Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’insuffisance en certains neurones provoque l’hypertension artérielle
L'insuffisance en certains neurones provoque l'hypertension artérielle
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
18 janvier 2013 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Florence B., 33 articles (Rédacteur)

Florence B.

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
21

L’insuffisance en certains neurones provoque l’hypertension artérielle

L'insuffisance en certains neurones provoque l'hypertension artérielle

Alors qu’on la croyait majoritairement dépendante de l’hygiène de vie, l’hypertension artérielle pourrait être en relation avec la présence de certains neurones d’après une étude suédoise.

Des cellules régulant l’activité cardiovasculaire

Sel, poids, stress, sommeil, cigarette… Autant d’éléments tenus par le public et le corps médical comme les coupables dans l’apparition de troubles cardiaques. Mais un autre facteur indépendant de notre volonté pourrait bientôt les rejoindre sur le banc des accusés : le manque d’un type particulier de cellules, découvertes par des biologistes de l’Institut Karolinska de Stockholm.

Pour l’heure, leurs recherches (publiées dans le Journal of Clinical Investigation) ont porté sur des souris. Leurs travaux ont mis en évidence l’existence de cellules nerveuses, de la famille des parvalbumines, agissant sur la tension artérielle et d’autres activités cardiovasculaires.

Situés dans l’hypothalamus (région du cerveau) des rongeurs, ces neurones sont essentiels à leur organisme car ils exercent un contrôle sur un grand nombre de fonctions telles que la soif, la température du corps et la tension artérielle.

Le rôle de la thyroïde

Sachant que chez l’humain les problèmes thyroïdiens affectent le cœur ; les chercheurs ont observé l’activité cérébrale de souris souffrant d’affections thyroïdiennes. Ils ont constaté que les précieux neurones étaient en trop faible quantité, car ils n’avaient pas été fabriqués durant le développement embryonnaire.

L’équipe de scientifiques a également fait une expérience de destruction de ces cellules chez les rongeurs, ceux-ci ont alors développé de l’hypertension artérielle et des problèmes de rythme cardiaque.

Il reste maintenant à prouver que ces neurones existent chez l’humain. Cela pourrait constituer une avancée majeure dans le diagnostic de l’hypertension artérielle. Le Docteur Jens Mittag qui a dirigé les recherches en Suède s’est étonné que personne n’ai jamais découvert l’existence de ces cellules.

Il a également insisté sur l’importance de la production suffisante d’hormones thyroïdiennes durant la grossesse. Car ces dernières jouent un rôle essentiel dans le développement neurologique du fœtus. D’après l’étude, les troubles cardiovasculaires dus au manque de cellules à parvalbumine, ne sont qu’une des conséquences de l’insuffisante production d’hormones thyroïdiennes pendant la grossesse.

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par clostra (IP:xxx.xx2.191.36) le 21 janvier 2013 a 11H47
clostra (Visiteur)

Une petite tape prédictive contre les vilaines mauvaises idées reçues !

Non sans importance car la culpabilisation et son corollaire : la culpabilité, n’arrangent pas les choses. Loin de là !

0 vote
par anachorète (IP:xxx.xx5.37.238) le 21 janvier 2013 a 13H14
anachorète (Visiteur)

Expèrience sur des souris pour en déduire des conclusions pour les humains !!! Depuis quand les souris constituent le modèle biologique de l’homme ?