Accueil du site
> Santé & Maladies
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le virus Ebola au cœur du Forum économique mondial de Davos
Le virus Ebola au cœur du Forum économique mondial de Davos
note des lecteurs
date et réactions
19 février 2015
Auteur de l'article
Jérôme P, 7 articles (Rédacteur)

Jérôme P

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
7
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le virus Ebola au cœur du Forum économique mondial de Davos

Le virus Ebola au cœur du Forum économique mondial de Davos

L’Organisation des Nations unies a lancé à l’occasion du Forum économique mondial de Davos, un appel aux participants pour mobiliser un milliard de dollars destiné à couvrir les efforts pour éradiquer dans les premiers mois de 2015 la maladie du virus Ebola. Une aide financière et logistique indispensable pour le continent africain mais qu’il ne faut pas voir ici comme un programme humanitaire de plus à destination des pays pauvres et sous développés.

La généralisation d'une telle pandémie est un problème global rappelle Richard Attias, ancien organisateur du Forum de Davos, et qui nécessite désormais pour tous d'adopter une nouvelle vision partagée de nos sociétés.

L'appel de l'ONU au Forum de Davos vise à soutenir les efforts des gouvernements nationaux en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone pour recenser et soigner les personnes atteintes du virus Ebola, assurer une fin rapide de la propagation du virus et rétablir les services sociaux essentiels, tout en renforçant la sécurité alimentaire et permettre aux pays voisins de limiter les menaces de contamination de la maladie.

L'ONU a insisté sur l'importance de maintenir les progrès actuels de la lutte contre Ebola dans la région de l'Afrique de l'Ouest, permettant de faire reculer l'épidémie dans les pays les plus touchés. Le représentant spécial des Nations unies pour l'action d'urgence contre Ebola, David Nabarro, a souligné quant à lui le recul enregistré dans les nouveaux cas comptabilisés par semaine du virus Ebola.

Mais si les résultats sont donc globalement positifs, il convient toutefois de rester prudent. La prolifération du virus sur les douze derniers mois nous a rappelé assez brutalement qu'une crise de santé est toujours mondiale et dépasse aisément le cadre des frontières. Il ne s'agit donc plus de solidarité ou de charité, il s'agit de se soucier de la santé dans le monde d'un point de vue plus global en considérant chaque pays, chaque continent comme une prochaine cible potentielle. 

Notre monde de plus en plus interconnecté et les retombées dévastatrices des maladies dangereuses et de leur représentation dans les médias rendent désormais impossible moralement de ne plus se sentir concernés. Les dirigeants politiques et économiques du monde entier, les organisations internationales, les représentants du milieu universitaire et la société civile étaient réunis à cette occasion pour dialoguer sur les événements et les tendances qui façonnent le monde. La santé doit en faire partie et les pays développés doivent agir et ne plus se laisser aveugler par une vision de la mondialisation obsolète, laissant de côté un "tiers-monde" en pleine mutation. 

Dans ce cadre et comme l'a rappelé par la suite Richard Attias, organisateur du New York Forum Africa et fin connaisseur du contexte africain, la communauté internationale et particulièrement l'Occident doit prendre conscience désormais du nouvel ordre mondiale. L'insécurité alimentaire ou les épidémies qui progressent comme Ebola sont des enjeux primordiaux pour le développement du continent africain et les leaders du monde doivent faire preuve "d’une grande capacité d’intelligence collective, d’innovation radicale et de coopération proactive" afin de piloter le changement ensemble et vaincre une fois pour toutes les inégalités dans le domaine sanitaire et social.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Ebola