Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La médecine 2.0 ne viendra pas des médecins
La médecine 2.0 ne viendra pas des médecins
note des lecteurs
date et réactions
10 septembre 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Catherine Coste

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
48
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

La médecine 2.0 ne viendra pas des médecins

La médecine 2.0 ne viendra pas des médecins

"Je ne pense pas que la médecine 2.0 viendra des médecins. Il y a trop en jeu, et ils ne sont même pas les seuls à avoir des ’billes’ à protéger. Je crois aux pressions des patients ... à condition que ceux-ci ne soient pas, à leur tour, manipulés par des vendeurs de mirages. Malheureusement, il est difficile de faire obstacle à l’obscurantisme, quand on sait qu’on est un peu tous ’programmés’ pour croire aux contes de fées ..." Docteur Martin Winckler, médecin écrivain (propos recueillis le 08/09/2012).

A mon avis les associations de patients ménagent la chèvre et le chou et ne peuvent échapper à l'autorité de comités scientifiques (qui les dirigent) dont les intérêts financiers sont biaisés et vont dans 99% des cas à l'encontre de l'innovation ... Lesdits comités scientifiques font croire au grand public que c'est pour son bien qu'on le protège ainsi des méfaits de l'innovation ... Or lesdits méfaits sont pires dans le camp ... de l'immobilisme (toujours à mon avis).

Je n'ai en 10 ans d'observation de notre système de santé rien trouvé de valable en matière de communication grand public (éducation du patient) ... Beaucoup d'initiatives morcelées sur l'Internet ... certes c'est un bon début ... la médecine sociale ou médecine 2.0 a émergé ... Mais hormis ces forums de patients ou de médecins fort utiles j'observe finalement la chose suivante : N'"informe" que celui qui a intérêt à informer ... j'appelle cela de la promotion ; pas de l'information ...

La meilleure chose que j'ai trouvée en matière d'éducation du citoyen et du patient, c'est le projet : "The Story of Stuff Project" (aux USA) ... C'est pour cela qu'en mai 2010 quand Steve Jobs m'a demandé si je voulais faire un atelier e-santé en Europe, j'ai répondu que non, car je ne croyais pas en mon pays (européen) et pour avoir le talent de faire quelque chose, faut y croire ... Je n'ai pas l'esprit français ... mais plutôt l'esprit britannico-germanique (donc tordu). Le bel esprit français flamboyant (Patrick Pelloux en est un digne représentant), c'est dire que la banque Goldman Sachs ("La Banque qui dirige le monde") est Le Coupable. Pour moi, les coupables, ce sont les gouvernements. Le Coupable, cela fait Pensée Unique ... Tout cela est très bien expliqué dans "The Story of Stuff"... On ne reproche pas au loup de faire ce qu'il fait le mieux : croquer de la chair fraîche.

Je connais quelques responsables de chez Goldman Sachs (Docteur Patrick ne me parlera plus jamais ...) Des gens intelligents, brillants ... qui ne font qu'une bouchée de crétins gaulois (donc arrogants) eurodéputés ... "Hitler n'était pas un Gentleman !", se sont exclamés les membres du gouvernement des pays européens autres que l'Allemagne - au début de la Deuxième Guerre mondiale (un brin trop tard ...) Les activités de Goldman Sachs aux USA et en Europe montrent que l'histoire ne se répète pas, elle bégaie : avec l'effondrement économique de la Grèce, on découvre que Goldman Sachs n'est pas un gentleman ... Les gouvernements ne sont-ils pas supposés protéger leur peuple, dont ils sont les représentants ? Les gouvernements ont failli, il est temps que le peuple (français, grec, américain, etc.) fasse pression pour rétablir un juste équilibre des pouvoirs ... mais sans "croire aux contes de fées" ...



"Contes de fées" ... Voyons voyons ... pour promouvoir les imprimantes 3D d'organes, ne faudrait-il pas casser un peu de sucre sur le dos du sacro-saint Don d'organes (Don = trafic, biomarché, pénurie, etc.) ?- et sur le dos de nos aimables comités bioconservateurs au gouvernement, qui répètent : "réparer l'homme c'est bien ; l'augmenter c'est mal" ? 

Je ne sais pas si vous avez entendu parler de la courbe dite Hype (Hype Cycle)Hype en anglais se traduit par "faire l'éloge de", "promouvoir", "glorifier" ... Cette courbe présente la tendance commune aux innovations : d'abord il faut pousser pour que les gens y croient, puis viennent les premiers succès (timides). A partir de là, l'horizon d'attente de la population est énorme (on est dans le "hype", comme des "pom-pom girls" lors d'un match de football américain). Voyant que les attentes (à niveau stratosphérique) n'ont pu être comblées, on entre sans transition dans la phase "Forget it !" (oubliez, cela ne marchera pas, classement vertical). Ce n'est qu'après cette douche écossaise que le produit innovant va démarrer sa vraie vie : étape par étape, avec un horizon d'attente (ou des objectifs) raisonnables, qui petit à petit se trouvent atteints ... dans la phase finale, le produit est bien compris, c'est-à-dire que son utilisation courante est bien comprise ...

Cet article en français montre et explique la courbe dite "Hype Cycle" pour les technologies émergentes en 2012. Les transplantations d'organes sont passées par toutes ces phases ... de leurs débuts dans les années 50 à nos jours ... On voit sur le graphe ci-dessous où se situent les imprimantes 3D d'organes (3D Bioprinting en anglais, c'est-à-dire qu'on imprime du matériel biologique, si, si) : tout au début du cycle ... faut encore pousser fort pour inciter les gens à y croire ... D'après ce graphique, on n'imprimera des organes à des fins médicales (médecine de remplacement) que dans 10 ans - le temps de passer par la phase "douche écossaise", puis par la phase de progrès rationnel, pour enfin atteindre la phase d'utilisation courante bien comprise ...
 

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Santé 2.0 Médecine
Commentaires
0 vote
par Domininique Dupagne (IP:xxx.xx1.1.173) le 11 septembre 2012 a 05H03
Domininique Dupagne (Visiteur)

Bonjour, C’est vrai et faux à la fois.

C’est faux car j’ai introduis la médecine 2.0 en France en 2007, et je suis médecin. J’ai été le plus ardent défenseur de cette révolution. D’ailleurs, je l’ai appelée "Médecine 2.0" alors que j’aurais dû parler de "Santé 2.0".

C’est vrai car j’ai dû batailler ferme avec mes confrères pour faire accepter ce concept. Et ce n’est pas gagné. Winckler a raison : comment soutenir un mouvement qui cherche à vous priver de votre pouvoir, de votre situation dominante ?

Le seul reproche à l’article est à mon sens l’oubli de Wikipedia, pur produit 2.0. La partie médicale de Wikipédia, sur les sujets sensibles, est actuellement une des meilleures sources d’information disponibles.

0 vote
par Catherine Coste (IP:xxx.xx0.39.18) le 11 septembre 2012 a 05H58
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Bonjour Docteur Dupagne, merci pour ces précisions :-)

1 vote
par Randall (IP:xxx.xx9.169.214) le 11 septembre 2012 a 10H55
Randall (Visiteur)

Tubiana indique dans son Histoire de la médecine que les innovations médicales (hors chirurgie) sont le plus souvent venues de l’extérieur. Cf. les combats de Pasteur par exemple. Winkler a donc plutôt raison. Mais c’est sans compter la dynamique propre à internet, son ouverture. Et il est bien vrai que globalement la médecine a mal a son internet, que les autorités comme l’OMS le craignent car il menace leur domination et que leur résistance fait figure de ligne Maginot.