Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’impuissance serait liée au risque cardiaque
L'impuissance serait liée au risque cardiaque
note des lecteurs
date et réactions
18 mars 2010
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 599 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
599
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

L’impuissance serait liée au risque cardiaque

L'impuissance serait liée au risque cardiaque

Une étude spécialisée a livré ses résultats cette semaine : le dysfonctionnement érectile est source d’une mortalité plus élevée chez les hommes, en particulier chez ceux souffrant de maladies cardio-vasculaires. Les troubles de l’érection des patients devraient alerter les médecins sur les risques vasculaires encourus.

Des scientifiques allemands ont fait savoir dans le dernier numéro de la revue américaine de cardiologie Circulation que les hommes qui sont à la fois victimes de problèmes cardio-vasculaires et de problèmes érectiles ont deux fois plus de chance de mourir -toutes causes de décès confondues- que les hommes ne souffrant pas de troubles de l’érection. Par ailleurs, les hommes souffrant de dysfonctionnement érectile seraient 1,6 fois plus susceptibles que les autres de développer un problème cardio-vasculaire grave, voire une crise cardiaque.
Afin que cette étude ait pu être menée, un questionnaire a été proposé à 1519 volontaires répartis dans 13 pays différents et souffrant de maladies cardiaques. Il leur a été demandé s’ils souffraient de troubles érectiles et, dans ce cas, de préciser le degré de leur impuissance (de légère à sévère). Un suivi a par la suite été opéré pour chacun d’entre eux durant ces cinq dernières années. Durant cette période, des médicaments tels que les inhibiteurs de l’ECA, le ramipril, le telmisartan ou même des placebos leur ont été administrés afin de détendre les vaisseaux sanguins et diminuer la charge de travail du cœur.

Les chercheurs, qui ont fait le bilan sur l’ensemble de la période 2005-2010, ont constaté que les patients souffrant de troubles de l’érection étaient globalement plus âgés et plus exposés à l’hypertension, aux accidents vasculaires cérébraux, au diabète et aux problèmes urinaires que les patients ne rencontrant pas de problèmes érectiles. En cinq ans, 11,3% des premiers sont morts, alors que les seconds n’ont affiché que 5,6% de décès.
Selon le Docteur Michael Böhm, un des principaux auteurs de l’étude et président de médecine interne au Département de cardiologie et de soins intensifs à l’Université de Sarre, en Allemagne, « la dysfonction érectile devrait être évoquée dans les dossiers médicaux des patients car elle pourrait constituer un symptôme de l’athérosclérose précoce. Ils devraient par ailleurs faire l’objet d’un bilan cardiologique afin qu’une pathologie cardio-vasculaire soit éventuellement décelée pour pouvoir être traitée au plus tôt ».
Toujours selon de Docteur Böhm, les médicaments contre le dysfonction érectile peuvent, à des degrés divers, être efficaces contre le problème initial, mais ils ne mettent pas les hommes concernés à l’abri des maladies cardio-vasculaires.

Selon une autre étude réalisée par une équipe de chercheurs du Massachusetts, l'impuissance frapperait, à différents niveaux, environ 50 millions d’hommes aux Etats-Unis. Les hommes âgés de 40 à 70 ans seraient en premier lieu visés, puisque ce sont 50 à 52% de ces derniers qui seraient concernés. Ici encore, les chercheurs ont pointé une mortalité plus élevée dans la catégorie des hommes aux érections problématiques. 

Source : CNN, The Heart.org, Los Angeles Times, U.S. News, ABC News
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté