Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’isolement, ou la face cachée des problèmes d’audition
L'isolement, ou la face cachée des problèmes d'audition
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 octobre 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
EmilienneR, 1 article (Rédacteur)

EmilienneR

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

L’isolement, ou la face cachée des problèmes d’audition

L'isolement, ou la face cachée des problèmes d'audition

En France, 6 millions de personnes souffrent de gênes auditives. Mais on estime que seules 17% d’entre elles portent un appareillage. La conséquence ? Près de 5 millions de personnes entendent mal et ne sont pas traitées. Mais entendre mal n’est pas sans porter atteinte à la vie sociale : cela conduit à un isolement dont peuvent souffrir très durement les personnes concernées.

La perte auditive conduit insidieusement à l’isolement…  

« La cécité sépare les gens des choses, la surdité les sépare des gens », a écrit Helen Keller. Effectivement, plus ou moins coupé des bruits, des paroles d’autrui et de toutes les informations auditives ambiantes, celui qui entend mal aura tendance à se mettre en retrait. En retrait de la vie familiale et sociale d’abord, en raison de la honte de devoir faire répéter, mais aussi de la fatigue induite par ces situations où il faut désormais se concentrer à tout instant. Mais en retrait de la vie culturelle et « extérieure » également, car aller au théâtre ou un cinéma sans entendre bien est une expérience plutôt désagréable. Un phénomène d’autant plus pernicieux que bien souvent, les problèmes d’audition apparaissent progressivement et conduisent celui qui en souffre à s’isoler petit à petit.

Plusieurs études le confirment, et les chercheurs sont unanimes : perte auditive et isolement sont intimement liés. Une récente étude australienne (avril 2012) sur les répercussions de la perte d’acuité auditive affirme que celle-ci « entraîne un certain isolement social, voire l’apparition de symptômes dépressifs selon la sévérité  ». Quant à Frank Lin, de l’université Johns Hopkins aux Etats-Unis, qui a mené une vaste étude sur le nombre de personnes souffrant d’une déficience auditive, il justifie l’importance de ce chiffrage en expliquant que « la perte auditive pourrait éventuellement conduire à des problèmes plus graves, tels le développement de démence ou l’isolement social » (étude publiée en novembre 2011 dans les Archives of Internal Medicine). Un point de vue partagé par le Better Hearing Institute par la voix de son directeur Sergueï Kochkin : « Quand rien n’est fait, la perte d’audition peut mener à l’isolement et d’autres états émotionnels qui peuvent affecter à la fois qualité de vie et la santé mentale ».

Pas de fatalité : des solutions existent 

Face à ce constat plutôt pessimiste, on a néanmoins pu observer que des solutions existent. Le port d’une prothèse auditive améliore significativement la qualité de vie et reste le moyen le plus sûr de rompre l’isolement pour réintégrer une vie sociale. Là encore, plusieurs recherches le confirment. Le Better Hearing Institute, encore une fois, s’est intéressé à l’impact des aides auditives sur la qualité de vie et a dressé un constat sans appel : plus de la moitié des 1.800 porteurs d’aides auditives interrogés déclarent que celles-ci avaient contribué à améliorer leur vie sociale et familiale. Autre publication, même constat, avec cette étude internationale menée par la Hear the world Foundation et publiée en janvier dernier : le port d’une prothèse auditive permet de s’ouvrir aux autres et de mener une vie normale. Les personnes appareillées ont en effet davantage tendance à participer à des activités sociales.

Des freins encore tenaces à l’appareillage  

Avec de tels résultats, on peut légitimement s’interroger sur le faible taux de personnes appareillées… Quand on sait à quel point leur qualité de vie pourrait augmenter avec le port d’une prothèse. Au dernier Congrès de la Société Française d’Audiologie, Alain Uziel, président d’honneur, a expliqué que les gens ne s’appareillent pas « pour des questions esthétiques (…). Et le prix reste dissuasif ». Une enquête Opinion Way publiée en novembre dernier confirme que le prix reste le premier frein déclaré à l’équipement… mais pas seulement. L’étude révèle que pour beaucoup « porter des aides auditives fait vieux ». 26% des personnes interrogées vont même jusqu’à plaindre ceux qui en portent ! Finalement, contrairement aux lunettes qui ont acquis un statut d’accessoire de mode potentiellement tendance, les prothèses auditives sont restées dans l’inconscient collectif un signe extérieur de handicap, et de vieillissement. Les nombreux commentaires suscités par l’apparition en 2003 de Jacques Chirac avec une prothèse auditive ont montré que l’opinion n’acceptait pas encore tout à fait ces appareils de santé, pourtant vecteurs de bien-être.

