Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’Inquisition dans la santé et dans le numérique
L'Inquisition dans la santé et dans le numérique
note des lecteurs
date et réactions
3 juillet 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Catherine Coste

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
48
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

L’Inquisition dans la santé et dans le numérique

L'Inquisition dans la santé et dans le numérique

Où l’on découvre qu’il arrive (peut-être plus fréquemment qu’on ne le croit) que les intérêts financiers d’un petit groupe tirent la croissance économique et humaine vers le bas ... Illustrations dans le domaine de la santé et du numérique ...

Je vous parle souvent de ce lobbying fait par différents acteurs économiques, visant à inscrire leurs intérêts financiers dans la loi (constitution) d'un pays démocratique, voire des États-Unis d'Europe. Il s'agit d'employés chargés de promouvoir les intérêts financiers de sociétés privées auprès de députés, voire d'Eurodéputés. Prenons quelques petits exemples dans la santé (le traitement de l'insuffisance cardiaque ; les médias) et dans le numérique ("digital" en anglais).

Des patients dont l'insuffisance cardiaque est prise en charge de manière inadéquate deviennent ... donneurs d'organes (reins et foie)


Certains cardiologues n'hésitent pas à garder des patients qui, pourtant, relèveraient de la chirurgie cardiaque ... seulement voilà, financièrement, c'est plus rentable pour lesdits cardiologues de "prendre en otage" ces malades ... Un petit cachet par-ci, un (voire une dizaine !) de "stents" par-là. Les "stents", ce sont ces petits ressorts qui permettent d'élargir le débit sanguin dans une artère qui se rétrécit ... Or ces "stents" peuvent conduire à l'insuffisance cardiaque à bas bruit ... Le patient, lui, n'y voit que du feu, et est bien ravi que le cardiologue puisse résoudre ses problèmes sans en passer par la chirurgie à thorax ouvert ...

 

Quand la collaboration entre cardiologues et chirurgiens cardiaque se passe bien, tout va bien ... seulement il devient difficile d'ignorer les biais financiers (et déontologiques) qui s'immiscent dans le système ... Les patients en insuffisance cardiaque se trouvant mal soignés (cachets et "stents" s'étant avérés insuffisants) peuvent faire un arrêt cardiaque dans la rue ... Une fois qu'ils se trouvent en "arrêt cardio-respiratoire persistant" (cela signifie que les équipes de réanimation ont renoncé à les réanimer), ils deviennent la proie de chirurgiens transplanteurs : à partir de patients en arrêt cardiaque, on peut prélever reins et foie (depuis 2007).

La population est-elle avertie ? Avez-vous déjà entendu parler des "prélèvements à cœur arrêté" ? De toute façon nous sommes tous présumés consentir au don de nos organes à notre mort. Nos aimables comités bio-conservateurs gaulois, avec leur loi biomachin, prennent le citoyen pour un glandu et font ce qu'ils veulent, sans même prendre la peine d'informer les gens. "Mourez, on s'occupe du reste". Comme prélever vos reins si vous faites un arrêt cardiaque, cela sera utile, les 2/3 des organes demandés dans le monde sont le rein, on est en pénurie constante ... et la greffe rénale économise à la Sécu une bonne dizaine d'années de dialyse par patient greffé ... Bref, au lieu qu'un chirurgien opère ces malades, ils se retrouvent en insuffisance cardiaque sévère, font un arrêt cardiaque et deviennent donneur d'organes.

Bien des soignants ont dénoncé les biais éthiques, déontologiques, financiers, dans cette affaire de prélèvements "à cœur arrêté". Un chirurgien cardiaque a traité ladite chose de "connerie" (il est tout de même membre de l'Académie Nationale de Médecine) ... Je connais des soignants qui ne veulent plus souscrire au don d'organes depuis que les prélèvements "à cœur arrêté" ont repris en France ... D'autant que le diabète attaque le cœur, qui à son tour attaque les reins ... On imagine l'enjeu d'un tel problème de santé publique ... Compter sur la seule générosité (don d'organes) pour le résoudre relève de l'absurde sur le plan épidémiologique : ce serait apporter une réponse individuelle à un problème collectif ... "L'insuffisance rénale est un facteur de risque coronaire aussi important que le diabète".

"Check-up santé" (émission sur BFM) nuit gravement à la santé ...



Dimanche 1er juin 2012, j'écoutais l'émission Check-up santé sur BFM, la radio (et la TV) de l'économie (émission proposée par Fabien Guez). Il s'agit soit-disant de l'émission préférée des professionnels de santé en France. Pour moi, ce serait plutôt le "Magazine de la santé" sur la 5 ... Pour écouter bien des émissions de BFM - Chine Hebdo, ma favorite, le "12-15" d'Hedwige Chevrillon, les chroniques de Marc Fiorentino, etc. - il apparaît que "Check-up santé" n'est pas au niveau des autres émissions sur BFM. C'est tout simplement un micro ouvert aux différents lobbyistes du monde de la santé (industriels, institutionnels, etc.) Hier, l'émission traitait de la formation médicale continue (pour les soignants). D'abord cette formation médicale continue est une Arlésienne et une usine à gaz ... ensuite les institutionnels sont venus présenter dans l'émission le "nouveau" dispositif encore plus usine à gaz que le précédent (plus cela change, plus c'est pareil). On dirait l'usine à gaz du DMP (le dossier médical personnel numérique, pour chaque patient) ...

Les politiques se sont emparés de ces sujets (les dossiers patients numérisés, la formation médicale continue), en font une usine à gaz où plein d'administratifs sont payés à ne rien faire ... et l'animateur de l'émission "Check-up santé" sur BFM n'essayait même pas de "challenger" un brin ses interlocuteurs ... Un vrai béni oui-oui ... Toute personne qui a de la soupe à vendre dans la santé peut passer à son micro et venir réclamer des sous de l’État, en disant combien son action est indispensable, centrale, doit être développée, etc. Ce bouillon de culture de cellules cancéreuses (ou lobbyistes) doit changer de modèle, car à mon avis "Check-up santé" tel quel nuit gravement à la santé ... Pourquoi ne pas présenter les innovations, plutôt que de faire du neuf avec du vieux, encore et encore ? ...

Les imprimantes 3D cherchent à reproduire veines et artères comme dans le corps humain (système de vaisseaux sanguin dans nos organes vitaux) ... A terme, cela veut aussi dire : moins de patients amputés pour cause d'AVC de l'artère passant dans le creux du genou ... jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus du tout : on pourra remplacer la veine ou artère défectueuse par un tissu issu de la technologie du bioengineering, au lieu d'amputer ...

On imagine les économies réalisées dans le domaine de la logistique patients (prise en charge des patients urgents) ... et dans le suivi des patients amputés (réaménagement de la maison ou de l'appartement, prothèse, kiné, etc.) On imagine aussi qu'il sera possible de résoudre la crise de santé publique à cause de la pénurie de reins à greffer : les imprimantes d'organes 3D sont en route, elles savent déjà imprimer des vessies, de la peau, mais elles "sèchent" encore pour ce qui est du système veineux dans cet organe vital précieux ("l'or du rein", disent certains patients transplantés, non sans humour) ... or une nouvelle étape vient d'être franchie, afin de tenter de lever cet obstacle, en se servant d'une matière alimentaire ... utilisée en confiserie ... Pour en savoir plus, lire l'article de presse en anglais : "A Sweet Way to Grow Blood Vessels" ... Merci à M. Jean-Michel Billaut (amputé au-dessus du genou) pour m'avoir transmis ces articles de presse scientifique ...

L’Inquisition du numérique ... par le lobbying


1) des "Majors" (maisons de "disque")

Il n'est pas inintéressant de suivre l'évolution de ce procès intenté par le FBI américain (rien que cela) au site de téléchargement de vidéos "Megaupload" ... Ce site avait été fermé pour cause de "blanchiment d'argent" et autres délits ... Si on regarde les dessous de l'affaire, on s'aperçoit que le gouvernement américain est intervenu à l'étranger (Nouvelle Zélande) pour faire arrêter un citoyen même pas américain (nationalité de "Kim Dotcom", le fondateur de ce site : allemande) et même pas sur le sol américain, allant jusqu'à confisquer les éléments du procès (fruit des perquisitions par le FBI) pour les rapatrier aux USA - alors que le procès doit avoir lieu en Nouvelle-Zélande.

Le juge néo-zélandais qui instruit l'affaire (un brin vexé d'avoir été court-circuité) s'est rendu compte qu'"on" (le gouvernement américain) lui a dit que l'accusé (Kim) était gris-noir-noir et non gris-blanc-blanc (d'où l'intervention du FBI, pour s'assurer de coffrer le vilain méchant, ou l'affreux horrible), alors qu'au vu des pièces à conviction, pour lui, l'accusé est gris-blanc-blanc ... Le bruit court que "Kim Dotcom" était à la veille de lancer un site de téléchargement de musique et de vidéos court-circuitant tous les intermédiaires (Steve Jobs n'avait pas réussi à court-circuiter les "majors") ...

