Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les dermatologues alertent sur les risques du tatouage
Les dermatologues alertent sur les risques du tatouage
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 janvier 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les dermatologues alertent sur les risques du tatouage

Les dermatologues alertent sur les risques du tatouage

Le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) alerte sur les dangers présentés par les tatouages, qu’ils soient permanents ou éphémères. Les encres pour tatouages renfermeraient des métaux lourds toxiques et entraîneraient des risques d’allergies ainsi que des problèmes dermatologiques variés. Les professionnels des maladies de peau, qui font une mise au point des règles à respecter chez les amateurs et utilisateurs de ce loisir, rappellent que le détatouage doit être réalisé par un médecin spécialiste.

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait déjà multiplié, ces dernières années, les mises en garde contre les risques d’allergie liés aux tatouages à base de henné noir. Et selon le CHU de Lyon, qui a ouvert en 2011 une consultation et des places d’urgence pour les cas de réaction à un tatouage éphémère, le henné noir provoquerait des réactions allergiques parfois violentes nécessitant une intervention médicale urgente. Cette année c’est le Syndicat des dermatologues et vénéréologues (SNDV) qui publie un communiqué pour mettre en avant les risques liés aux tatouages en général, qu’ils soient permanents ou temporaires.
 
Selon le syndicat, les encres, qui contiendraient des produits tels que métaux ou hydrocarbures, seraient potentiellement dangereuses pour la peau, voire même cancérigènes lorsqu’on les introduit dans le derme. Les pigments qui font partie de leur composition pourraient quant à eux entraîner des dermatoses variées, eczéma, lucite, sarcoïdose, ou pseudo-lymphome. Et aux dires du SNDV, cela se solde souvent par des réactions allergiques. Les personnes ayant déjà souffert de problèmes de peau (tels que psoriasis, lichen plan, sarcoïdose ou vitiligo), ou qui présentent des grains de beauté ou des tâches de rousseur sont tout particulièrement vulnérables.
 
Pour ce qui est des tatouages au henné, le SNDV se joint aux autorités ayant déjà formulé des avertissements. Le henné serait certes un produit naturel et sans risque, mais des fabricants le rendent nocif pour la peau en le mélangeant à du paraphenylènediamine (PPD). Les professionnels des maladies de la peau mettent par conséquent l’accent sur les risques liés aux séances de tatouage. Après avoir procédé à un lavage antiseptique, le tatoueur doit, pour son travail, préparer l’asepsie de la peau qui doit être tatouée, nettoyer et désinfecter, stériliser tout le matériel stérilisable, utiliser du matériel à usage unique, et ne toucher à rien qui ne soit pas protégé ou à usage unique pendant le tatouage.
 
Ensuite, l’œuvre d’art ayant été effectuée, le tatoueur doit nettoyer le tatouage avec une solution antiseptique. Une crème cicatrisante et un pansement (à garder pendant deux à six heures) sera ensuite appliqué. Par ailleurs, le procédé pour se débarrasser d’un tatouage est long et coûteux, et cet acte a lieu chez un dermatologue. Ce dernier utilise le laser déclenché, qui fait exploser l’encre du tatouage par une onde de choc.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Dwaabala (IP:xxx.xx1.69.35) le 22 janvier 2013 a 20H48
Dwaabala (Visiteur)

Difficile d’écouter un dermato italien quand il vous dit : "La rose t’a toué"