Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les congrès médicaux gaulois 1.0 versus les congrès médicaux yankees 2.0
Les congrès médicaux gaulois 1.0 versus les congrès médicaux yankees 2.0
note des lecteurs
date et réactions
17 novembre 2011
Auteur de l'article
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Catherine Coste

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
48
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Les congrès médicaux gaulois 1.0 versus les congrès médicaux yankees 2.0

Les congrès médicaux gaulois 1.0 versus les congrès médicaux yankees 2.0

1.0 signifie tout simplement : "qui n’est pas en ressource partagée" sur le net, impossibilité de partager de l’info en temps réel.
2.0 signifie au contraire : partager de l’info (en envoyer et en reçevoir) sur le net. Les données 2.0 sont donc des données dites en "open source".

Ah, ces congrès médicaux non streamés en live (pour quoi faire ??) où seuls sont convoqués quelques happy few spécialistes (et bien plus rarement des patients ou autres usagers de la santé désireux de s'informer) ... La participation à de tels congrès coûte cher, de l'ordre de 200 euros la journée, voire la demi-journée ; praticiens spécialistes tous secteurs confondus (public, semi-public, privé) et cadres marketing de biotechs et laboratoires pharmaceutiques peuplent donc à eux seuls (ou presque, ajoutons la presse et, pour faire bonne mesure, un représentant ou deux d'associations de patients) ces événements tenant à la fois du congrès scientifique et de la foire commerciale ... C'est que, bien souvent, les médecins et chirurgiens gaulois sont des corporatistes de la vieille école ... cela commence à changer, certes, mais ... il y a encore du chemin à faire ...

Je vous parlais ce matin des congrès virtuels (voir), qui ne sont pas encore passés dans les moeurs en France. Prenons un congrès médical ou chirurgical typique ou lambda, d'importance moyenne : on y trouve quelques spécialistes internationaux, les spécialistes français des différentes régions ... Souvent, le matin, il est question de partager les meilleures pratiques. Quelques vidéos montrant des extraits de procédures chirurgicales, bien souvent, sont montrées et commentées par les spécialistes à tour de rôle. Vous voyez alors, dans la salle, briller les yeux des collègues. Chaque Meilleur Ouvrier de France partage avec ses pairs le meilleur de son savoir-faire ... Un grand moment ... Imaginez une réunion de chefs dans la gastronomie, échangeant leurs recettes cinq étoiles ... 

L'après-midi, après un déjeuner convivial, changement de programme. Chaque spécialiste gaulois lit une compilation de ses "white papers" ou articles scientifiques écrits et publiés récemment (comme leurs collègues les ont déjà lu sur internet, ils piquent un discret et bien mérité roupillon). Pour un non expert, cela donne l'impression d'attendre le bus sous la pluie ... A la conclusion (le bus arrive, Dieu merci !), l'expert gaulois résume l'essentiel - ce que l'on aurait précisément aimé entendre au début, car là, cela fait bien 42 minutes qu'on a perdu le fil ... Si ladite communication est lue en anglais, plus d'un médecin ou chirurgien va débiter sa "com'" à toute allure, la vitesse rivalisant avec l'accent gaulois à couper au couteau - selon le nouvel adage scientifique auto-proclamé : vitesse = rigueur scientifique * preuve + anglais ² ou autre truc simple du genre (on appelle cela une usine à gaz).

Vient ensuite le tour des experts officiant en pays anglo-saxon. Et là, ô surprise," tout est ordre et beauté" (on aurait presque envie d'ajouter "luxe, calme et volupté", merci Baudelaire). Même moi je comprends tout ... L'essentiel est dit au début, une anecdote intéressante et permettant d'illustrer les propos qui vont être tenus est relatés sur un ton sympathique, chaleureux, naturel, on ne se fait pas agresser par des diapos PPT pleines à craquer de lignes et tableaux et autres graphiques illisibles d'abord parce qu'on le voit en trop petit, ensuite parce que cela défile à Mach 2 ... Non ... Juste quelques lignes par diapo, avec l'essentiel ... au besoin, de la musique, et même de la danse - dans le cas d'un chirurgien présentant la chirurgie robotique en urologie, lors d'un congrès qui s'est tenu l'hiver dernier à Paris :



A tout cela, ajoutez que le Professeur X ne "va pas à tel ou tel congrès gaulois" qui est le bastion de son rival, le Professeur Y ... Et le Professeur Z (américain) tente ou bien de faire tampon entre les deux spécialistes gaulois, ou bien de slalomer tout schuss sur la piste noire ... En anglais, on dit : "bending over backwards" (se pencher en avant en arrière) ...

Résultat de ce brillant tiercé gaulois pur sucre : les journalistes publient des articles comme celui-ci. Pour bien des chefs de service hospitalier, la notion d'entreprise hospitalière est une insulte à leur intelligence. En matière de santé, ils raisonnent en termes de coût ; jamais en termes de gains. Les nouvelles technologies ne sont-elles pas une chance pour la France, ses chômeurs et sa croissance nulle ? Nous n'avons pas besoin de ces mandarins d'une économie de l'âge des dinosaures pour nous mettre la tête dans le sable. Les Gaulois ont déjà assez peur comme cela que le ciel leur tombe dessus ... c'est dans nos gènes.

Tiens, en parlant de gènes ... La mucoviscidose est la maladie génétique la plus fréquente en France. Le séquençage du génome peut actuellement être réalisé et d'ici 5 à 10 ans, on pourra couramment opérer un foetus pour le guérir de cette terrible maladie, au lieu d'en gérer les conséquences - très lourdes - après sa naissance : kiné à vie, toux fréquentes et épuisantes, espérance de vie diminuée, transplantation pulmonaire comme indication (or : pénurie ; de plus, cette greffe connaît encore un fort taux de mortalité, même si ce taux était encore pire par le passé) ... Pourtant, les comités d'éthique gaulois nous rebattent les oreilles avec leurs lamentations. Ceci n'est pas une bonne nouvelle. On a donc fait interdire le séquençage du génome en France. Ah bon ?! Soigner un foetus n'est pas une bonne nouvelle ?! C'est que par soigner ("tuer la maladie dans l'oeuf"), ils entendent : avorter. Avorter coûtera moins cher que de soigner, disent-ils. Et ils crient à l'eugénisme. On devrait écouter ces arguments, les prendre au sérieux et préparer la société de demain afin que "soigner" un embryon ne signifie plus "nettoyer" un embryon dans l'inconscient collectif gallo-catholique ...

Reste donc à faire comprendre aux Français que soigner dans l'oeuf n'est pas tuer dans l'oeuf ...

CHAM 2011 - Prédire, prévenir, changer ou apocalypse ? from pikel on Vimeo.


La technologie chirurgicale mini invasive coûte très cher - eh oui, tant que le fabricant est seul sur le marché mondial, ce qui est le cas pour quatre ans encore, les actionnaires s'en mettent plein les fouilles ... En attendant, si on cherche des moyens pour faire des économies, il n'y a qu'à penser au salaire ou traitement des députés et des Eurodéputés ... Feuilletage de commissions gouvernementales et européennes pas toujours très clair (c'est un doux euphémisme), dont le rôle reste ... opaque (utilité de toutes ces commissions ?) ... Bien sûr il nous faut plus d'Europe ... mais il faudrait peut-être revoir le salaire des députés et des Eurodéputés ?

Le meilleur ami de mon père est un ancien directeur de centrale nucléaire en Belgique, et ancien Eurodéputé. A ce seul titre d'ancien Eurodéputé, il touche une retraite de plus de 10.000 euros mensuels. Sans compter tous ses frais de santé - il n'en a aucun : ils sont pris en charge dans leur intégralité par le parlement européen de Strasbourg ... Où est la solidarité entre retraités "riches" et retraités "pauvres" ? Où est l'équité et l'efficacité, quand on nous dit qu'il faut faire des économies ? Et si c'était cela, le prochain scandale sanitaire, plutôt que la technologie coûteuse pour les soins chirurgicaux mini invasifs ?

Un atelier e-santé pour parler de tout cela en mode collaboratif ? IL Y A DU BOULOT ...

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Santé Santé 2.0