Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le Système Efférent, les acouphènes et l’hyperacousie
Le Système Efférent, les acouphènes et l'hyperacousie
note des lecteurs
date et réactions
4 mai 2012
Auteur de l'article
Clément Sanchez, 8 articles (Rédacteur)

Clément Sanchez

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
8
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le Système Efférent, les acouphènes et l’hyperacousie

Le Système Efférent, les acouphènes et l'hyperacousie

Le système efférent auditif médian est un système nerveux, un réseau neuronal travaillant dans le sens "cerveau-oreille" alors que généralement le système nerveux comme nous l´entendons travaille dans le sens périphérie (oreille) vers le cerveau conduisant ainsi les sensations perçues par nos capteurs sensoriels comme ici les oreilles, mais de même que les sensations gustatives, visuelles etc.... qui transporte une certaine quantité d´information traitée et transformée au niveau cérébral.

Ici le système efférent part du cerveau vers l´organe récepteur dans le but d´informer ce dernier sur le contenu de l´information et sa nature et d´en réguler le fonctionnement, voir le comportement. Ce système agissant comme une boucle de retour n´est pas encore complètement déconstruit et reste aujourd´hui un système mystérieux. Il est cependant intéressant de juger de son implication ou non dans certaines conditions. Les Otoémissions acoustiques évoquées (OEAE) décrites par Kemp (voir post plus anciens sur leurs liens avec les acouphènes) sont un excellent moyen pour juger de l´activation ou de la suppression de ces dernières par le dit système efférent, car une de ses actions est d´en supprimer le la présence. Rappelons que les OEAE sont la manifestation du mouvement des cellules de l´audition.

Les OEAE dans une oreille acouphénique montrent moins de suppressions pour la stimulation controlatérale comparativement à une oreille présentant le même degré de perte auditive mais sans acouphène ou augmentant régulièrement en amplitude (VEUILLET et al. 1993 ; CHERY-CROZE et al. 1993 ; 1994a ; ATTIAS et al. 1996). Les différences dans la variabilité dans la suppression controlatérale de OEAE entre le groupe acouphène et le groupe contrôle ont aussi été reportés (GRAHAM et HAZELL, 1994). De même, on pense que de telles altérations ne sont pas systématiquement observées (CHERY-CROZE et al. 1994b ; LIND 1996), on suppose que la dysfonction efférente pourrait-être reliée à la génération de l’acouphène (JASTREBOFF et HAZELL, 1993), et plus particulièrement dans le cas des acouphènes induit par le bruit.

 

Dans le premier cas de patient hyperacousique décrit en connexion avec le fonctionnement du système OCM (COLLET et al. 1992), une croissance des réponses des OEAE en présence de la stimulation controlatérale fut observée dans l’oreille acouphénique du patient. Afin d’améliorer nos connaissances de l’implication du système OCM dans l’hyperacousie, une expérimentation fut conduite dans le laboratoire de neurosciences de Lyon avec des sujets à l’audition normale et sans acouphène, à l’aide d’une échelle graduée afin d’identifier leur état hyperacousique. Deux cas préliminaires sont présentés dans la figure 7. Les résultats de ces sujets semblent montrer une grande altération dans la suppression des OEAE par la stimulation controlatérale chez les sujets rapportant une grande intolérance au bruit. Ceci constitue un argument quant au rôle des fibres efférentes dans le filtrage de l’information auditive.

Collet, jastreboff, attias, système efférent, cellules cilliés, OEAE, kemp

Figure : Suppression controlatérale (quantifiée à l’aide de l’AE) des OEAE chez deux sujets hyperacousiques (BS et MG) ainsi qu’un sujet Contrôle Normal (GC). Il est important de retenir que le fonctionnement du système OCM est le plus mauvais chez les deux sujets hyperacousique.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Oreille Acouphènes