Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le paternalisme médical gaulois se porte bien
Le paternalisme médical gaulois se porte bien
note des lecteurs
date et réactions
13 juillet 2011
Auteur de l'article
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Catherine Coste

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
48
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Le paternalisme médical gaulois se porte bien

Le paternalisme médical gaulois se porte bien

Voici un petit exemple pour illustrer cette constatation : le 16 septembre 2006, je postais sur mon blog un article de mon cru, intitulé : "La mort civile et la mort encéphalique, une fiction juridique ?"

A peine un mois plus tard, j'étais conviée (quel honneur !) à un entretien en tête à tête avec le Professeur Bizutage, qui dirige le service de Neuroréanimation chirurgicale à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière, Paris. Pleine d'espoir, je me dis que je vais en apprendre plus sur cette polémique scientifique sur la mort encéphalique, cet état de coma dépassé qui permet le prélèvement d'organes dit "post-mortem" ... Je ne suis pas peu fière de l'article - très documenté - que j'ai pondu ... En effet, les arguments scientifiques fusent à huis clos durant une bonne heure (ne pas confondre avec bonheur) dans le bureau du Pr. Bizutage :


"C'est parce que vous n'avez pas d'enfants que vous êtes frustrée et que vous venez nous emmerder ?" (un peu méchant, d'entrée de jeu, non ?)
"Il n'est pas question que je vous laisse fourrer votre nez dans mon service"
"Vous savez que je peux vous faire virer ?" (A l'époque, j'étais "prof" d'allemand au collège et lycée de Saint-Dominique, à Neuilly-sur-Seine ...)
"Reprenez vos merdes [les documents scientifiques de Pub Med sur le sujet, que j'avais pris le soin d'imprimer, de classer et d'emporter pour les montrer lors de cet entretien, Ndlr.], je connais par coeur, ça ne m'intéresse pas."
"Vous mélangez tout, mais je n'ai pas le temps de vous expliquer - ni l'envie."
"Qu'est-ce que vous voulez écrire sur le sujet, c'est un non-sujet !"
Sauf qu'entre 2007 et 2011, j'ai rédigé 72 chroniques bioéthiques sur AgoraVox, journal citoyen en ligne sur ledit "non-sujet" ... rencontré des consultants du Boston Consulting Group, leader mondial sur le marché du conseil en innovation et créativité pour les entreprises afin de leur exposer le contenu de mon blog, qui a rencontré leur intérêt, idem avec les acteurs du monde 2.0 (Google, Apple, IBM, Dassault Systèmes, etc.) ... et avec quelques médecins réanimateurs professeurs de médecine à la Harvard Medical School de Boston, à qui je ne me suis pas privée de raconter dans les moindres détails cet entretien mémorable avec le Pr. Bizutage, médecin gaulois bien de chez nous. Consternation des médecins de Harvard. "Tu devrais porter plainte ..."  Diagnostic unanime outre-atlantique ... Mais je crois que ce traitement made in Gaule est tellement dans les moeurs ... il ne surprend ni ne choque personne en France ... Une infirmière m'a même dit : "Tu l'as bien cherché ! Aller chercher des poux sur la tête du Pr. Bizutage ..."
Deux de mes amis sont avocats au Canada (des avocats assez médiatisés) ... Ils sont choqués aussi ...
Je crois que le monde médical français est très corporatiste ... plus que celui anglo-saxon ... Toujours est-il que j'ai bien l'honneur d'annoncer au Pr. Bizutage, de la part de la Harvard Medical School de Boston, que la "mort encéphalique" est un concept défectueux (entaché : flawed) sur le plan de la science et de la déontologie médicales ... et que des avocats anglo-saxons et canadiens, confrontés à des plaintes de proches s'étant trouvés en état de "mort encéphalique", sont en train de se pencher sur le concept de ... "fiction juridique" pour qualifier ledit état de "mort encéphalique" (lire) ...

Quant à porter plainte contre le Pr. Bizutage, franchement, j'aimerais bien n'avoir que cela à faire ... A tous ceux qui me demandent : "C'est quoi la santé 2.0 ?", je réponds : c'est le contraire du paternalisme médical ... Le 2.0, c'est l'open source ... l'information partagée ... il suffit de remplacer paternalisme par participatif ... voilà qui en théorie, est simple. Or d'ici à ce que la médecine participative, avec médecins et patients au même niveau, passe dans les moeurs gauloises, il y a du boulot ... Le paternalisme médical est à l'image de la société française : une société de castes, comme en Inde ... Entre la caste des "chômeurs", celle des "retraités", celle des employés et cadres "en CDD", celle des employés et cadres en "CDI", celle des "seniors", celle des "juniors", celle des petites entreprises, celle des grandes entreprises : autant de barrières quasi infranchissables ... Il serait temps de créer de la flexibilité entre ces catégories sociales ... C'est Mme Christine Lagarde qui a fait ce constat, il y a quelques années ... Elle parlait de la France ; pas de l'Inde ... Ce constat a failli lui coûter cher ... Mais voici qu'elle se retrouve à la tête du FMI ...

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté