Accueil du site
> Santé & Maladies
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’effet placebo des aliments sur le moral
L'effet placebo des aliments sur le moral
note des lecteurs
date et réactions
23 décembre 2014
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

L’effet placebo des aliments sur le moral

L'effet placebo des aliments sur le moral

Selon une étude de l’Université du Minnesota, les pouvoirs réconfortants de certaines denrées alimentaires notamment le chocolat, la glace, les cookies, sont purement psychologiques.

Avant de leur étude, les scientifiques ont demandé à la centaine de participants de choisir trois aliments qui « les aident à se sentir mieux lorsqu’ils n’ont pas le moral ». Ainsi, le chocolat est arrivé sur la première marche du podium (26%), entre la glace (18%) et les cookies (16%).

Concomitamment, plus des ¾ d’entre eux ont affirmé être en accord avec la phrase : « Je suis sûr que manger l’aliment-réconfortant me fera me sentir mieux ».

Pour l’étude, les participants ont visionné des séquences de films considérés comme « effrayants, tristes ou anxiogènes ». A l’issue de la séance, ils ont répondu à un questionnaire et ils ont tous déclaré se sentir « déprimés » ou « angoissés ».

ensuite, un premier groupe a reçu une triple ration de chocolat tandis que ceux du second ont obtenu des produits désignés comme « bons mais pas spécialement réconfortants » notamment du pop-corn, des amandes, des cacahuètes… Pour le dernier groupe de participants, de simple barre de muesli ont pu être dégusté, voire rien du tout.

A la suite, tous ont rempli un questionnaire faisant état de leur humeur et tous les participants ont répondu que leur moral s’était amélioré. En conséquent, aucun aliment ne serait donc plus réconfortant qu’un autre.

« Les émotions négatives se dissipent naturellement au fil du temps qui passe mais une majorité de personnes attribuent à tort ce processus spontané à la nourriture » selon le professeur de psychologie à l'Université du Minnesota et directrice de la recherche. « Les gens cherchent simplement à justifier leur envie de manger des aliments souvent mauvais pour la santé ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Mots-clés :