Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le tabac est aussi mauvais pour les reins
Le tabac est aussi mauvais pour les reins
note des lecteurs
date et réactions
29 septembre 2011
Auteur de l'article
Vincent Bourquin, 33 articles (Néphrologue)

Vincent Bourquin

Néphrologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

Le tabac est aussi mauvais pour les reins

Le tabac est aussi mauvais pour les reins

Le tabac est mauvais pour la santé. C’est la première cause de décès évitable dans le monde. Il entraîne des maladies des poumons (BPCO ou broncho-pneumopathie chronique obstuctive, emphysème…), du coeur (infarctus…), des vaisseaux (insuffisance artérielle des membres inférieurs, attaque cérébrale…) et des cancers (poumons, larynx, pancréas…).

Qu’en est-il au niveau des reins ?

Le tabac a une influence sur l’hémodynamique intra-rénale en augmentant le tonus sympathique et la résistance vasculaire rénale. Les métaux lourds (cadmium, plomb) présents dans la fumée s’accumulent dans le rein et entraînent des lésions tubulaires. Le tabac est donc – à lui seul – un facteur de risque pour la dégradation de la fonction rénale. Le risque d’atteindre une insuffisance rénale terminale est multiplié par quatre chez des fumeurs par rapport à des non-fumeurs.[1]

Chez les patients sans problèmes rénaux, le tabagisme augment la micro-albuminurie proportionnellement au nombre de cigarettes fumées, suggérant une atteinte de l’endothélium (paroi des vaisseaux) qui peut à terme entraîner une accélération du déclin de la fonction rénale. [2] Chez les patients diabétiques, hypertendus et souffrant de néphropathies, la protéinurie est plus importante et le déclin de la fonction rénale plus rapide chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.[3] [4] Chez les patients souffrants d’une maladie de Berger, le risque d’atteindre une insuffisance rénale terminale est cinq fois plus important chez les patients fumeurs.[5] Chez les patients en dialyse, le tabagisme augmente de trois fois le risque de développer une coronaropathie et la survie est significativement plus basse chez les patients fumeurs. [6] Chez les patients transplantés, le tabagisme favorise l’athérosclérose du greffon rénal ainsi que les épisodes de rejet aigu. La survie du greffon à 10 ans est, de ce fait, significativement plus faible chez les patients fumeurs.[7]

C’est pourquoi il est important de sensibiliser tous nos patients à la problématique du tabac et de les encourager à entreprendre un sevrage. Ils existent, pour cela, plusieurs méthodes :

  • Des mesures non pharmacologiques (conseils [www.stop-tabac.ch], acupuncture, hypnose…)
  • Des mesures pharmacologiques (substituts nicotiniques, Champix® (varénicline), Zyban® (bupropion))

Les mesures pharmacologiques et non pharmacologiques peuvent/doivent être associées. 

En cas d’insuffisance rénale, les substituts nicotiniques (sans prescription médicale) – quel que soit la forme – peuvent être utilisés à la même posologie. Pour le Zyban®, qui agit en inhibant la recapture de la dopamine (molécule du plaisir) et de la noradrénaline, la posologie doit être diminuée à 150 mg par jour chez les patients avec insuffisance rénale chronique. En cas d’insuffisance rénale terminale, la posologie est de 150 mg deux fois par semaine. Il n’est pas dialysable et peut se donner avant ou après la dialyse.[8] Le Champix® est un agoniste des récepteurs nicotiniques. La posologie doit être diminuée à 0.5 mg deux fois par jour chez les patients avec un débit de filtration glomérulaire (DFG) entre 15-30 ml/min et à à 0.5 mg une fois par jour si le DFG est inférieur à 15 ml/min. Le Champix® étant dialysé, il faut le donner après la séance de dialyse. L’instauration du traitement de Champix® se fait de façon progressive.

L’arrêt du tabac ralentit la progression de l’insuffisance rénale. L’incidence annuelle de nouveaux patients dialysés pourrait être réduite de 12.5 % si l’arrêt complet du tabagisme était obtenu chez tous les patients avec une insuffisance rénale.[3]

Dr Vincent Bourquin

SOURCES

  • La lettre d’ICAR en NEPHROLOGIE: Tabac et Insuffisance rénale (IR): Quels risques et quelles solutions? http://www.soc-nephrologie.org/PDF/epro/ICAR/2011-09.pdf

    1. Hallan SI, Dahl K, Oien CM, Grootendorst DC, Aasberg A, Holmen J, Dekker FW: Screening strategies for chronic kidney disease in the general population: follow-up of cross sectional health survey. BMJ 2006, 333:1047.

    2. Orth SR, Ritz E: Adverse effect of smoking on renal function in the general population: are men at higher risk? Am J Kidney Dis 2002, 40:864–866.

    3. Housseini El Y, Phan O, Burnier M, Vogt B: [Smoking and the kidney]. Rev Med Suisse 2009, 5:457–8, 460–2.

    4. Orth SR, Schroeder T, Ritz E, Ferrari P: Effects of smoking on renal function in patients with type 1 and type 2 diabetes mellitus. Nephrol Dial Transplant 2005, 20:2414–2419.

    5. Orth SR, Stöckmann A, Conradt C, Ritz E, Ferro M, Kreusser W, Piccoli G, Rambausek M, Roccatello D, Schäfer K, Sieberth HG, Wanner C, Watschinger B, Zucchelli P: Smoking as a risk factor for end-stage renal failure in men with primary renal disease. Kidney Int 1998, 54:926–931.

    6. Biesenbach G, Zazgornik J: Influence of smoking on the survival rate of diabetic patients requiring hemodialysis. Diabetes Care 1996, 19:625–628.

    7. Sung RS, Althoen M, Howell TA, Ojo AO, Merion RM: Excess risk of renal allograft loss associated with cigarette smoking. Transplantation 2001, 71:1752–1757.

    8. Manley HJ, Stack NM: Smoking cessation therapy considerations for patients with chronic kidney disease. Nephrol Nurs J 2008, 35:357–63, 394; quiz 364.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Tabac Rein