Ce site, le plus démocratiquement du monde, aurait mis en relation directement les artistes et le public ... Les "majors", bien implantés au gouvernement américain après des décennies de "lobbying", ont persuadé le FBI d'intervenir pour arrêter Kim ... et l'accuser de blanchir de l'argent ... Quand on veut noyer son chien, on l'accuse d'avoir la rage ... Pour la suite, je vous laisse décider de la nuance de gris que vous voudrez donner à "Kim Dotcom" ... mais à mon avis, c'est plutôt clair qu'anthracite ... bien que le FBI prétende l'inverse ... Les "Majors" ne sont jamais que des "souteneurs" ou "maquereaux" faisant vivre (chichement) leurs artistes ... Dans le circuit de commercialisation d'un album de musique, les "majors" se taillent la part du lion ... alors qu'à mon avis, ce devrait être l'artiste ...

2) du cinéma à Hollywood


Lire le cas de ce "teenager" britannique, ayant créé un moteur de recherche (pour rechercher des films en ligne) en se conformant strictement à la loi (article en anglais) ... Pour créer un moteur de recherche sans se faire attaquer sur le plan légal, il faut permettre aux internautes de signaler un contenu abusif (ne respectant pas des droits d'auteurs, ou délit de pornographie, ou de violence, etc.) Quand vous lancez une recherche dans Google, vous trouvez des adresses internet (des liens), et à chaque fois vous avez la possibilité de signaler un contenu abusif ... car le moteur de recherche est comme La Poste, chargée d'acheminer et de livrer un courrier ... et ne peut être tenue responsable si ce courrier contient des menaces de mort ...

Ledit "teenager" a gagné pas mal d'argent avec son moteur de recherche ... Si bien qu'Hollywood (l'industrie du cinéma américain, et surtout, l'industrie des "droits d'auteur") a voulu faire un exemple ... et a lancé une armée d'avocats aux trousses de l'infortuné "teenager" ... en demandant à la police anglaise son extradition ... alors qu'il n'a commis aucun crime ... Signalons ici un beau déséquilibre dans les relations anglo-américaines : pour extrader un suspect de nationalité américaine, les Anglais doivent fournir la preuve du délit (crime) ; pour extrader un suspect de nationalité britannique, la simple présomption de culpabilité pour un délit ou crime suffit ... Qui plus est, notre "teenager" n'était pas en fuite sur un territoire étranger ... c'est un Anglais, chez lui, en Angleterre, faisant un moteur de recherche utilisé par les Anglais ... pourtant la justice britannique n'a pas pu faire autrement que de s'incliner ... devant les exigences du "Big Brother" yankee ... L'ado anglais ferait en ce moment appel du jugement d'extradition ...

Pour intenter un procès à cet ados, les géants du cinéma américain ont dû chercher la petite bête : l'adresse internet du moteur de recherche se finit en .net, lequel est géré aux USA ... Dans les faits, moins de 2% du contenu de ce moteur de recherche fait appel à des ressources numériques américaines ... le reste est anglais pur sucre, et ce moteur de recherche est utilisé par les Anglais (et non les Américains) ... Ce n'est même pas le gourdin clouté pour écraser un moustique, mais une bombe atomique pour écraser une mouche ... C'est que l'industrie du cinéma défend ses "droits d'auteur" (notion fumeuse, fourre-tout), surtout quand on cherche à supprimer les intermédiaires entre un film et son public ...

Je me rappelle la colère du chorégraphe Maurice Béjart (Ballets du XXe siècle) lorsqu'il a voulu chorégraphier un ballet sur les airs d'opéra du compositeur allemand Richard Wagner ... Il a eu affaire aux héritiers du musicien ... lesquels lui ont opposé un "droit d'auteur" valable 200 ans (ou une absurdité de ce genre). Le chorégraphe marseillais avait rétorqué que la musique de Wagner appartenait au patrimoine culturel mondial, et non aux héritiers de Wagner en 3ème ou 4ème génération ... et ainsi de suite (jusqu'où ?) Je crois bien qu'il y avait eu du procès dans l'air ... et Béjart avait fait son ballet,"Ring around the Ring", reprenant ... les quatre opéras wagnériens ...

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Santé états-unis
Commentaires
2 votes
par Luc-Laurent Salvador (IP:xxx.xx1.9.230) le 4 juillet 2012 a 08H32
Luc-Laurent Salvador (Visiteur)

Bravo pour cet article très intéressant. Votre ton "rageur" est bien légitime !