Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La maladie des présidents, un secret bien gardé
La maladie des présidents, un secret bien gardé
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 février 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La maladie des présidents, un secret bien gardé

La maladie des présidents, un secret bien gardé

Pompidou, Mitterrand, Chirac, Sarkozy… Il est question de "La maladie du pouvoir". Mais plus précisément du sujet tabou de la santé des hôtes de l’Elysée, qui est analysée dans un documentaire de la série "Histoire immédiate", ce soir à 20h35 sur France 3. L’occasion pour Philippe Kohly de plonger dans le secret des maladies cachées des présidents de la cinquième République.

Dans les coulisses de la campagne actuelle, un film proposé ce soir sur France 3 braque les projecteurs sur le secret bien gardé des maladies des présidents de la République, et plus particulièrement de quatre d’entre eux : Georges Pompidou, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Il est question bien évidemment du cas du Docteur Claude Gubler, un des deux médecins ayant suivi François Mitterrand durant ses septennats, et qui fut radié de l’Ordre des médecins pour avoir révélé le cancer de son patient… Lorsque Mitterrand déclare en novembre 1981 : «  Il est vrai qu'à partir du mois d'août dernier j'ai ressenti des douleurs dans le dos, dans les jambes, et je pense qu'à partir d'un certain moment il n'était plus possible de s'en tenir à l'explication d'un lumbago », il ne confiera à personne qu’il vient d’apprendre qu’un cancer de la prostate métastasé dans les os est en train de le ronger.

Aux journalistes, il répondra dès lors : « Je vais mieux, bien mieux », tout en étant malade durant les 14 ans qu’il occupera l’Elysée. Le docteur Gubler, qui avait fini par critiquer cette culture du mensonge d’Etat, aura été réhabilité par la Cour européenne des droits de l’homme. Mais le cas Mitterrand n’est pas si isolé. Un secret faramineux avait entouré la mort de Georges Pompidou, à l’aube de ses 63 ans en avril 1974, avant la fin de son mandat.

Et bien que le Président souffrait visiblement depuis des mois, personne ne sut de quoi il était mort… Et il fallu attendre huit ans pour que la cause de sa disparition soit révélée : la maladie de Waldenström. Il est également question, dans le documentaire proposé, de l’AVC dont fut frappé Jacques Chirac ou du malaise vagal dont fut victime Nicolas Sarkozy. L’auteur du film, Philippe Kohly, ne fait en tout cas aucun mystère sur sa réflexion : « Sur la question de la santé, notre pays fonctionne comme une monarchie. En cas d'empêchement du Président, seul le Premier ministre peut demander sa démission au Conseil constitutionnel. Oserait-il le faire ? ». On peut en tout cas, en pareilles circonstances, s’interroger sur le statut de la santé, et se demander quel est l’impact de la souffrance ressentie sur les capacités intellectuelles des chefs d’Etat.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté