Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’ostéporose, véritable épidémie silencieuse
L'ostéporose, véritable épidémie silencieuse
note des lecteurs
date et réactions
7 août 2012 | 6 commentaires
Auteur de l'article
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Patricia Pacaut

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
10
nombre de commentaires
25
nombre de votes
8

L’ostéporose, véritable épidémie silencieuse

L'ostéporose, véritable épidémie silencieuse

L’ostéoporose est un réel problème de santé publique d’où l’urgence de généraliser les moyens préventifs capables de retarder la maladie.

N’attendez pas la fracture !

L’ostéoporose se définit comme une maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la masse osseuse, avec non seulement une perte minérale mais aussi une altération de l’architecture du tissu osseux, telle qu’elle expose à un risque de fracture.

Cette maladie sournoise car indolore et silencieuse touche plus de 4 millions de femmes en France, 1 femme sur 3 après 50 ans mais seulement 600 000 d’entre elles en ont pris connaissance et se font suivre.

Pourquoi silencieuse ? Parce que le premier symptôme sera la survenue d’une fracture. Cette maladie est responsable chaque année d’environ 50 000 fractures du poignet, 60 000 fractures de vertèbre et 60 000 du col du fémur.

L’os se renouvelle tout au long de la vie et on sait qu’il existe physiologiquement un équilibre dynamique entre le processus de destruction d’os ancien, assuré par des cellules appelées ostéoclastes et le processus de construction d’os nouveau et de minéralisation (ostéogénèse), fruit de l’activité des ostéoblastes. Tous ces phénomènes sont contrôlés par différentes hormones, dont les estrogènes, en fonction de la disponibilité nutritionnelle en calcium et en protéines.

La masse osseuse atteint sa densité maximale à la fin de l’adolescence puis on constate qu’elle diminue plus ou moins régulièrement mais en tout cas significativement et inéluctablement avec l’âge. Ce phénomène est donc considéré comme physiologique (ostéopénie physiologique) et les femmes ménopausées lui payent un lourd tribu en effet une perte osseuse due à la ménopause vient s’ajouter à ce phénomène physiologique lié à l’âge qui débute vers l’âge de 20 ans.

La carence en estrogènes augmente la vitesse du remodelage osseux mais va également provoquer un déséquilibre : les cellules osseuses sont détruites plus vite qu’elles ne sont reconstruites. On assiste alors à une accélération de la perte osseuse qui s’accentue dans les cinq premières années de la ménopause et se poursuit après 60 ans.

L’os perd de sa solidité car il fixe moins le calcium ; le squelette devient poreux, fragile, cassant. Si au fur et à mesure des années la perte osseuse est trop importante, il y a risque de fracture.

L’ostéoporose frappe essentiellement le bassin, la colonne vertébrale et les côtes. D’autres os peuvent être touchés comme le poignet et le col du fémur. la fracture du col du fémur est la plus dangereuse : 80% des fractures du col du fémur sont dues à l’ostéoporose et 15% des femmes frappées décèdent dans l’année.

Prévention de l’ostéoporose

 

Priorité au dépistage qui passe par l’ostéodensitométrie osseuse. Cet examen indolore permet de savoir si l’on court un risque ou si l’on est déjà atteinte.

La perte de masse osseuse est la conséquence de plusieurs facteurs : le facteur hormonal (carence estrogénique de la ménopause, hyperthyroïdie) mais aussi la sédentarité, le tabagisme, l’excès de consommation d’alcool, la réduction de la ration calcique par une consommation insuffisante de fruits et légumes, sans oublier la diminution de l’absorption du calcium due au vieillissement et à des apports insuffisants en vitamine D.

La prévention de l’ostéoporose passe, bien sûr, par l’optimisation du capital osseux constitué pendant l’enfance et l’adolescence et la lutte contre les facteurs de risque. Il faudra pallier également la carence estrogénique. Le traitement hormonal de la ménopause, THS Bio identique reste le meilleur traitement préventif de l’ostéoporose.

La prévention passe par une activité physique régulière, favorable non seulement au cœur, aux vaisseaux et aux muscles, mais également capitale pour le bien-être des os. Le maintien d’une activité physique stimule l’ostéogénèse. En se contractant, les muscles tirent sur les os, favorisant ainsi leur solidité.

Les femmes actives présentent de 20 à 40 % de risques de fracture en moins que les femmes sédentaires. Le Grio (Groupe de Recherche sur l’Ostéoporose) préconise la marche à pied rapide (avec un petit sac à dos d’un à deux kilos placé à la jonction du dos et des reins).

La prévention de l’ostéoporose passe par l’assiette et le respect de l’équilibre acido basique. Notre alimentation moderne : trop de viande, trop de charcuterie, trop de sel, trop de céréales, trop de produits laitiers, trop de sucres d’index glycémique élevé (sucre blanc, confiseries, sodas…) et pas assez de fruits et légumes nous acidifie, autrement dit, nous met en acidose.

Les systèmes tampon de l’organisme chargés de gérer tout cet excès d’acide sont souvent débordés et notre organisme va puiser les minéraux comme le calcium par exemple dans nos os, nos ongles, nos cheveux pour fabriquer des sels neutres… mission accomplie côté neutralisation mais bonjour les dégâts côté déminéralisation.

Depuis une dizaine d’années on s’intéresse à la vitamine K2 pour la prévention et même le traitement de l’ostéoporose pour son rôle, entre autre, dans l’assimilation et la fixation du calcium. Cette précieuse vitamine est produite par des bactéries du colon… à condition quela flore intestinale soit saine, ce qui est loin d’être le cas chez la plupart des personnes.

Le conseil de Patricia

Quand on pense solidité des os, on pense en priorité au calcium du bon lait et des produits laitiers et à la soit disant nécessité de consommer 3 ou 4 produits laitiers par jour… Mauvaise pioche !!!

Il serait beaucoup plus bénéfique pour le bien-être de nos os de privilégier le calcium des légumes verts (chou 429 mg/100g, épinard (112), des céréales et légumineuses complètes, des fruits (figue, fruits rouges, agrumes), des fruits à coque (amande 254, noisette 225), graines de sésame (1000 mg/100g), des poissons gras comme la sardine (400 mg/100g) dont on n’abusera pas non plus car elle est acidifiante et du saumon (228 mg/100g). On pensera calcium des produits de la mer comme les crevettes, les moules (110mg/100g), les huîtres.

Il serait bénéfique d’avoir la main plus légère sur la salière. 82% des françaises consomment trop de sel qui entraine une forte fuite de calcium.

Et si on découvrait d’autres saveurs ! Celles des aromates, des épices et des herbes aromatiques comme la marjolaine, le basilic, le thym, la sauge, la cannelle, le romarin, l’estragon, le persil (200 mg/100g), la ciboulette… des mines de calcium.

La bonne pioche sera de miser sur le magnésium qui est un élément constitutif de l’os. Il favorise la fixation du calcium et agit positivement sur la constitution et la minéralisation de l’os.

On misera aussi sur le potassium qui permet de combattre l’acidité de l’organisme et sur… le zinc qui joue un rôle important dans la multiplication cellulaire de l’os et dans la fabrication du collagène de la trame osseuse.

On veillera à ne pas manquer de vitamine D qui améliore l’absorption intestinale de calcium et côté vitamine on pensera aussi à la vitamine K2 que l’on trouve principalement dans les aliments issus d’un processus de fermentation comme les fromages, les yaourts, les huiles de poisson, la sauce nuoc-mam, le miso (pâte de soja fermenté) et le natto (haricot de soja fermenté), un aliment très populaire au Japon. Les japonaises n’en manquent pas et elles ne sont pas touchés par l’ostéoporose comme nous le sommes en Occident.

On misera enfin sur les Omega 3 (EPA et DHA) qui améliorent l’effet de la vitamine D, inhibent l’action des cellules qui dégradent l’os, réduisent les pertes de calcium (excrétion urinaire) et améliorent sa fixation sur l’os.

Patricia PACAUT Tel: +33 6 65 72 37 89 Nutrition & Épigénétique En lui donnant les bons nutriments, notre corps est capable de performances exceptionnelles. « Le médecin du futur ne donnera pas de médicaments ; il formera ses patients à prendre soin de leur corps, à la nutrition et aux causes et à la prévention des maladies ». Thomas A. Edison https://www.facebook.com/Patricia.Pacaut.Reliv

SOURCES

  • http://patricia-pacaut-pharmasurf.net/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Mots-clés :
Ostéoporose Os
Commentaires
2 votes
par desabuse (IP:xxx.xx8.211.62) le 7 août 2012 a 12H47
desabuse (Visiteur)

Conclusion : il faut manger de tout (ou rien). La prothèse du col du fémur est au point, inutile de rajouter de la chimie aux effets incontrolables.

2 votes
par la fraise tagada (IP:xxx.xx3.143.40) le 7 août 2012 a 13H14
la fraise tagada (Visiteur)

Les prothèses de vertèbres ou de poignet sont nettement moins au point, et les conséquences peuvent être très handicapantes. A manger de tout de façon équilibrée, je rajouterais l’activité physique et éviter le tabac ... et aussi une supplémentation en vitamine D si nécessaire (et ça l’est souvent depuis qu’on nous conseille de ne pas nous exposer au soleil pour éviter les cancers de la peau et que nos vies sont plus sédentaires dans des bureaux fermés) Tout cela appris dès l’enfance et également l’adolescence : il est très important de se constituer un bon capital osseux de départ. En conclusion, un article très bien fait et documenté, qui met en évidence un problème majeur de santé publique, surtout à l’âge où surviennent également des troubles de l’équilibre ou une hypotension orthostatique ... causes de malaises et de chutes ... Peut être le fait de faire régulièrement de l’exercice prévient-il d’ailleurs également ce genre de malaise ?

0 vote
par Slye (IP:xxx.xx3.7.67) le 7 août 2012 a 20H57
Slye (Visiteur)

Pétard de schnock, je l’ai échappé belle !!!

L’ostéoporose ? Connais pas. Et pourtant, à mon age vénérable, je devrais en être atteinte... Puisque je refuse de boire du lait depuis mon enfance pas très tendre, et que j’ai à mon actif 35 ans de tabagisme dont je me suis repentie l’été dernier.

Je suis les conseils de Patricia depuis 4 ans... Alors la prothèse de col du fémur attendra.

0 vote
(IP:xxx.xx2.128.202) le 8 août 2012 a 12H43
 (Visiteur)

Vous oubliez de parler des bienfaits de l’allaitement

1 vote
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.88.112) le 8 août 2012 a 22H04
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Effectivement mais difficile de tout aborder dans un article...

Ce sujet pourrait faire l’objet d’un bouquin

0 vote
(IP:xxx.xx3.85.58) le 11 août 2012 a 22H17
 (Visiteur)

Et vous avez remarquez que c’est dans les pays ou l’on consomme le plus de produits laitiers et de calcium en général que l’ostéoporose terrasse le plus.

Le truc du calcium et particulièrement des laitages qui renforcent les os est une vaste fumisterie comme beaucoup de chose sur cette planète.

Les besoins réelles en calcium sont en fait 3 à 4 fois moins que ce que suggère le discours officiel.