessous toxiques de la mode

Dans quel monde vivons-nous ? Je suis en colère et un peu désemparée... Les entreprises font de nous des victimes et des complices de leurs mauvaises pratiques. Il y a déjà la malbouffe, tous ces colorants et autres produits chimiques qui nous intoxiquent ainsi que la planète ! et les vêtements maintenant !

J'avais déjà été alertée par la campagne Dirty Laundry sur les éthoxylates de nonylphénol, produits chimiques fréquemment utilisés comme détergents dans de nombreux processus industriels et dans la production de textiles naturels et synthétiques. Le nonylphénol est un perturbateur hormonal qui induit « un risque possible d'altération de la fertilité et un risque possible pendant la grossesse d'effets néfastes pour l'enfant ». Il est « très toxique pour les organismes aquatiques et peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l'environnement »... Ces produits s'accumulent dans les rivières et cours d'eau. Les poissons sont contaminés, et au bout de de la chaîne l'homme qui consomme ! L'étude montre que les eaux chinoises sont les plus polluées au monde, avec 70% de ses rivières, lacs et réservoirs affectés par tous types de polluants. Du NP a même été retrouvé dans le lait maternel ! Effrayant !

Les manutentionnaires qui manipulent ces produits sont en danger ! En Europe, ils sont interdits depuis 2003.(1) Mais qu'ils soient européens, chinois, indiens ou bangalais, tous les individus doivent être protégés de la même façon...local/cache-vignettes/L455xH255/GP03TE0jpg-eed2b-ef837.jpg

Des phtalates ou des colorants azoïques susceptibles de libérer des amines cancérogènes ont aussi été détectés.

Les grandes marques de sport -Puma, Nike - ont accepté le défi de rompre leurs contrats avec les fournisseurs asiatiques qui utilisent des substances chimiques toxiques, et ont un objectif de " zéro rejet" d'ici 2020 ! La question est pourquoi attendre ? S’il est avéré que le danger est manifeste, pourquoi ne pas changer de procédé maintenant ? Et si le changement, c'était maintenant ? Lewis a adhéré mais n'a rien fait pour s'améliorer...

b5ed1686-cd88-11e0-b8ed-9d47491a6b8b-copie-1.jpgTommy Hilfiger a mis en place une politique de gestion des déchets sans signer la charte. Quant à Victoriat's secret et Gap, ils n'ont aucune gestion des déchets chimiques...

Greenpeace Detox a fait analyser 141 articles vendus par des marques comme Zara, C&A, Metersbonwe, connue en Chine, Calvin Klein, Armani, Levi's – qui met des jeans à un Lewis Mango, Tommy Hilfiger , Vero Moda, Benneton, et même Victoria's Secret (mon petit chouchou lingerie...). Nous pourrions croire que seules les marques de grandes distributions soient pollueuses dans un but de réduire les coûts ! Que nenni ! Tous y baignent !

Nos vêtements, nous les aimons, ils nous représentent symboliquement. Ils sont aussi la représentation de la créativité des couturiers. Avec de telles pratiques, je suis, à mon corps défendant, associée et victime de ces dégâts de la planète et de la santé... Mon dernier slim Lewis, je le regarde d’une autre façon... Mes tenues et les vêtements de nuit de mes filles de Victoria’s Secret aussi... Et mes fils qui affectionnent Tommy Hilfiger... 

Depuis mars 2012, la campagne de Greenpeace Dirty laundry reload est en route. Et les aurteurs demandent aux marques citées de cesser tout rejet de substances chimiques dangereuses dans l'environnement en les remplaçant par des alternatives plus sûres. La marque Zara est dans le colimateur ! (1)

local/cache-vignettes/L455xH288/Greenpeace-D8041-9b12e.jpgNous, consommateurs complices et victimes, soutenons cette campagne "zéro déchet". L’organisation demande à toutes les grandes marques de vêtement de mettre fin à l’utilisation des NPE dans leurs processus de production dès 2013. Des alternatives non nocives existent depuis longtemps sur le marché.

Notre poids est immense ! En boycottant ces marques et en demandant à nos gouvernements et aux entreprises de décontaminer les rivières, nos vêtements...

Si tous les gars du monde voulaient se donner la main...

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Ricoxy (IP:xxx.xx0.86.143) le 24 novembre 2012 a 10H20
Ricoxy (Visiteur)

Nos vêtements, ce sont évidemment un seconde peau. Mais là, les industriels de l’empoisonnement y vont fort. Nos vêtements deviennent des « tuniques de Nessus ».

Et que dire des vêtements prétendument « intelligents » qui s’accommodent selon les conditions météorologiques ?