Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La nouvelle campagne pour le don d’organes : choquante ?
La nouvelle campagne pour le don d'organes : choquante ?
note des lecteurs
date et réactions
28 octobre 2009 | 6 commentaires
Auteur de l'article
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Catherine Coste

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
48
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

La nouvelle campagne pour le don d’organes : choquante ?

La nouvelle campagne pour le don d'organes : choquante ?

Je souhaiterais dire ici le malaise que cause cette image dans le monde des enseignants. Quelle pédagogie pour cette image ?

Image émanant de France ADOT et de l'Agence de la biomédecine, qui vise à promouvoir le don d'organes. Un ado renversé par une voiture, mort. Il se transforme en Superman, car il va donner ses organes. Le Professeur Bernard Debré s'est dit choqué par cette image (source).

JPEG - 68.4 ko
You can be a hero after you die


Je souhaiterais dire ici le malaise que cause cette image dans le monde des enseignants. Quelle pédagogie pour cette image ? Avec des collègues enseignants (lycée), nous avons regardé cette image, puis le reportage du 17 octobre, dans l’émission "Ca vous regarde" (La Chaîne Parlementaire). (source).

Gêne de certains enseignants. "Cette image est d'une violence !", "Le Professeur Bernard Debré a raison, c'est choquant !", "Les intégristes du don d'organes ont encore frappé, c'est lourdement marketé, leur truc !". Je cite quelques propos sur le vif, recueillis en "salle des profs" dans un bon lycée des Yvelines.

Des images comme celles-ci ne contribuent pas à mettre en place une pédagogie pour parler du don d'organes à l'école. Elles sont source de malaise. Si bien qu'on entend des profs de SVT (biologie-physique) ou de langues vivantes dire : "Ah oui, il faut que je parle du don d'organes à mes élèves !", mais cette (bonne) résolution reste lettre morte, faute de matériel pédagogique n'évacuant pas la seule question centrale sur le sujet (les élèves ne sont pas dupes) : quelle mort pour le donneur d'organes ? Un élève a fait remarquer que "même si on ne croit pas à la mort encéphalique (car le potentiel donneur d'organes est encore chaud), on peut discuter avec les médecins pour savoir si ce potentiel donneur (notre proche !) sera anesthésié et s'il ne souffrira pas lors du prélèvement des organes."

"Les transplantations d'organes constituent une glorification de la mort", disait le Professeur Christian Cabrol, pionnier des greffes en Europe. Professeur, je trouve ce point de vue extrêmement choquant. La mort n'est pas glorieuse. A moins de se prendre pour Jésus Christ. Ou Superman. Mais visiblement, vos propos ont fait école, ils ont même été illustrés par cette belle image, que, à l'instar de mes collègues, je me garderai bien d'utiliser en cours.

En lieu et place de cette image, nous avons réfléchi à une petite phrase pour ouvrir le débat : "Le don d'organes, c'est comme les antibiotiques, c'est pas automatique !"

Une remarque au passage : dans cette émission sur LCP (La Chaîne Parlementaire), il est précisé que le chirurgien qui prélève les organes vitaux d'un donneur en état de "mort encéphalique" n'a pas la droit de pratiquer la greffe d'organes vitaux, et inversement : un chirurgien qui greffe n'a pas le droit de prélever les organes. Veut-on montrer au grand public une indépendance de bon aloi entre les équipes chirurgicales de prélèvement et celles de greffe ? A y regarder de plus près, on pourrait penser que cette indépendance (ce cloisonnement) tend à faire oublier un élément pourtant fondamental du don d'organes : le don passe par la mort.

C'est précisément ce qu'a rappelé le Professeur Bernard Devauchelle, pionnier de la greffe des "tissus composites de la face" (CHU d'Amiens), en mai 2009 lors des sessions "éthique et transplantations" à l'Académie Nationale de Médecine (Paris) :
"Cette cérémonie du prélèvement d'organes se fait avec un respect du corps de celui qui est encore en vie et qui ne le sera plus après, ça c'est un point important qu'il convient de souligner. Par ailleurs, dans cette balance de mise en avant de la greffe par rapport au prélèvement, il s'avère que bon nombre des gens qui font les transplantations (i.e. greffe de foie, coeur, visage) sont ceux-là même qui font le prélèvement. Et dans le même esprit, il n'y a pas dissociation du tout, il n'y a pas transplantation [i.e. greffe, Ndlr.] sans prélèvement, et il est bon que ce soient les mêmes personnes qui fassent et l'un et l'autre". (source)

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Débats Don d’organes
Commentaires
1 vote
par Le furtif (IP:xxx.xx5.140.226) le 28 octobre 2009 a 15H11
Le furtif (Visiteur)

Article confus , le plus souvent d’idéologie pure. Qui avance de masque en masque jusqu’à des amalgames peu scrupuleux. On peut déployer une pédagogie pour un débat qui n’a rien à voir avec celle utilisée pour une lecture d’image. Pourquoi faire la confusion des deux alors que vous prétendez connaitre l’enseignement comme technique. Pourtant votre esprit partisan ressort à travers quelques formules choisies de "certains" enseignants :-/ .

