Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La greffe de rein d’un donneur vivant fête ses 60 ans !
La greffe de rein d'un donneur vivant fête ses 60 ans !
note des lecteurs
date et réactions
11 janvier 2013
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

La greffe de rein d’un donneur vivant fête ses 60 ans !

La greffe de rein d'un donneur vivant fête ses 60 ans !

Le 25 décembre 1952, la 1ère greffe de rein d’un donneur vivant était réalisée à l’hôpital Necker-Enfants malades et ouvrait la porte à de nouvelles voies de recherche et de soin pour le traitement des maladies rénales. L’occasion, 60 ans plus tard de témoigner de la reconnaissance aux donneurs et aux professionnels de santé qui rendent ces greffes possibles, en souhaitant que la France reste à la pointe du progrès dans ce domaine.

1952… à l’hôpital Necker-Enfants malades (AP-HP), la toute 1ère greffe rénale

A la fin du mois de décembre 1952, Marius, un jeune charpentier de 16 ans, tombe d’un échafaudage. Une hémorragie contraint le chirurgien qui tente de le sauver à lui retirer son unique rein. La dialyse n’existe pas encore, Marius est promis à une mort certaine. La maman de Marius réussit à convaincre l’équipe du Pr Jean Hamburger d’utiliser un de ses reins pour son fils. En cette nuit de Noël 1952, le rein gauche de la mère est greffé à son fils par l’équipe d’Urologie de l’hôpital Necker-Enfants malades, selon une technique chirurgicale toujours utilisée aujourd’hui. L’opération est un succès, le rein fonctionne immédiatement, et Marius, qui était mourant, retrouve rapidement des forces. Pourtant, mi-janvier 1953, le rein greffé cesse soudainement de fonctionner. Les mécanismes du rejet ne sont pas connus, les médicaments immunosuppresseurs encore moins. Marius s’éteint le 27 janvier 1953. La greffe ne se développera que quelques années plus tard à partir de 1959.

 

La transplantation rénale aujourd’hui

On estime à près de 3 millions le nombre de Français qui sont concernés par les maladies rénales, dont les causes sont nombreuses : génétiques, immunologiques, diabète, hypertension artérielle… Leur conséquence principale est l’insuffisance rénale, c’est à dire la moins bonne épuration par les reins des déchets venant de l’alimentation ou produits par l’organisme. Pour un nombre de patients encore trop important, le stade de l’insuffisance rénale terminale est malheureusement atteint quelques années plus tard. Cet état n’est pas durable et est une grave menace pour des patients encore souvent jeunes – Il faut alors envisager le remplacement de la fonction des reins, devenue insuffisante par une technique de suppléance : la dialyse qui est très contraignante pour le patient ou la greffe … qui nécessite bien sûr un donneur. Il existe 2 types de donneurs pour les transplantations rénales : la greffe de rein avec donneur vivant, et la greffe à partir d’un donneur décédé.

60 ans après la toute première transplantation rénale, plus de 64 000 reins ont été greffés en France et plus de 32000 personnes vivent avec un rein greffé. En 2011, plus de 12.000 patients ont attendu un rein et un peu moins de 3.000 ont pu être transplantés : la liste d’attente augmente plus vite que le nombre de transplantations réalisées. En 2011 les équipes de l’AP- HP ont réalisé plus de 600 greffes de rein adultes et enfants au sein de huit de ses hôpitaux dont l’hôpital Necker-Enfants malades qui a réalisé à lui seul 174 greffes. L’AP-HP réalise ainsi 20% de la greffe rénale française et 30% des greffes sur donneur vivant.

En France, les donneurs vivants ne représentent que 1 donneur sur 10, un taux bien inférieur à celui des pays voisins (Royaume-Uni, Allemagne, Suède notamment…). Ce type de greffe présente pourtant des avantages très importants : ce sont les greffes qui fonctionnent le mieux et le plus longtemps… Le tout sans altérer la santé du donneur. On vit en effet tout à fait normalement avec un seul rein.

Jusque-là réservé à la famille élargie, le don peut désormais provenir d’un proche ayant un lien affectif étroit et stable depuis au moins deux ans avec la personne malade, qu’il existe ou non un lien de parenté.

 

Une grande campagne de sensibilisation

À l’occasion des 60 ans de la première greffe de rein au monde, une campagne de sensibilisation à l’intention du grand public a été conçue par l’association Renaloo qui regroupe une large communauté de patients. Au travers de cet anniversaire exceptionnel, il s’agit de témoigner une profonde reconnaissance aux donneurs, mais aussi aux professionnels de santé qui œuvrent chaque jour pour rendre possibles ces greffes. La campagne se poursuivra durant tout le premier semestre 2013. Pour tout savoir sur Renaloo : www.renaloo.com

 

Une soirée en hommage aux donneurs et receveurs

Le 21 décembre une soirée a rassemblé plus de 500 donneurs et receveurs à la Cité Universitaire de Paris. Au travers de cet anniversaire, les équipes de néphrologie et d’urologie de l’Hôpital Necker Enfants-malades (AP-HP) ont souhaité rendre hommage à tous les donneurs vivants.

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Mots-clés :
Greffe d’organe Rein