Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La maladie de Parkinson causée par des pesticides ?
La maladie de Parkinson causée par des pesticides?
note des lecteurs
date et réactions
10 juin 2013 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Jean-Yves Dionne, 44 articles (Expert-conseil)

Jean-Yves Dionne

Expert-conseil
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
44
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La maladie de Parkinson causée par des pesticides ?

La maladie de Parkinson causée par des pesticides?

La maladie de Parkinson est une dégénérescence irréversible d’une zone du cerveau nommée substance noire. Elle entraine une diminution progressive de la production d’un neurotransmetteur, la dopamine, associé au mouvement. La chute de dopamine provoque les symptômes connus telles rigidité, incapacité à initier un mouvement, posture et démarche typique, etc.

On a longtemps cru que la maladie de Parkinson était due au vieillissement et à certains facteurs de risque, mais ces derniers n’étaient pas élucidés.

Michael J. Fox, le héros des films Back to Future, a réfuté cette notion de maladie liée à l’âge quand il l’a contractée lors d’un tournage en 1990, à l’âge de 29 ans. Le diagnostic officiel est tombé en 1991 (il ne l’annoncera au public qu’en 1998).(1) Comme il le dira lui-même : « J’ai un physique de gamin et je suis atteint d’une maladie de vieux ! »(1)

Des symptômes similaires

En 2004, des chercheurs ont mis en lumière la capacité de certains pesticides de causer des symptômes similaires chez les animaux. Ainsi, les pesticides paraquat, maneb et roténone causent des toxicités neurologiques qui provoquent, chez l’animal, un syndrome de type parkinsonisme, mais pas tout à fait semblable à la maladie.(2)

Le paraquat (voir aussi http://en.wikipedia.org/wiki/Paraquat) est un herbicide commercialisé dès 1961 par ICI (aujourd’hui Syngenta). Il a été retiré du marché dans certaines régions.(3) Le maneb et le mancozeb sont des fongicides.(4) Le roténone est un pesticide d’origine naturel, mais il est suffisamment toxique pour être interdit dans plusieurs pays.

Combinaison désastreuse

Les divers pesticides sont très bien absorbés par la peau et les voies respiratoires. Leurs effets toxiques ne sont pas similaires, mais leurs différents mécanismes d’action peuvent se potentialiser l’un l’autre.(5) Une combinaison de ces substances semble nécessaire pour provoquer des symptômes semblables à ceux de la maladie de Parkinson.

En 2011, des chercheurs allongent la liste de ces substances neurotoxiques ayant probablement un rôle à jouer dans la pathogénie de la maladie de Parkinson. Il faut savoir que la plupart des insecticides agissent par une atteinte du système nerveux pour tuer les insectes. Ajoutez à cela les effets toxiques des herbicides et des fongicides qui créent une oxydation importante, et le fait que toutes ces substances sont lipophiles (donc qu’elles s’emmagasinent dans les tissus graisseux, dont le cerveau qui est constitué à plus de 60% de gras), et vous avez la recette d’un désastre.

L’étude des effets des combinaisons de pesticides est extraordinairement difficile, d’autant plus que (heureusement !) les humains sont rarement sujets à des intoxications aigües importantes. Par contre, on voit trop souvent des expositions chroniques à des concentrations assez faibles, mais soutenues sur de longues périodes.(6)

En 2013, après une revue complète de la documentation publiée, des chercheurs affirment que l’exposition aux pesticides augmente de 2 fois le risque de contracter la maladie de Parkinson. Ils déplorent toutefois que les études publiées soient trop hétérogènes, ce qui signifie qu’elles sont trop différentes pour être comparées adéquatement. Malgré la qualité insuffisante de la documentation, ils affirment quand même que la thèse de l’exposition environnementale aux pesticides et autres solvants toxiques comme cause du Parkinson est fondée.(7)

Se protéger

Ces données sont des raisons supplémentaires d’exiger de nos gouvernements qu’ils agissent sur ces questions environnementales pour protéger la population et, surtout, d’agir soi-même pour se protéger en :

  • Mangeant le plus bio possible ;
  • N’utilisant jamais ces substances dans notre environnement immédiat ;
  • Faisant la promotion des alternatives plus sécuritaires ;
  • Faisant pression pour que nos municipalités les interdisent (au Québec, ce devrait être la norme, mais ce n’est pas encore interdit partout.)

Pour en savoir plus sur les effets des pesticides, consultez aussi :
Toxique, notre alimentation ?Pesticides organochlorés et vitamine DObésogène ?Des perturbateurs hormonaux liés (officiellement) à l’infertilité masculine

Bon été en santé !

Jean-Yves Dionne, Pharmacien, expert conseil en produits de santé naturels www.jydionne.com Franchement Santé

POST-SCRIPTUM

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Pesticides Parkinson
Commentaires
0 vote
par France (IP:xxx.xx4.151.48) le 10 juin 2013 a 19H58
France (Visiteur)

La maladie de Parkinson est certes influencée par les neurotoxiques et autres produits chimiques, mais elle existait avant l’apparition de ces poisons, sur de nombreuses personnes âgées. Ils ne sont donc pas la seule cause de cette maladie. Il faudrait rechercher les autres causes non liées aux pesticides, d’abord dans l’alimentation. On sait maintenant que le gluten a un effet nocif sur le système nerveux, et que certaines personnes sont plus sensibles que d’autres. Lorsque j’ai eu mon premier bébé, il y a 30 ans, les pharmacies proposaient déjà des blédines et biscuits premier âge sans gluten. Je me suis informée du pourquoi de la chose, et le pharmacien m’a répondu que le gluten pouvait provoquer chez les bébés des désordres sur le système nerveux, pouvant laisser des séquelles irréversibles et même provoquer la mort du nourrisson. J’attendis donc 6 mois, comme recommandé, pour donner à mes enfants des aliments contenant du blé (très riche en gluten). 10 ans plus tard, j’appris que le gluten pouvait endommager le système nerveux à tout âge, et je décidai de le supprimer de la table familiale, ainsi que les produits laitiers (signalés eux aussi comme nocifs par le docteur Seignalet, auteur du livre : l’alimentation ou la troisième médecine. En quelques semaines, mon fils guérit de ses insomnies et, de son agressivité, ma fille guérit de sa timidité, les 3 enfants firent des progrès spectaculaires dans leurs résultats scolaires ! Preuve que leur système nerveux était bien impacté par leur alimentation, et cela sans attendre de nombreuses années d’intoxication. L’apport quotidien de blé chez le français moyen est massif, sous forme de pain, biscuits gâteaux, pâtes, farines, etc. Même moi, âgée de 40 ans à l’époque du changement d’alimentation, je sentis un mieux-être physique et psychique dès les premières semaines, avec, entre autres, la dispartion d’un état chroniquement anxieux.

0 vote
par deweer (IP:xxx.xx6.248.54) le 10 juin 2013 a 20H26
deweer (Visiteur)

Petite info complémentaire : l’emploi du roténone est autorisé pour l’agriculture bio. C’est une des disgrâces du concept.

0 vote
par elysse (IP:xxx.xx6.167.122) le 5 juillet 2013 a 17H02
elysse (Visiteur)

Malheureusement pendant longtemps les agriculteurs ont utilisé des pesticides nocifs pour leur plantation. Encouragé par les industriels, il est difficile de faire un retour en arrière malgré les restrictions de l’union européenne. Donc des agriculteurs continuent à polluer leur plantation. Je suis prêt à consommer bio mais le problème est le même, ces plantations sont à proximité (en général) de plantation polluée. Donc comment faire ? http://www.petits-fils.com/la-malad...