Des innovations pour dépasser les réticences 

Les professionnels du secteur travaillent pourtant pour proposer des solutions toujours plus discrètes, plus design, plus innovantes. D’importants progrès en matière de miniaturisation de l’électronique ont permis de proposer des modèles tendant presque à l’invisibilité. Phonak par exemple a créé l’événement il y a quelques années en lançant sa gamme Lyric, qui se place entièrement dans le conduit auditif. D’autres ont cherché à proposer des produits alliant petite taille et esthétisme, comme Oticon avec Delta qui mise sur la discrétion avec son système d’écouteur placé dans l’oreille, mais aussi sur l’ergonomie avec des formes et couleurs dans l’air du temps.

Dernière innovation en date qui vaut la peine d’être signalée : le lancement par Audio 2000 des Audiovisuelles, les premières lunettes auditives à branches interchangeables. Ce nouveau dispositif associe lunettes et prothèses auditives, insérées en toute discrétion dans les branches de ces dernières. Une solution qui permet donc d’associer discrétion, et esthétisme. Car avec leur système de branches interchangeables aux styles différents, qui peuvent se combiner avec une large collection de montures, elles pourront s’adapter aux goûts de tous. Confort et qualité n’ont pas non plus été laissés de côté. Un système d’ajustement des branches permet de positionner au mieux et de façon personnalisée les aides auditives, et des critères stricts ont conduit au choix de fournisseurs de prothèses auditives réputés (Siemens et Discreto). Quant aux montures, elles sont fabriquées par une marque jurassienne, au savoir-faire reconnu (et « made in France » !). Cette innovation technologique a pu naître grâce aux synergies entre Audio 2000 et les enseignes optiques du groupe, Optic 2000 et Lissac. Côté prix, Audio 2000 a eu à cœur de proposer une offre raisonnable, et fait bénéficier ses clients de la politique active du groupe Optic 2000 en matière d’accords avec les complémentaires santés. Avec ce nouveau produit, Audio 2000 pourrait bien contribuer à changer le regard des déficients auditifs sur les prothèses pour leur permettre d’accéder de façon plus simple, moins « dramatique », mais aussi plus ludique, à un équipement qui leur permettra de combattre l’isolement.

Démocratiser l’appareillage auditif : une affaire de santé publique  

Le vieillissement de la population, mais aussi nos modes de vie (bruit au travail, écoute de la musique trop forte) vont mécaniquement au fil des prochaines années accroître le nombre de personnes souffrant de troubles auditifs. Et pour ne pas augmenter le mal-être social et l’isolement de ces personnes toujours plus nombreuses, il faudra leur donner accès aux soins qui leur permettront de continuer à mener une vie la plus normale possible. Pour cela, une seule voie possible : démocratiser dans l’esprit de tous les prothèses auditives. 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Audition
Commentaires
0 vote
par kervineg (IP:xxx.xx3.115.72) le 10 octobre 2012 a 11H16
kervineg (Visiteur)

je suis impatient que les class-actions soient autorisées en France.A notre époque ou la miniaturisation est partout,ou un bon ordinateur coute 700/800€ ,comment justifier des appareillages auditifs à 3500/4000€.C’est totalement dissuasif .(il en est de même pour les lunettes de vue à650/ 700€ !!!-secteur condamné en Allemagne à 158 millions d’euros pour entente illicite sur les prix).Donc je vais attendre encore pour m’équiper que des interventions auprès d’amis avocats nous permettent tous un jour d’y avoir accès.J’espère que vous (carevox)serez à leurs cotés dans cette recherche de remise à l’heure des marges.