Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La bactérie E.coli refait parler d’elle à Bordeaux
La bactérie E.coli refait parler d'elle à Bordeaux
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
25 juin 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La bactérie E.coli refait parler d’elle à Bordeaux

La bactérie E.coli refait parler d'elle à Bordeaux

Quatre enfants originaires du sud-ouest et victimes d’intoxication alimentaire ont été hospitalisés au CHU de Bordeaux la semaine dernière. Si l’un d’entre eux est sorti le 24 juin dernier, un autre est en revanche dans un état jugé « sévère », infecté par la bactérie pathogène E.coli. La consommation de steaks serait à l’origine des maux constatés, et les magasins Netto et Intermarché ont rappelé dès le 23 juin dernier des lots de steak hachés vendus dans 16 départements du sud-ouest de l’hexagone.

Des steaks hachés seraient à l’origine de l’hospitalisation de quatre enfants à Bordeaux la semaine dernière. Et en ce 25 juin, trois d’entre eux demeuraient alités à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux. Les autorités sanitaires ont indiqué qu’au vu des résultats des recherches bactériologiques l’un des enfants au moins est infecté par la bactérie pathogène Escherichia coli (E.coli) de type O157. En remontant la piste, il a été établi que tous avaient consommé des steaks hachés frais produits à la Société des viandes élaborées (Saviel) d’Estillace, dans le Lot-et-Garonne. France 3 Aquitaine, reprenant une information de l’Agence régionale de santé (ARS), a de son côté révélé que l’une des victimes, une petite fille de huit ans, est en réanimation pédiatrique, dans un « état sévère, mais stable ». Les deux autres enfants, un garçon de 14 ans et une fillette de deux ans, sont pris en charge dans un service de néphro-pédiatrie, et leur état s’améliore.
 
Par mesure de précaution, une alerte sanitaire a été lancée. Ces enfants avaient consommé des steaks hachés dans deux magasins différents, en Gironde et dans les Pyrénées-Atlantiques. Ce qui a amené les enseignes Intermarché et Netto, qui ont vendu cette viande dans 16 départements du sud-ouest, à retirer les lots suspects de leurs rayons dès le 23 juin.
 
Portant une date limite de consommation fixée au 15 juin, ces barquettes ont été vendues sous les marques Jean Rozé, Netto et Top Budget. Les personnes qui ont congelé ces steaks depuis sont invités à les rapporter à leur point de vente. Le communiqué fourni par les magasins, et supervisé par l’ARS, précise que les bactéries peuvent entraîner des diarrhées parfois sanglantes, des douleurs abdominales et des vomissements, assortis ou non d’une fièvre. Ces symptômes, qui peuvent dans certains cas être suivis de complications rénales sévères, notamment chez les enfants, se déclarent généralement dans la semaine qui suit la consommation de produits contaminés. La cuisson à cœur (qui fait disparaître la couleur rosé) permet habituellement de prévenir les conséquences de cette contamination. Pour rappel, la bactérie E.coli avait entraîné une vague de décès en Europe et en Amérique du nord l’an dernier.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté