Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les 100 et 10 ans de l’hôpital Bretonneau
Les 100 et 10 ans de l'hôpital Bretonneau
note des lecteurs
date et réactions
7 novembre 2011
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Les 100 et 10 ans de l’hôpital Bretonneau

Les 100 et 10 ans de l'hôpital Bretonneau

L’hôpital Bretonneau (AP-HP), situé au cœur du 18ème arrondissement de Paris, célèbre cette année son « cent et dixième anniversaire ».

Etablissement pédiatrique ouvert le 1er mars 1901, il a traversé le siècle au service de l’enfance et de la maternité. En 1988, inadapté aux exigences nouvelles en matière de sécurité et de confort hospitalier, l’hôpital ferme ses portes. Pendant dix ans, Bretonneau abrite dans ses murs un centre de création picturale et musicale. Partiellement reconstruit, l’hôpital rouvre ses portes en 2001 pour répondre à une demande nouvelle de la société : la prise en charge des personnes âgées.

La naissance de l’hôpital Bretonneau remonte à 1895 et son histoire raconte la lutte menée contre les maladies contagieuses et les progrès obtenus dans le domaine des sciences médicales infantiles. A la fin du 19ème siècle à Paris, l’hospitalisation des enfants malades n’est assurée que par deux établissements spécialisés : l’hôpital Necker-Enfants malades et l’hôpital Trousseau. Mais, les conditions dans lesquels les enfants sont hébergés font l’objet de critiques sévères, comme en témoigne les taux de mortalité très élevés. L’isolement des malades par pathologie infectieuse apparaît alors comme le seul moyen d’enrayer les épidémies qui ravagent les services pédiatriques. Aussi, l’Assistance Publique entreprend en 1895 une vaste réforme afin de moderniser l’hospitalisation des jeunes malades. Elle décide de réorganiser l’hôpital Trousseau et de construire deux nouveaux hôpitaux modernes l’hôpital Hérold et l’hôpital Bretonneau.

L’hôpital Bretonneau construit sur un terrain triangulaire de 14 500 m2, est conçu selon un modèle pavillonnaire qui permet d’isoler les malades en fonction de leurs pathologies. L’établissement doté de 224 lits répartis entre la médecine générale, la chirurgie et les maladies infectieuses connaît une activité intense dès sa mise en service avec 4250 admissions au cours de la première année. 20 ans après son ouverture, l’hôpital s’agrandit et se dote d’une maternité de 100 lits et d’un centre de consultation pour nourrissons.

Dans les années 1970 ; l’inadéquation de l’établissement aux nouvelles exigences hospitalières se fait sentir, sa rénovation s’impose mais s’avère difficile. En 1975, la maternité ferme pour des travaux de rénovation qui seront interrompus, le projet de sa reconstruction est abandonné avec la perspective de la construction du nouvel hôpital qui prend le nom de Robert Debré. En 1988, impossible à moderniser Bretonneau ferme ses portes. Les locaux désaffectés de l’hôpital sont alors confiés aux artistes de l’association « Usine éphémères » qui signe une convention avec l’AP-HP. Pendant 10 ans, cet hôpital Ephémère sera un centre actif et renommé de création picturale, théâtrale et musicale. 500 artistes y travailleront.

Plusieurs projets de reconversion de l’hôpital sont étudiés, mais compte tenu des besoins croissants de lits gériatriques, un premier programme de création d’un centre de moyen et long séjour est défini. En 1994, la reconversion de Bretonneau en hôpital gériatrique est décidée. L’équipe en charge du projet travaille alors selon trois approches : un recensement des besoins à partir d’études démographiques et de santé publique concernant la population âgée du quart Nord-Ouest de Paris, des groupes de travail composé d’experts sont chargés de définir les objectifs et les organisations à retenir pour les principaux volets du projets et la visite de plus de 80 établissements permet enfin de mieux connaître les politiques de santé et le solutions concrètes mises en œuvre par d’autre pays occidentaux confrontés au vieillissement de leurs populations. Puis, quatre axes médicaux sont retenus par le groupe de pilotage médical : médecine gériatrique, psychogériatrie, rééducation et soins palliatifs. Là encore, l’AP-HP innove, le projet médical est défini avant les recrutements, en fonction des besoins des patients et des attentes des partenaires. L’hôpital Bretonneau, réalisation originale parce que fondée sur des concepts nouveaux dans la prise en charge des personnes âgées malades, est organisé en 14 maisonnées toutes différentes. Ces maisonnées sont conçues autour d’un salon – salle à manger, d’une cuisine, d’un poste de soins : 15 ou 16 personnes partagent cet appartement. Elles sont accompagnées au quotidien par des infirmiers, des aides soignants et par une « maîtresse de maison » qui prépare les repas, veille sur le confort de chacun, favorise la convivialité.

Améliorer la prise en charge de la personne âgée par la qualité de l’accueil et de l’environnement est une constante de l’hôpital depuis son ouverture en 2001. Son cadre original, agrémenté de jardins intérieurs et extérieurs, d’une « rue intérieure » ouverte sur le quartier et lieu de rencontres animé pour les patients et leurs familles, aide à mieux vivre ce difficile moment de l’hospitalisation.

Anne de Fouchier
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Hôpital événement