Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La violence en maternité
La violence en maternité
note des lecteurs
date et réactions
27 décembre 2010
Auteur de l'article
 (Visiteur)

Knackie

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
2
nombre de votes
2

La violence en maternité

La violence en maternité

Une sage-femme témoigne...C’est bien connu, la maternité est un lieu doux et accueillant, rose avec des lapins dessinés au mur (ou parfois c’est gris et moche). Et, une des choses qu’on se demande lorsqu’on prend en charge une patiente, c’est savoir si elle ne nous agressera pas une fois la porte refermée. Agression physique/verbale ou négation de notre travail qui en soi est une agression, sans doute la plus fréquente.

Alors, je ne vais pas parler des personnes dont le cas relève de la psychiatrie, car après tout ce n'est pas vraiment "leur faute" mais ne vous inquiétez pas, sans ça et en quelques mois de carrière mémorable, je recense déjà quelques actes de violence envers ma personne ou mon équipe.
 
Ainsi il y a les femmes qui veulent qu'on s'occupe d'elles. C'est compréhensible... mais qui le manifestent d'une mauvaise manière : en vomissant un peu partout dans leur chambre uniquement en votre présence, en se tordant dans leur lit en vous fixant du regard tel le remake de l'exorciste et en simulant l'AVC. Bon ça peut choquer certes... (en tout cas la femme de ménage était terrorisée) mais une fois qu'on a compris que tout ceci n'est qu'une sorte d'appel à moi j'existe ça peut passer. Le problème c'est qu'à force ça épuise...
 
Il y a les patientes qui insultent. Une fois "mon" AS s'est faite traiter de connasse par une patiente qui hurlait qu'elle voulait rentrer chez elle (à pied, à près de 200km). Je conçois qu'une hospitalisation longue peut paraître...longue et peser sur les nerfs mais est-ce un moyen de communication adapté ? Surtout qu'au final nous on est là pour son bien, on n'est pas payé pour embêter les gens.
 
Il y a aussi les proches agressifs. Pas contents parce que la patiente est en chambre seule, en chambre double, ou parce que la vue est moche (véridique). Ils viennent carrément nous voir dans le bureau, haussent le ton pour qu'on changent absolument la chambre, qu'on serve du café après le déjeuner ou que sais-je. Vraiment, ils ne se rendent pas compte. Ils ne se rendent pas compte qu'on est là pour une prise en charge médicale. Que l'hôtellerie, certes, c'est quelque chose lorsqu'on est hospitalisé mais que les sages-femmes ne sont pas gouvernantes en chef d'un hotel 3 étoiles. Mais par contre quand le docteur se pointe là tout le monde se tait... ben voyons.
Et puis je ne parlerais-même pas de l'irrespect. Du genre je décroche le téléphone en plein examen et je poursuis la conversation, je réponds à peine aux questions parce que de toute façon blablabla ça sert à rien, je vomis mon Mc Do' alors qu'on m'a dit de pas le manger, par terre ou dans le lavabo (ce qui bouche les tuyaux) et pas dans les toilettes parce que de toute façon on appelera les ASH (véridique aussi).
 
Des fois je me demande vraiment à quoi ça sert 5 ans d'étude puisqu'on passe presque plus de temps à régler ces problèmes, à remplir des formulaires, qu'à prendre en charge des gens qui en ont besoin et surtout qui le veulent bien.
 
C'est notamment pour ça que je reste partagée sur l'hôpital, petit à petit tout fout l'camp, l'herbe est peut-être plus verte ailleurs. Ou pas. De toute façon je ne devrais pas être surprise vu que je n'aime pas les gens.
 

SOURCES

  • http://betadinepure.eklablog.com/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies