Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les conséquences sexuelles du cancer de la prostate
Les conséquences sexuelles du cancer de la prostate
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 janvier 2013
Auteur de l'article
Jean Lellouche, 21 articles (Rédacteur)

Jean Lellouche

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
21
nombre de commentaires
0
nombre de votes
49

Les conséquences sexuelles du cancer de la prostate

Les conséquences sexuelles du cancer de la prostate

Tous les traitements destinés à lutter contre le cancer de la prostate ont des conséquences sur la vie sexuelle des patients, mais celles-ci varient selon le type de traitement utilisé.

Quand un homme se fait diagnostiquer un cancer de la prostate, outre le risque mortel, l’effet psychologique et moral peut être désastreux. Mais les traitements recommandés pour soigner cette maladie peuvent entraîner des complications augmentant la possibilité de dysfonctions sexuelles.

C’est une étude parue dans le numéro de janvier de la revue spécialisée Urology qui souligne ce phénomène. En effet, des chercheurs de Boston sont parvenus à démontrer que certains patients se plaignaient des traitements qu’ils avaient reçus et qui perturbaient leur activité sexuelle.

Ces travaux rejoignent ceux présentés à l’occasion du 106e Congrès Français d’Urologie. Les scientifiques constatent ainsi que le nombre de cancers de la prostate s’est multiplié, que les patients sont de plus en plus jeunes mais que, dans le même temps, leur espérance de vie est de plus en plus grande. C’est pourquoi la question de l’impuissance liée à ce type de cancer revient souvent.

Néanmoins, la façon dont sont traités les hommes victimes de cette maladie influe sur la nature des troubles de l’érection qui peuvent survenir. Selon les derniers chiffres publiés, 44 % des hommes soignés par prostatectomie souffrent de difficultés sexuelles moyennes ou sévères, alors que ce chiffre n'est que de 22 % après radiothérapie et 13 % en cas de curiethérapie. 

La prostatectomie (c’est-à-dire l’ablation chirurgicale de la prostate, des vésicules séminales et des ampoules déférentielles) est la méthode de traitement qui cause le plus de dommages pour les fonctions sexuelles. Les docteurs reconnaissent que le risque de dysfonctions érectiles est important mais ils informent également les patients que des solutions existent pour remédier à ce problème d’impuissance

Selon les analyses de ces experts, les traitements par inhibiteurs de la PDE-5 sont assez efficaces dans ces situations : le Sildénafil présente un taux de réussite de 77%, tandis qu’il est de 55% pour le Tadalafil, à la fois pour l'amélioration de l'érection et pour la satisfaction lors d'un rapport sexuel.

 

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté