Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les cigarettes électroniques, une fumée pas si innocente
Les cigarettes électroniques, une fumée pas si innocente
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 novembre 2012 | 6 commentaires
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Les cigarettes électroniques, une fumée pas si innocente

Les cigarettes électroniques, une fumée pas si innocente

Depuis l’interdiction de fumer dans les lieux publics, les fumeurs se tournent vers la cigarette électronique qui est facilement disponible auprès des buralistes ou dans des boutiques spécialisées. De plus de nombreux fumeurs souhaitant arrêter le tabac l’utilisent afin de conserver le geste et supprimer les effets néfastes de la vraie cigarette.

En effet, le commerce des cigarettes électronique alias e-cigarette, se démocratise et permet au fumeur d’inhaler de la vapeur d’eau en tirant sur une tige ressemblant fortement à une « vraie » cigarette. Ce gadget de substitution émet un humectant (du propylène glycol ou de la glycérine végétale), associé à l’un des cents arômes artificiels proposés (fraise, chocolat, cigare, menthe, banane… et parfois de la nicotine), qui, transformé en vapeur par un mécanisme électronique est ensuite inhalé.

Les spécialistes de tabacologie et les médecins sont toutefois sceptiques concernant la toxicité de ce cocktail tandis que l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a émis une mise en garde.

« Malgré tout, l'efficacité de ce produit dans le sevrage tabagique commence à être établie  », constate Jean-François Etter, professeur en santé publique à l'université de Genève. « Quant aux utilisateurs, ils s’en disent très satisfaits, ce qui crée un vrai décalage avec le positionnement médical ».

On notera qu’internet a fait exploser les ventes ces deux dernières années. Environ 1 million de français auraient déjà testé l'objet, et 500.000 personnes l’utiliseraient quotidiennement, à en croire les estimations des fabricants. Selon les résultats de l'étude Paris sans tabac, menée auprès de 2 % des collégiens et lycéens de la capitale, les jeunes s'y intéressent aussi : 6 % des 12-14 ans, 12 % des 15-16 ans et 19 % des 17 ans l'ont expérimentée.

Ainsi, face au lobbying industriel, un nouvel enjeu sanitaire apparaît car il n’y a jamais de fumée sans feu…

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Les Actus
Commentaires
1 vote
par Sakéssan (IP:xxx.xx3.185.195) le 9 novembre 2012 a 18H03
Sakéssan (Visiteur)

Bonjour à tous,

utilisateur de cigarette électronique depuis quelque mois, j’ai énormément lu de retours, pseudo résultats d’études ou autres commentaires avant de franchir le pas et je trouve les partis tranchés des autorités/organismes assez pauvres en explications et fondements. Outre les modèles différents (celles que l’on trouve en bureau de tabac ne sont pas à recommander), le danger viendrait de la qualité du liquide. Hors, on peut très facilement trouver des liquides "made in France" fabriqués par des sous traitants de l’industrie agroalimentaire classiques. Colorants et arômes ne diffèrent donc pas de ceux que l’on ingère régulièrement via des aliments de haute qualité, comme les fromages en croute rouge ou les gâteaux noirs au chocolat et lait sans chocolat ni lait. C’est la méthode à mon sens la plus propice à la baisse ou l’arrêt du tabac parce qu’on est libre de ne rien changer à ses habitudes (café clope, coup de stress, habitude, gestuelle, inhalation, etc...). Ou pas. Libre à nous de baisser le taux de nicotine, fumer moins souvent mais plus longtemps, la taille de la cigarette n’étant plus imposée, etc... Personnellement, j’ai baissé mon taux de nicotine au plus bas dosage, récupérer du souffle, du goût, n’ai plus le poumon qui siffle, n’aime plus la cigarette à combustion... Reste donc la fumée : il est évident que s’injecter une substance dans les poumons n’est pas bon. La seule et unique question à laquelle je n’ai pas trouvé de réponse, et qui à mon sens est la seule qui mériterait d’en avoir une : est ce pire ou pas que la cigarette de tabac ?

2 votes
par niko (IP:xxx.xx7.3.152) le 9 novembre 2012 a 18H24
niko (Visiteur)

Bonjour, vous seriez sensés être un brin journaliste à défaut d’être scientifique. Savez-vous qu’il n’y a pas de fumée sans feu ? sans combustion ? Ce qui est généré par les e-cigarette n’est ni plus ni moins que de la vapeur. Vous le montrez dans votre contenu texte mais le titre est racoleur et laisse entendre qu’il y a des risques or les autorités de santé n’en n’ont pas encore vu.

1 vote
par CARVALE (IP:xxx.xx2.103.214) le 9 novembre 2012 a 19H45
CARVALE (Visiteur)

Pfffffff....quel enfumage... !

1 vote
par Amanda (IP:xxx.xx5.124.154) le 10 novembre 2012 a 22H16
Amanda (Visiteur)

Carevox Partageons l’info santé Où sont les infos sur la santé dans cet article ? "Les spécialistes de tabacologie et les médecins sont toutefois sceptiques concernant la toxicité de ce cocktail tandis que l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a émis une mise en garde. " De nombreuses études commencent à être à disposition du public. Elles sont regroupée ici si vous souhaitez les compulser : http://forumecigarette.wordpress.com « Malgré tout, l’efficacité de ce produit dans le sevrage tabagique commence à être établie », à l’heure actuelle, le forum-ecigarette regroupe plus de 20 000 membres qui témoignent tous d’une réduction significative de leur consommation de tabac ou même d’un arrêt total. "Selon les résultats de l’étude Paris sans tabac, menée auprès de 2 % des collégiens et lycéens de la capitale, les jeunes s’y intéressent aussi : 6 % des 12-14 ans, 12 % des 15-16 ans et 19 % des 17 ans l’ont expérimentée." Cette étude menée par le Pr Dautzenberg a été présentée en septembre dernier au congrès de la Société européenne des maladies respiratoires. Sa conclusion est que la cigarette électronique doit être interdite aux mineurs - elle l’est déjà ! Où sont donc les infos sur la santé dans cet article ? Bien à vous Amanda - Chargée des relations avec la presse - Forum-ecigarette.com

1 vote
par Camille (IP:xxx.xx4.218.51) le 12 novembre 2012 a 12H05
Camille, 453 articles (Rédacteur)

En France, l’Office Français de Prévention du Tabagisme notifie que les gadgets considérées comme cigarette électronique ne sont en aucun cas un dispositif médical ou un médicament. Toujours dans cette même optique, l’Afssaps conseille de ne pas avoir recours à la cigarette electronique malgré le fait que de nombreuses marques qui la revendent apposent le marquage CE. Néanmoins l’Afssaps ne remet pas en cause l’absence de cas d’intoxication causée par la cigarette electronique en France ou ailleurs dans l’Union européenne. Toutefois, plusieurs réserves ont dès lors été soulevées, comme le type et la concentration des contaminants potentiellement dangereux présents dans la cartouche ou encore la dose de nicotine inhalée lors de l’utilisation du produit. Un des contaminants détectés est le diéthylène glycol, un ingrédient antigel toxique pour l’être humain.Rappelons également que l’OMS ne considère pas les cigarettes électroniques comme une aide au sevrage tabagique. Alors à quand un étude scientifique courageuse pour freiner ce Lobby pharmaceutique qui chercher à banaliser la consommation des ecigarettes, et tout particulierement chez les jeunes...

0 vote
(IP:xxx.xx6.52.125) le 14 novembre 2012 a 19H28
 (Visiteur)

On sent bien que le sujet n’est pas totalement maitrisé, et que l’industrie pharmaceutique travaille bien ... En effet, vous semblez accuser le lobby pharmaceutique de lutter pour la cigarette electronique alors qu’il lutte contre ce produit qui semble plus efficace dans la lutte contre le tabac que n’importe quel autre substitut et que cette industrie n’a pas su (ou pas voulue) prendre le train en marche.