Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La déshydratation et son impact sur les performances intellectuelles
La déshydratation et son impact sur les performances intellectuelles
note des lecteurs
date et réactions
2 avril 2009
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 600 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
600
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

La déshydratation et son impact sur les performances intellectuelles

La déshydratation et son impact sur les performances intellectuelles

L’étude CCAF 2007 du CRÉDOC6 montre qu’aujourd’hui 70% des adultes français ne boivent pas assez. Or, une des conséquences possibles de la déshydratation est la baisse des performances physiques et cognitives.
Du fait de leurs caractéristiques propres, deux catégories de population sont particulièrement à risque : les sportifs et les seniors. Mais la sous-hydratation nous guette tous et, rapidement avec elle, ses conséquences sur notre bien-être.
Une hydratation adéquate peut permettre d’améliorer les performances au quotidien, et notamment au travail.

La déshydratation et son impact sur les performances intellectuellesL’altération des performances physiques et cognitives due à la déshydratation est aujourd’hui bien documentée7. Selon les paramètres mesurés dans les différentes études (attention, mémoire à court terme, mémoire à long terme, apprentissage, raisonnement, etc.), le seuil de déshydratation à partir duquel cette atteinte intervient sur les capacités cognitives est encore discuté8 : il est certain qu’au-delà de 2 % de déshydratation les effets indésirables sont présents ; il reste à démontrer formellement que, dès 1 % de déficit hydrique, certaines de ces performances pourraient déjà être atteintes.

Le Dr Pascale Modaï met en garde : « Il faut distinguer la sous-hydratation chronique légère (autour de 1 à 2 % de déshydratation), répandue, qui entraîne une baisse des performances, de la déshydratation aiguë, grave, qui nécessite une hospitalisation. Cette dernière touche préférentiellement les personnes dépendantes − enfants très jeunes et personnes âgées. Moins fréquente, elle constitue néanmoins un véritable problème de santé publique du fait de la< morbidité associée. »
 

Consommation de boissons dans la population adulte en 2007 

  • Seulement 30 % des adultes atteignent le repère de consommation de 1,5 litre de boissons par jour.
  • Ils boivent plus que les autres tranches d’âge (1368 ml par jour contre 873 ml pour les enfants, 1063 ml pour les adolescents et 1236 ml pour les seniors).Leur consommation est plus variée et plus fréquente (les adultes et les seniors ont un nombre de prises bien plus élevé que les plus jeunes, 5 à 5,6 prises par jour contre 3,8 chez les plus jeunes).
  • Dans 78 % des cas, ils boivent à leur domicile.
  • Les principales boissons consommées sont l’eau (592 ml par jour) et les boissons chaudes (320 ml).
  • Les BRSA9 sont consommées en petite quantité : 95 ml par jour, soit 2,5 verres par semaine en moyenne.
  • Les boissons représentent moins de 10 % des apports énergétiques journaliers des adultes, dont 1,2 % apporté par les BRSA.
 

Évolutions entre 2003 et 2007

  • Augmentation de 5 % de la quantité de boissons consommée, soit en moyenne 62 ml de plus par jour.
  • Forte diminution de la consommation d’alcool (-25 %) : de 184 ml par jour en 2003 à 138 ml en 2007.
  • Augmentation des consommations de boissons chaudes (+20 %) et de jus de fruits et nectars (+24 %).
  • Stabilité de la consommation de BRSA.
 
Baisse de la vigilance, sensation de fatigue, diminution de la mémoire à court terme, diminution de l’efficacité du calcul arithmétique, augmentation du temps de réaction : ce sont les effets bien démontrés de la sous-hydratation chronique6,7.
 
« Mettre à disposition des boissons dans les entreprises ne revient donc pas uniquement à se soucier du bien-être des employés, mais contribue aussi à maintenir leur niveau de performance », souligne Pascale Modaï.


Et de conclure : « L’eau est, certes, la seule boisson indispensable à l’organisme. Mais boire remplit d’autres fonctions dans notre société, c’est aussi un geste symbolique, impliqué dans la convivialité, qui participe au plaisir alimentaire. Varier les boissons selon les moments de la journée permet de s’hydrater correctement. D’ailleurs, l’étude du CRÉDOC pointe le fait que les adultes qui atteignent le repère de 1,5 l/jour sont ceux qui boivent non seulement plus d’eau, mais également en plus grandes quantités les autres boissons. »
 

En pratique pour atteindre le repère de 1,5 litres par jour

  • 6 fois par jour 1 verre ou 1 tasse de 250 ml.
  • Boire avant, pendant, après les repas.
  • Diversifier les boissons : eau sous toutes ses formes - du robinet ou en bouteille, plate ou gazeuse, froide ou chaude (thé, tisane, café) ; toute autre boisson sans alcool (jus, BRSA, boissons lactées, etc.).
 

Consultez aussi l’article précédent : L’hydratation, un besoin banal et pourtant vital

Pour en savoir plus


La rédaction CareVox

POST-SCRIPTUM

  • Cet article est directement extrait d’un communiqué de presse publié par les experts de l’institut de recherche de Coca Cola.
    Référence : DOSSIER DE PRESSE - Déjeuner de presse – Jeudi 12 mars 2009 -Comment boire au quotidien ? - Besoins physiologiques et impact de l’hydratation sur les performances intellectuelles et sportives.

SOURCES

  • 6. Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie - Enquête Comportement et consommations alimentaires en France menée en 2007 auprès de 1399 adultes de 15 ans et plus et de 1005 enfants de 3 à 14 ans.
    7. Grandjean AC and Grandjean NR. Dehydration and Cognitive Performance. J Am Coll Nutr 2007;26(5): 549S–554S.
    8. Lieberman HR. Hydration and Cognition: A Critical Review and Recommendations for Future Research. J Am Coll Nutr 2007;26(5): 555S–561S.
    9. La catégorie des BRSA (boissons rafraîchissantes sans alcool) regroupe les colas, limonades, boissons aux fruits plates et pétillantes, thés glacés, etc.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté