Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le cycliste Christopher Horner victime d’une embolie pulmonaire
Le cycliste Christopher Horner victime d'une embolie pulmonaire
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 août 2011
Auteur de l'article
Dr Gérald Kierzek, 17 articles (Médecin urgentiste)

Dr Gérald Kierzek

Médecin urgentiste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
17
nombre de commentaires
4
nombre de votes
4

Le cycliste Christopher Horner victime d’une embolie pulmonaire

Le cycliste Christopher Horner victime d'une embolie pulmonaire

Les faits

 
Christopher Horner, trois semaines après son abandon sur le Tour de France, raconte sur son blog : « J’étais en train de finir d’écrire quand j’ai eu une vive douleur sur le côté. J’ai d’abord pensé à des crampes liées à la fracture d’une côte subie après ma chute sur le tour de France. Mais ça s’est empiré. J’ai appelé le médecin pour avoir un conseil, et il m’a dit d’aller tout de suite à l’hôpital. Sur la route, la douleur s’est accentuée(....) caillot de sang dans le poumon (...) traitement anticoagulant ». Lire la suite sur Velochrono.fr -
 

 

De quoi s'agit-il ?

 
Ce que décrit Horner est une embolie pulmonaire, c'est à dire un caillot (ou thrombus) de sang qui se forme dans la circulation sanguine, généralement au niveau d'une phlébite de la jambe, et qui remonte au niveau de la circulation pulmonaire. Les causes sont nombreuses, mais un long voyage en avion par exemple, avec les jambes immobiles et coincées entre les sièges (on parle de syndrome de la classe économique !) peut suffire à former un caillot. Les symptômes de la phlébite peuvent passer inaperçus et sont généralement une douleur au mollet (qui peut être chaud, douloureux et augmenté de volume). Les symptômes de l'embolie pulmonaire sont la douleur dans la poitrine, des difficultés respiratoires (essoufflement, souffle coupé,...) voire un malaise ou une chute de tension. L'objectif du traitement anticoagulant est de dissoudre le caillot. Le traitement doit être pris plusieurs mois (3 à 6 minimum).
 
 

Prévention

 
Certaines personnes sont sujettes aux phénomènes thromboemboliques (phlébites ou embolies pulmonaires à répétition) ; des traitements anticoagulants sont parfois donnés à titre préventifs.
 
En l'absence de terrain à risque, il est nécessaire de prendre quelques précautions lors des longs voyages : s'hydrater, marcher régulièrement et contracter ses muscles des membres inférieurs. Votre médecin pourra également vous conseiller de l'aspirine à petites doses dont l'objectif est de fluidifier le sang. Autre conseil : en cas de symptômes de phlébite ou d'embolie pulmonaire, mieux vaut ne pas se rendre seul (en voiture...) aux urgences. Le risque est d'aggraver la situation pendant le trajet (risque de déplacement dangereux du caillot). Dans ce cas, appelez le SAMU-Centre 15.
Docteur Gérald KIERZEK Médecin des Hôpitaux- Praticien Hospitalier Urgences médico-chirurgicales, médico-judiciaires, SMUR Hôtel-Dieu Cochin http://www.sante-urgences.com/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté