Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La Pairémulation : accompagner la perte d’autonomie
La Pairémulation : accompagner la perte d'autonomie
note des lecteurs
date et réactions
13 avril 2011
Auteur de l'article
AFVD, 4 articles (Lutter contre la douleur)

AFVD

Lutter contre la douleur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La Pairémulation : accompagner la perte d’autonomie

La Pairémulation : accompagner la perte d'autonomie

Les 3 et 4 avril derniers, l’AFVD a participé à Niort, aux Assises Nationales et Européennes de la Pairémulation dont l’objectif était de promouvoir le partage d’expériences positives et la participation citoyenne. (Le terme pairémulation a été adopté en 1994 lors des premières Assises Nationales et Européennes organisée par le GFPH Groupement Français des Personnes Handicapées).

Qu’est-ce que la pairémulation ?
 
L’expression Pairémulation est la traduction du terme anglophone « peer councelling », traduction adoptée par les membres du GFPH. La Pairémulation encourage les personnes en perte d’autonomie à mieux vivre leur situation, en étant acteur de leur projet de vie au sein de sa famille comme au sein de la société.
 
La Pairémulation définit la transmission de l’expérience dont sont chargées les personnes qui ont appris à répondre à leurs besoins en matière d’accompagnement et d’adaptations personnalisés pour vivre selon leurs choix. Afin que ceux qui en ont le besoin puissent mieux identifier et utiliser plus efficacement les ressources alternatives qui sont nécessaires à leur autonomie, cette transmission vise à renforcer les capacités des personnes en perte d’autonomie en renforçant leur conscience sur leurs possibilités, leurs droits et leurs devoirs et en les encourageant à influencer leur environnement physique et social pour leur meilleure participation dans leur famille et dans la société.
 
Cette forme de consultation collégiale est la première méthode qui offre un cadre à l’expérience pratique des personnes qui vivent avec une ou des déficiences physiques sensorielles ou mentales, et est considérée par le Mouvement international pour la Vie Autonome (Independent Living Movement) comme une contribution majeure et novatrice en faveur de l’autonomie maximale quel que soit l’état de ses capacités.
 
Les interventions en milieux institutionnels font l’objet de conventions de partenariat et débutent par une stimulation du désir des résidents à vivre d’une façon plus autonome, principalement grâce à des animations et/ou débats qui présentent des solutions éprouvées par d’autres.
 
La Pairémulation s’inscrit dans les priorités définies par la France et l’Europe dans la loi du n° 2005-102 du 11 Février 2005
Article 4- Préventions, recherche et accès aux soins
Mise en œuvre de politique de réduction et compensation des handicaps et des moyens nécessaires à leur réalisation par
a) des actions s’adressant directement à des personnes handicapées ;
b) des actions visant à informer, former, accompagner et à soutenir les familles et les aidants,
c) des actions visant à favoriser le développement des groupes d’entraide mutuelle ;
d) des actions de formation et de soutien professionnels ;
e) des actions permettant d’établir des liens concrets de citoyenneté.
 
 
Les acteurs de la Pairémulation
 
1°) Le Pairémulateur
 
Le Pairémulateur est la personne en situation de handicap et autonome qui, après une « formation d’entrée dans la fonction de Pairémulation » et la signature de la « Charte du Pairémulateur », transmet son expérience à ses pairs en recherche de plus d’autonomie, personnes elles aussi confrontées à des restrictions de capacité et qui tirent profit de l’expérience que les Pairémulateurs leur transmettent.
Le Pairémulateur a pour principale fonction de stimuler et d’accompagner les personnes restreintes dans leurs capacités vers la plus grande autonomie possible dans leur vie sociale et quotidienne, professionnelle, dans leurs déplacements, leurs loisirs …
Il transmet des méthodes d’analyse des besoins, d’identification des ressources alternatives, et de l’organisation des réponses possibles en prenant appui sur sa propre expérience, après lui avoir indiqué qu’une vie choisie et digne est possible quel que soit l’état de ses capacités physiques sensorielles ou mentales.
 
2°) Le Pairémulé
 
Si on admet le terme de Pairémulateur pour parler de la personne faisant profiter de son expérience positive, on retiendra le terme de pairémulé pour identifier la personne en situation de handicap profitant du soutien d’un Pairémulateur.
 
3°) Les principes de la pairémulation
 
Certains principes fondamentaux régissent les échanges celles et les acteurs de la Pairémulation :
  • Les échanges sont basés sur le volontariat
  • Les interventions ne sont pas soumises à des échanges financiers entre le pairémulateur et le pairémulé.
  • Le pairémulateur est remboursé des frais qu’il engage pour se déplacer dans le cadre de sa fonction.
  • S’il le souhaite, le Pairémulateur est rémunéré par une structure indépendante de celles où il est amené à intervenir.
  • Le soutien apporté par le pairémulateur est autant que possible quantifié, formalisé et communiqué.
  • Une incitation à transmettre son expérience est formulée aux personnes soutenues.
 
« Rien sur nous, sans nous » ceslogan adopté le 11 novembre 2003 par le Parlement européen des personnes handicapées marque la volonté des citoyens handicapés d’être partie prenante des actions menées pour leur pleine participation et autonomie.

POST-SCRIPTUM

  • Pour en savoir plus : GFPH
    Groupement Français des Personnes Handicapées
    Membre de l’Organisation Mondiale des Personnes Handicapées
    45 rue Riquet A. 664 – 75019 Paris
    +33 (0)1 40 375 700

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...