Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’hypnose en dialyse : de quoi s’agit-il ?
L'hypnose en dialyse : de quoi s'agit-il ?
note des lecteurs
date et réactions
21 janvier 2011 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Vincent Bourquin, 33 articles (Néphrologue)

Vincent Bourquin

Néphrologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

L’hypnose en dialyse : de quoi s’agit-il ?

L'hypnose en dialyse : de quoi s'agit-il ?

Le piquage de la fistule artério-veineuse peut engendrer une certaine crainte de venir en dialyse. Pour certains patients, cela peut tourner à la phobie avec une angoisse très importante avant chaque séance. 

Le traitement local par Emla® peut aider, ainsi que la prise d’un médicament relaxant type benzodiazépine (temesta®, xanax®, lexotanil®) avant la séance. 

Une technique, pour moi ésotérique, nous a été proposé l'autre jour : "Avez-vous essayé l'hypnose ?" Je me suis dit que l’idée valait la peine d’être approfondie.

J'ai un peu cherché sur internet avec les termes « hypnose » et « dialyse » et je n'ai franchement rien trouvé. Je suis tombé par hasard, en achetant mon journal, sur la revue Reflex publié par l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) qui titrait "L'hypnose s'installe à l'hôpital." Je vous en livre les grandes lignes.

On me rassure tout de suite, en précisant que l'hypnose n'a rien d'ésotérique, ni de mystificateur !

"Elle est un outil thérapeutique et de plus en plus de médecins l'utilisent pour aider leurs patients à affronter des phobies, à se libérer d'une dépendance, à traiter des troubles sexuels ou une allergie."

Elle est également utilisée pour soulager la douleur. Une étude menée au centre des grands brûlés du CHUV montre qu'en complément aux traitements traditionnels, l'hypnose diminue l'intensité de la douleur, augmente l'efficacité d’un traitement de morphine, diminue l'anxiété, améliore la cicatrisation et réduit les coûts.

L'hypnose va conduire le patient dans un état dit "de transe" ou "de conscience modifiée". Il y a un gain de contrôle avec une meilleure maîtrise des sensations. Des études sur l'effet de l'hypnose sur le cerveau s'effectuent à l'université de Genève au Laboratoire de neurologie et d'imagerie cognitive (LabNIC).

Il faut s'assurer avant de pratiquer l'hypnose que le patient n'a pas de contre-indications psychiatriques (dépression suicidaire, schizophrénie).

L'approche semble intéressante et certains de nos patients pourraient en bénéficier. Il reste à trouver un hypnotiseur (terme officiel ?) ou à se former soi-même par l'intermédiaire de l'Institut Romand d'Hypnose Suisse (IRHYS).


Dr Vincent Bourquin
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Santé Hypnose Dialyse
Commentaires
0 vote
par geraldine (IP:xxx.xx6.142.125) le 6 février 2011 a 18H19
geraldine (Visiteur)

bonjour, je suis infirmiere en dialyse et je suis actuellement les cours de DU douleur a Marseille.Je souhaiterais me renseigner sur l’hypnose.Pouvez vous me faire part de vos experiences et de vos lectures à ce sujet.Pour l’instant les medecins avec qui je travaille sourient gentiment lorsque je parle de faire de l’hypnose pendant les seances et surtout avant la ponction !!! Le chemin est encore long... D’avance merci

0 vote
par nephrohug.com (IP:xxx.xx2.235.138) le 7 février 2011 a 08H11
Vincent Bourquin, 33 articles (Néphrologue)

Chère Géraldine, Pour mes lectures, vous les avez en entier sur l’article avec les liens que j’ai pu trouver. Il n’existe franchement pas grand chose dans la littérature médicale ! Pour mon expérience, elle est également limitée. Nous avons discuté d’utiliser cette méthode pour un de nos patients qui présentait une phobie des aiguilles et un grand stress à venir en dialyse. Nous avions trouvé un anesthésiste qui pratiquait l’hypnose et devions le rencontrer pour mettre en place cette technique. Je pense plutôt qu’il aurait fallu que le patient puisse faire de l’auto-hypnose ou auto-suggestion. Le problème de la formation d’une infirmière pour cela est sa disponibilité ensuite et surtout de pouvoir garder l’expertise. C’est pourquoi nous avions plutôt pensé former le patient (!) Il a été greffé avant de pouvoir mettre en pratique et nous n’avons plus eu de cas similaire. Quelle est votre expérience, cela m’intéresse grandement !

0 vote
(IP:xxx.xx4.116.42) le 23 février 2011 a 01H49
 (Visiteur)

bonjour, je viens a peine de decouvrir votre message.Pour ma part mon experience en est vraiment aux balbutiements.Je ne suis pas encore formee a l’hypnose mais en observant les patients en grande detresse pendant les ponctions j’ai mis en place des petits excercices toujours avec l’accord de ses derniers qui ont aboutit tres rapidement a une detente extreme et surtout a une douleur zero.C’est en discutant un jour avec ma soeur psychiatre formee a l’hypnose que j’ai apprie que je faisais des techniques d’inductions.Depuis je cherche desesperement des professionnels formes en dialyse. Je tenais a vous dire que je peux tout a fait faire de l’hypnose et mon travail de technicienne en meme temps au contraire je suis encore plus precise dans ma technique car moi aussi je profites de l’etat d’hypnose en meme temps que le patient. Effectivement le but ultime est de pouvour apres former les patients à l’auto hypnose car avec les nombreux examents invasifs qu’ils doivent subir cela leur servirait regulierement Pour moi cela fait partie de l’education therapeutique et là enfin j’ai le sentiment que mon role d’ide prend tout son sens. Je suis tres surprise que personne n’ai fait de recherche sur ce sujet quant on sait que l’hypnose est presente partout. Je travaille en ce moment sur mon memoire et j’espere pouvoir demontrer l’efficacite de se traitement non medicamenteux pour la douleur mais aussi pour baisser le niveau de stress de ces patients(eva pendant la ponction ,moins de creme emla donc moins d’allergie ou d’irritation,pourcentage de prise de lexomil avant la seance et peut etre encore plus....) Que pensez vous de ses pistes, petites a l’echelle de cette patho mais qui auraient le merite peut etre d’etre !!!! merci de m’avoir repondu

0 vote
par redacteurweb (IP:xxx.xx6.60.26) le 9 juillet 2013 a 11H34
redacteurweb (Visiteur)

L’hypnose arrive enfin à l’hôpital. Tout comme la méditation pleine conscience (MBSR) il s’agit de méthodes non intrusives et très efficaces en milieu hospitalier. La France est à la traîne dans ce domaine. De nombreux médecins utilisent l’hypnose et la méditation à l’étranger. http://commentmediter.net/la-medita...