Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La phlébite : tout savoir pour la repérer à temps
La phlébite : tout savoir pour la repérer à temps
note des lecteurs
date et réactions
18 septembre 2009 | 5 commentaires
Auteur de l'article
Docteur Parissa Zandi , 13 articles (Phlébologue)

Docteur Parissa Zandi

Phlébologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
13
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La phlébite : tout savoir pour la repérer à temps

La phlébite : tout savoir pour la repérer à temps

JPEG - 9 ko
La phlébite : tout savoir pour la repérer à temps

Acte I – Qu’est ce qu’une phlébite ?

Le terme médical est Thrombose Veineuse. Il s’agit de la formation d’un caillot de sang dans une veine – bouchant tout ou partie la circulation sanguine.

ACTE II – Quelles sont les circonstances favorisants une phlébite ?

Il a toujours une cause provoquant la formation d’un caillot.
Les facteurs favorisant la formation de caillots au niveau des veines sont nombreux :

1/ toutes les circonstances favorisant une stase au niveau de la circulation sanguine / en particulier au niveau des membres inférieurs :

Quelques exemples :

- les varices,

- un voyage prolongé en avion (en moyenne plus de 5H de vol) : l’air comprimé de la cabine – la station assise prolongée avec les genoux pliés et pire croisés sans boire de l’eau et sans marcher dans les couloirs de l’avion durant le vol,

- un alitement prolongé,

- une station prolongée avec les genoux pliés ou accroupis,

- le port de bottes ou de jeans serrés,

- La rupture d’un kyste articulaire du genou se vidant dans le mollet et comprimant les veines du mollet,

- La compression d’une veine

- ….

2/ Les traumatismes des veines
Exemple :

- suite un coup (dans le mollet le plus souvent)

- suite à une perfusion veineuse

- …
3/ Les interventions orthopédiques
Exemples :

- les mises en place des prothèses (hanche – genou) 

- hallux valgus 

- chirurgie de la colonne vertébrale …
4/ La césarienne

5/ Fumer et prendre la pilule

6/ Les cancers en évolution

7/ Certaines maladies appelées « maladies de système »

8/ Mais aussi certaines personnes ont une prédisposition génétique à faire des thromboses veineuses Cette prédisposition est souvent découverte - soit par enquête génétique familiale car un parent est connu pour avoir cette anomalie - soit à l’occasion d’une phlébite.

Les causes sont donc nombreuses et la liste peut faire peur aux lecteurs.
C’est le rôle de votre médecin de faire les recherches et de vous expliquer l’orientation de ses recherches.

L’important pour vous c’est de savoir quand vous demander si vous avez une phlébite ?
 

ACTE III – A quel moment m’interroger si je fais une phlébite ?

D’abord cherchez si vous avez une ou des circonstances favorisantes évidentes.
Ensuite voici les symptômes les plus fréquents avec quelques explications :
La formation d’un caillot dans une veine n’est pas « normale ».
Normalement notre corps est programmé de façon à ce que le sang soit fluide.
Notre corps est également programmé pour détecter toute anomalie.
Ainsi – dès la formation d’un caillot dans une veine l’organisme alerté, très schématiquement, rassemble ses bons soldats pour combattre l’anomalie.
Si la cause n’est pas supprimée – l’organisme peut être dépassé et le caillot formé localement peut s’étendre ou se multiplier ou migrer.

La bataille entre le caillot et les soldats de l’organisme provoque une inflammation : « ça chauffe » sur le champs de bataille ! Par ailleurs la circulation veineuse se fait mal (comme dans les embouteillages) du fait du bouchon par le caillot.

Dans la pratique cela se présente :

- sous forme d’une induration chaude et douloureuse sur le trajet de la veine thrombosée – visible et palpable s’il s’agit d’une varice ou d’une veine perfusée car ces veines sont superficielles.

Pour les veines non superficielles les symptômes dépendront de la localisation du caillot :

- dans le mollet : une douleur sourde localisée, un gonflement du mollet,

- à la cuisse ou dans le ventre : un gonflement de la cuisse voire de tout le membre avec ou sans douleur – le plus souvent avec sensation de lourdeur du membre.

- Parfois ces signes s’accompagnent de fièvre.

Mais sachez que :
 - Dans le meilleur des cas - une phlébite peut passer inaperçue (aucun symptôme). Dans ce cas – l’organisme a pu dissoudre le caillot sans aide extérieure (traitement).
- Dans le pire des cas – une phlébite peut aussi passer inaperçue (aucun symptôme au niveau de la veine ou des veines thrombosées) MAIS l’organisme dépassé et/ou la cause persistante, le caillot soit s’est étendue soit à migré …. aux poumons bouchant localement le processus d’oxygénation : c’est ce qu’on appelle une EMBOLIE PULMONAIRE – dont les signaux d’alertes sont :

- Une gêne respiratoire,

- Une toux sèche,

- Un cœur qui bat très vite même au repos,

- Une douleur dans le thorax,

- Une angoisse,

- Une fièvre inexpliquée, - …..
 

ACTE IV – Dans le doute – que faire ?

Si vous avez lu et compris les explications de l’acte III – vous comprendrez qu’une thrombose veineuse, l’embolie pulmonaire SONT DES URGENCES.

EVITEZ : LA MARCHE - UN MASSAGE à l’endroit douloureux ou enflé - les bains chauds, bouillotte bref TOUT CE QUI EST CHALEUR à l’endroit douloureux ou enflé - NE PRENEZ PAS L’AVION et joignez votre médecin traitant, qui sera à même de valider ou non votre suspicion et de prendre les mesures nécessaires pour en valider le diagnostique et de vous mettre sous traitement. Si vous n’arrivez pas à le joindre - prenez contact directement avec un Médecin Vasculaire (angiologue) ou consultez les URGENCES.

L’examen qui permet de diagnostiquer une phlébite est l’échographie doppler.
Dans l’attente de l’examen – il peut arriver qu’il soit demandé une prise de sang (recherche de D Dimères). Les résultats demandent environ 2H pour être obtenus.
Si cette recherche est négative vous n’avez ni phlébite ni embolie pulmonaire.
En revanche sachez que si la recherche est positive – cela ne veut RIEN DIRE ! car les DDimères peuvent être élevées dans de nombreuses circonstaces bénignes.
 

ACTE V – Explications sur le traitement d’une phlébite

Le traitement d’une phlébite est triple :
1/ Le traitement en vue de la dissolution du ou des caillots,
2/ Le traitement de la cause,
3/ La prévention des récidives. Seul le médecin peut vous en indiquer les modalités.

En aucun cas ne prenez la décision d’une auto médication.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Commentaires
15 votes
par matelot (IP:xxx.xx2.162.58) le 23 septembre 2009 a 17H12
matelot (Visiteur)

bonjour, j’ai fait une embolie pulmonaire en décembre 2007. Je suis en plus parkinsonien et je prenais pas mal de médicaments : trivastal, sinemet 100, sinemet LP 25/100, requip, modopar. En juillet 2007 je suis tombé avec 1 tension à 7, heureusement je ne me suis rien cassé. Mon médecin traitant étant absent, j’en ai fait part à mon neurologue par téléphone qui m’a conseillé d’aller voir mon cardiologue. Ce dernier m’a fait pas mal d’examens et n’a rien trouvé sinon étonné de constaté l’importance du traitement face à ma maladie. Depuis ce jour je me suis senti assez fatigué, je m’ésoufflais en marchant. En novembre le 19 exactement j’en ai fait part à mon médecin traitant en lui disant que j’étais opressé, essoufflé je n’arrivais pas à bien lui expliqué, il m’a dit "ce n’est pas significatif" et je lui ai demandé de faire une radio pulmonaire qui n’a rien décelé. Il m’a fait faire une analyse de sang et là : D-Dimères 5303 ng/ml la normale (0-(500). Je suis rentré à l’hopital le lendemain un samedi pour faire une scintigraphie, ils m’ont gardé en urgence, je suis resté 10jours, j’avais fait une phlébite de la jambe droite sans m’en rendre compte car je n’ai jamais eu mal, seulement en dernier j’étais très essouflé, je ne pouvais plus avancer. J’ai eu très peur car on m’a dit qu’il ne fallait pas attendre un jour de plus. Je me souviens avoir fait une embolie pulmonaire en 1986 après un accident, un alitement mais j’avais le mollet droit très gros, dur et qui me faisait très mal pour vous dire que cà était très différent. Je vous rassure je vais beaucoup mieux depuis que j’ai dimmunué tous ces médicaments L-Dopa pour le parkinson.

14 votes
par santa90 (IP:xxx.xx1.0.84) le 19 avril 2013 a 08H43
santa90 (Visiteur)

The real skill of the map maker is in knowing what to leave out. The difficulties of cartography will always exist as long as maps are smaller than the territories they represent. Thanks. Regards, data conversion specialist

22 votes
par franck (IP:xxx.xx8.115.155) le 17 février 2010 a 08H37
franck (Visiteur)

faite pas comme moi voila je vous raconte comment j ai vecu le debut j ai eu tres mal au mollet .... je suis allée aux urgences on a pensé ben le medecin a une dechirure musculaire voila tous sa c etait dimanche 7 fevrier 2010 je rentre a la maison et sur la route je dit a ma femme ...j ai plus mal au mollet BIZARRE alors voila se ptit mollet avec une bonne flebite en le touchant il a monte le caillot dans les poumons le pire c est que dans la nuit de dimanche a lundi j ai dormi a la maison allors que ma femme est des amis m on dit va aux urgences j ai dit non sa va allée alors voila pour tous ceux qui rentre sur cette page qu anais millet a fait faite pas comme moi car voila j aurais pu mourire dans le lit de ma femme euhhhhhhhhhhh dans notre lit moi aussi je dit un grand merci a mon medecin traitant et aux service de l hopital de longjumeau

25 votes
par francois (IP:xxx.xx0.20.5) le 1er novembre 2012 a 09H05
francois (Visiteur)

Bonjour.

J ai fait une embollie pulmonaire ,en 2007 ,suite a un coup reçu lors d un match de foot. Cela c est transformé en caillot . Lorsque le caillot a migret j ai ressentis une douleur immence dans ma jambe gauche, comme ci ma jambe etait un tube et que lon tapé dessus avec un marteau, puis plus rien et c est le soir que jai eu mal à mon articulation d epaule gauche au repos. Je suis allé chez mon medecin traitant,dans la salle d attente j ai ressenti une douleur dans le cote droit de mon torax et qui irradié vers le centre ,qui en entensant les symptome ns a envoyé direcrement a l hopital sud d amiens. Apres examens il c est avéré que javais fait une phlébite plus embolie pulmonaire bi-polaire... Recherche dans le sang qui a permit se trouver une disposition genetique a favoriser la creation de caillots. Puis traitement pendant un an et demi sous previscan et prise de sang tte les semaines pour affiner le dosage.

14 votes
(IP:xxx.xx0.22.8) le 21 décembre 2013 a 16H21
 (Visiteur)

Bonjour je vous ecrits de mon lit d’hopital, rentree normalememt jeudi pour enlever l’uterus cause hemorragies quasi quotdienne avec enormes cailleaux depuis un mois il fallait enlever fibrome. Je me suis plainte de douleurs dans 2 mollets aupres de l’anesthesiste et ça a ete alerte rouge doppler phlebite scanner embolies pulmonaire prise de sang anemie totale transfusion toute lanuit. On exclue pas que L’EXACYL soit responsable ce medoc est prescrit pour arreter les hemorragies mais en principe on ne e donne pas si terrain familial propice au phlebite c’est le cas !