Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La gastro-entérite continue de sévir
La gastro-entérite continue de sévir
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
16 janvier 2013
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 597 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
597
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

La gastro-entérite continue de sévir

La gastro-entérite continue de sévir

Le réseau des médecins Sentinelles est catégorique : La gastro-entérite a touché plus de 720 000 personnes en France métropolitaine en à peine trois semaines. 16 régions se placent au dessus du seuil épidémique national. La région la plus touchée -et nettement en tête- est le Languedoc Roussillon, avec 956 cas pour 100 000 habitants. C’est cette semaine que l’épidémie connaîtrait son pic.

L’épidémie de gastro-entérite n’a pas fini de s’abattre sur la France. Selon les derniers chiffres communiqués par le réseau Sentinelles, durant ces trois dernières semaines en métropole, 723 500 personnes ont poussé la porte du cabinet de leur médecin généraliste (où ont reçu ce dernier à domicile) pour cause de diarrhée aiguë. Dont 268 500 cas rien que pour la semaine dernière. Cette affluence porte l’incidence à 420 cas pour 100 000 habitants (soit bien au dessus du seuil épidémique, fixé à 282 pour 100 000 habitants). L’état d’épidémie est déclaré dans 16 régions.

Le Languedoc-Roussillon caracole en tête avec 956 cas pour 100 000 habitants, suivi par deux régions plus nordistes aux antipodes est-ouest, et qui sont dans un mouchoir de poche (ou en l’occurrence un papier toilette) : La Bretagne (avec 597 cas) et l’Alsace (avec 537 cas). Le réseau Sentinelles précise que « l’épidémie pourrait avoir atteint son pic et rester à un niveau stable cette semaine  ». Rien de trop grave cependant. Toujours selon les experts, les admissions dans les services hospitaliers pour gastro-entérite aiguë sont relativement faibles : 0,4% des cas ont nécessité une hospitalisation.

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté