Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le don de rein de son vivant fait-il toujours l’objet d’une censure en France ?
Le don de rein de son vivant fait-il toujours l'objet d'une censure en France ?
note des lecteurs
date et réactions
13 janvier 2012
Auteur de l'article
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Catherine Coste

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
48
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Le don de rein de son vivant fait-il toujours l’objet d’une censure en France ?

Le don de rein de son vivant fait-il toujours l'objet d'une censure en France ?

Je reçois régulièrement des messages de proches de patients ayant bénéficié d’un rein ou d’un lobe de foie provenant d’un donneur vivant... dans le même temps, les personnes m’envoyant ces témoignages ne souhaitent pas que je les publie... Elles sont sous pression idéologique (en France on est éduqué au seul don d’organes dit "post-mortem") et ont peur que leur proche greffé fasse les frais d’une profession de foi allant un peu trop à contre-courant de l’idéologie du don de nos organes après notre mort...

Il serait temps d'inventer le business modèle des techniques visant au remplacement d'organes : imprimante 3D, micro-turbine à débit continu en remplacement de la transplantation cardiaque, cœur artificiel, séquençage du génome, thérapie à base de cellules souches... tout cela se fait ou commence à se faire... mais ne passe pas dans les mœurs gauloises... On industrialise le prélèvement d'organes pendant le décès de patients baptisés "donneurs" d'une main ; on éduque les citoyens au "don d'organes après sa mort" de l'autre.

Rester dans ce schéma (ou obéir à cette pression idéologique baptisée "générosité"), c'est servir une économie de dinosaures aujourd'hui dépassée : le don d'organes dit "post-mortem", insuffisant, a engendré la pénurie, et le trafic d'organes dans le monde... Ayons la niaque de créer de nouvelles techniques de remplacement d'organes (c'est ce qu'ils font aux USA et en Asie) afin de booster notre recherche médicale, notre économie et notre santé. Intégrons le don de rein de son vivant, qui reste le parent pauvre de la communication sur le don d'organes... Écrire ceci, c'est un peu se prendre pour Free "seul-contre-tous", face à Orange, SFR et Bouygues Telecom ...

Le don de rein de son vivant est le parent pauvre de la communication sur le don d'organes en France. Petit décryptage en vidéo (durée : 10mn), à l'aide de témoignages reçus depuis mars 2005, c'est-à-dire depuis que j'ai initié le blog "éthique et transplantation d'organes" ...

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Don d’organes Rein