"Les intégristes du don d’organes ont encore frappé, c’est lourdement marketé, leur truc !"

Il n’y a bien sûr à vos yeux aucun marketing de l’opposition à la transplantation :o) .

Bin voyons........

0 vote
par Didier (IP:xxx.xx6.148.246) le 28 octobre 2009 a 18H14
Didier (Visiteur)

Bonjour Attention, en aucun cas il ne s’agit d’une campagne actuelle. Celle-ci est passé sur les médias il y a un an et correspondait à une actualité. Il faut savoir aussi au sujet de cette campagne choc en faveur du don d’organes qu’elle a été mise au tableau d’honneur d’une fondation proche de l’ONU. Pour ma part, quand je travaille dans les collège et les lycées, je m’efforce de parler plus de la vie que de la mort tout en cherchant à ce que les jeunes veulent après un éventuel décès. Je présente d’ailleurs le problème à l’inverse, à savoir que s’ils s étaient malades, ou l’un de leur proche, voudraient-ils être soignés ? Didier SIMON Pdt de FRANCE ADOT 27

0 vote
par pour le don d'organes (IP:xxx.xx2.186.106) le 29 octobre 2009 a 10H53
pour le don d'organes (Visiteur)

Cette campagne date de 2008 et à l’époque, elle n’a suscité aucune réaction de ce genre. il est facile dans les lycées de parler de la mort et du don d’organes si on est honnête. le problème est plus du côté des médecins qui pour beaucoup ont refusé de s’engager. Bernadette, bénévole FRANCE ADOT

0 vote
par Lilith (IP:xxx.xx5.46.206) le 29 octobre 2009 a 11H06
Lilith (Visiteur)

Oui, l’image de la mort est est devenue "choquante" tant elle est tenue à l’écart de la vie. Cela dit, l’image proposée ne me heurte pas. Mais pour ceux qu’elle choque, pourquoi ne pas la remplacer par celle d’un jeune éclatant de santé et profitant de la vie grâce à la générosité d’un donneur sans laquelle il serait dix pieds sous terre ?

0 vote
par entante (IP:xxx.xx4.145.75) le 6 novembre 2009 a 15H07
entante (Visiteur)

C’est quoi les fondamentalistes du don d’organe ?? Vous y êtes opposée ? N’en dégoutez pas les autres sous pretexte d’éthique tarte à la crème en autovalorisation.. qu’elle bonne parole êtes vous ? qui representez vous à part une citoyenne lambda sous couvert d’éthique, Etes vous sur liste d’attente ? Avez vous vu les inégalités entre régions sur le temps d’attente, la france ne promeut pas le donneur vivant, connaissez vous le coût pour la société, redescendez sur terre et allez voir des malades

0 vote
par La rédaction de Carevox (IP:xxx.xx5.24.123) le 30 novembre 2009 a 14H40
La rédaction de Carevox (Visiteur)

Bonjour, voici un commentaire que nous avons reçu par courrier électronique de la part de Lydia Dauzet. Nous le reproduisons sans y apporter de modification d’aucune sorte :

A l’attention de Catherine COSTE - Article associant France ADOT et l’Agence dans une campagne France ADOT

Madame,

Vous publiez le 28 octobre sur votre site www.carevox.fr un article sur la communication du don d’organes auprès des jeunes intitulé « La nouvelle campagne pour le don d’organes : choquante ? ».

Vous écrivez que cette campagne émane « de France ADOT et de l’Agence de la biomédecine, qui vise à promouvoir le don d’organes… ». Cette information est erronée. En effet, l’Agence de la biomédecine n’est en aucun cas à l’origine de cette campagne. Seule France ADOT en a la responsabilité. Je vous invite à vous connecter au site www.ledonlagreffeetmoi.com, le site dédié aux 16 – 25 ans que l’Agence a mis en ligne dès 2006. Il délivre une information complète et pédagogique sur le sujet et s’appuie notamment sur des témoignages, vidéos…. Le ton utilisé pour s’adresser aux 16 – 25 ans est différent de celui de la campagne à laquelle vous faites référence.

Je vous saurai gré de bien vouloir rectifier cette erreur dans les délais les plus brefs possibles.

Je vous prie d’agréer, Madame, mes sincères salutations.

P/O Dominique DAUTRICOURT Directrice de la communication Lydia Dauzet Chargée de communication