Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
"Le bénéfice du métier d’infirmière ? Pouvoir se renouveler constamment !"
"Le bénéfice du métier d'infirmière ? Pouvoir se renouveler constamment !"
note des lecteurs
date et réactions
30 mai 2013
Auteur de l'article
Julia Pearl, 16 articles (Rédacteur)

Julia Pearl

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

"Le bénéfice du métier d’infirmière ? Pouvoir se renouveler constamment !"

"Le bénéfice du métier d'infirmière ? Pouvoir se renouveler constamment !"

Pour cette deuxième interview « 3 questions à », Nathalie, infirmière clinicienne à la clinique Générale-Beaulieu nous a expliqué en quoi consiste sont métier, et quel est son rôle au sein de la clinique Générale-Beaulieu. Entretien.

« En quoi consiste votre métier au sein de la clinique Générale-Beaulieu ? »
Nathalie : « J’ai suite à l’obtention de mon diplôme d’état (à Annecy) travaillé comme infirmière à domicile pendant 7 années avant d’intégrer la Clinique Générale Beaulieu. C’était il y a 20 ans. J’ai tout d’abord travaillé en service de chirurgie, puis comme infirmière spécialisée en salle de réveil (20 % de mon temps actuellement) et USPOR (Unité de soins post opératoires).
Depuis 2004, j’occupe un poste d’infirmière clinicienne. Le bénéfice de la profession est bien là, pouvoir se renouveler constamment !
Ma fonction de clinicienne telle qu’elle est définie au sein de la clinique m’amène à recenser et analyser les dysfonctionnements internes et événements indésirables liés aux pratiques professionnelles, élaborer les protocoles de soins sur la base de données probantes, mettre en place un programme de formation interne. »
 
« Quelle formation avez-vous suivie pour exercer ce métier ? »
Nathalie : J’ai tout d’abord suivi la formation « Urg’App Urgences Spécialisées », à l’Institut Européen de Formation en Santé (Paris). Cet enseignement vise à identifier et appliquer les schémas opératoires et les protocoles de la prise en charge d’une urgence pédiatrique, obstétricale, cardiologique ou traumatologique.
Dans un second temps, et afin d’élargir mes connaissances et mon champ de compétences, j’ai suivi une année de cours à la faculté de Saint Etienne, pour obtenir un diplôme universitaire « D.U. Douleur ».
Je viens d’obtenir mon diplôme d’infirmière clinicienne généraliste après 2 ans d’études à l’Espace Compétences de Cully (Suisse).
 
« En quoi votre métier fait-il le lien entre la pratique médicale et le métier d’infirmière ? »
Nathalie : L’infirmière clinicienne participe à l’expertise en soins et adapte des outils cliniques et d’évaluation de la qualité des soins. Cette démarche, qui vise à améliorer les connaissances et compétences des soignants, est en adéquation avec la politique de la clinique axée sur la performance et la qualité des soins. L’infirmière clinicienne coordonne le travail d’équipe et exerce un rôle consultatif auprès de ses collègues et auprès de l’équipe interdisciplinaire.
Je suis également responsable de l’hémovigilance : je suis la « personne-relai » avec Swissmedic (Institut suisse des produits thérapeutiques). L’hémovigilance est un Système de surveillance qui englobe l’ensemble de la chaîne transfusionnelle, et qui saisit et analyse les événements inattendus ou indésirables avant, pendant et après l’administration de produits sanguins, afin d’éviter que des incidents ne se produisent ou ne se répètent.
Julia Pearl Community Manager de la Clinique Générale-Beaulieu
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...