Accueil du site
> Santé & Maladies
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La précarité énergétique : quels effets sur la santé ?
La précarité énergétique : quels effets sur la santé ?
note des lecteurs
date et réactions
13 février 2015
Auteur de l'article
Michel B, 3 articles (Rédacteur)

Michel B

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
3
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La précarité énergétique : quels effets sur la santé ?

La précarité énergétique : quels effets sur la santé ?

Un logement insalubre, une isolation défectueuse ou le simple fait de se retrouver sans chauffage pour cause de factures impayées, sont des situations bien plus courantes qu’on ne le croit dans notre pays et qui peuvent dans certains cas extrêmes avoir de graves conséquences sur la santé des personnes. Le lien entre la précarité énergétique et les troubles de la santé n’est en effet plus à démontrer et de nombreux organismes publics ou caritatifs montent aujourd’hui au créneau pour lutter contre ce fléau trop peu médiatisé. 

La précarité énergétique regroupe l'ensemble des ménages qui éprouvent dans leur logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de leurs besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de leurs ressources ou de leurs conditions d’habitat. On estime ainsi que sont en situation de précarité les foyers dont la facture énergétique est supérieur à 10% de leurs revenus, et que plus de 11 millions de personnes seraient de ce fait en situation de précarité énergétique en France en 2015. 

Selon une étude menée par la Fondation Abbé-Pierre et intitulée "Quand le logement rend malade", la causalité entre certaines maladies et la précarité énergétique serait vérifiée. L’instauration de mécanismes de restriction, voire de privation résultant de problèmes financiers, peuvent en effet entraîner de nombreuses conséquences sanitaires et sociales. 

Une ambiance froide liée à l'absence de chauffage par exemple, engendrera un certain nombre de phénomènes sur la santé des occupants. De la fatigue tout d'abord puisque le corps doit compenser ses déperditions pour maintenir sa température interne, mais également des réactions vasomotrices, éternuement, goutte au nez, pouvant déclencher la transmission de pathogènes. Enfin, le froid intervient essentiellement sur l’environnement en diminuant la capacité de l’air à contenir de l’humidité pouvant provoquer ainsi un certain nombre de pathologies comme les maladies respiratoires, les maladies cardio-vasculaires, les arthrites et assimilées, ou encore la dépression.

Face à ce phénomène grandissant, l'ONPE (l'Observatoire nationale de la précarité énergétique) estime qu'il est désormais indispensable pour le gouvernement de poursuivre ses efforts pour la rénovation énergétique des logements des ménages modestes. Plusieurs acteurs tentent d'agir à différentes échelles pour résoudre ce problème. L’Agence Nationale de l’Habitat(Anah) est aujourd’hui considérée comme la référence de la lutte contre la précarité énergétique. En 2013, elle disposait d’un budget de plus de 540 millions d’euros pour financer les travaux de rénovation énergétique des ménages les plus modestes. Cette même année, plus de 31.235 foyers ont été rénovés grâce aux aides de l’Anah.

Le groupe EDF quand à lui, premier fournisseur d'électricité en France et de ce fait, très sensible à ces problèmes de précarité, tente d'accompagner au mieux ses clients en multipliant les partenariats et les actions de solidarité avec les partenaires sociaux et les associations caritatives sur le terrain comme la Croix Rouge, la Fondation Abbé-Pierre ou le Secours Populaire. Il n'est d'ailleurs pas le seul puisque le Crédit Agricole est lui aussi engagé via son programme Point Passerelle dans l'accompagnement des personnes en difficulté et fragilisées. 

Ces deux groupes ont signé le 16 janvier dernier une convention pour l'accompagnement de leurs clients en situation de précarité énergétique. Un partenariat qui reposera sur trois actions bien spécifiques : des aides financières pour apporter des solutions aux dettes énergétiques, des actions de formation aux usages de l'énergie et un dispositif d'information sur les tarifs sociaux et les aides à l'amélioration thermique des logements qui sont souvent très mal isolés.

Enfin, de nombreuses actions ont également été mises en place par le gouvernement qui s'est fixé pour objectif d'atteindre les 500.000 logements rénovés par an d’ici 2017 et pour lequel, plusieurs aides financières ont été créées et consacrées dans le projet de loi de transition énergétique. 
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté